Pour ceux que la gastronomie française passionne un tantinet, tout y est. La légendaire purée de Joël Robuchon, le célèbre chaud-froid d'oeuf d'Alain Passard, la fameuse soupe d'artichaut de Guy Savoy, les incontournables berlingots d'Anne-Sophie Pic ou le cultissime blanc-manger de Jean-François Piège... Ce n'est pas un hasard si cet ouvrage a été baptisé 50 plats de grands chefs qu'il faut avoir goûtés une fois dans sa vie: on l'ouvr...

Pour ceux que la gastronomie française passionne un tantinet, tout y est. La légendaire purée de Joël Robuchon, le célèbre chaud-froid d'oeuf d'Alain Passard, la fameuse soupe d'artichaut de Guy Savoy, les incontournables berlingots d'Anne-Sophie Pic ou le cultissime blanc-manger de Jean-François Piège... Ce n'est pas un hasard si cet ouvrage a été baptisé 50 plats de grands chefs qu'il faut avoir goûtés une fois dans sa vie: on l'ouvre comme un coffre à trésors en se demandant avec quel joujou on va bien pouvoir commencer à se délecter. Face à l'embarras du choix, on se dit que nos papilles en ont pour un sacré bout de temps. Surtout que l'ouvrage ne se contente pas d'aligner les ingrédients, les recettes et les finitions: il en profite pour donner la parole à ceux qui les ont imaginés et qui ont accepté - c'est exceptionnel - de confier les petits secrets de leurs mets "signature". Aussi, on y évoque des passions, des parcours, des attentes, des déceptions, mais surtout des vies entières dédiées à la quête du plat qui fait mouche. Des entretiens concoctés par Hélène Luzin, aujourd'hui directrice de l'agence Marques et Chefs, et qui est "tombée dedans" quand elle était petite, grâce à un père qui l'emmenait avec lui visiter les grandes maisons françaises pour remplir les colonnes de son magazine Le Chef. En partant à la rencontre de ces maestros des fourneaux, l'auteure rappelle à quel point la cuisine hexagonale a donné naissance à des classiques qui, à eux-seuls, continuent à convaincre les gens à pousser la porte d'un restaurant. C'est la moindre des qualités de ces emblèmes qui, en apparence trop "cocorico" pour nos palais belges, ont acquis une aura sans frontière. Et qui, dans un dîner, feront clairement dire à l'un des convives: "Y a pas à dire, niveau bouffe, ils savent y faire, ces Français!" Ça aussi, c'est un classique.