2021 côté design et architecture

© iStock

Tendances déco, oeuvres architecturales ou design à contre-courant… En 2021, le renouveau est le maitre-mot pour les créateurs et artistes.

Déco / Squircle mania

C’était l’une des tendances déco annoncées pour 2021. La prévision s’est vérifiée. En géométrie, le mot « squircle » désigne la forme intermédiaire entre un carré et un cercle. Dans nos intérieurs, ça se traduit par des meubles et objets aux courbes douces pour des espaces aux allures de cocons. Pas convaincus? Vous pouvez filer au coin!

2021 côté design et architecture
© SANTI CALECA

Architecture / Chirurgie architecturale

C’est l’une des oeuvres majeures de l’architecte avant-gardiste Ludwig Mies van der Rohe (1886-1969) qui a rouvert ses portes durant l’été à Berlin. La Neue Nationalgalerie, construite en 1968, se présente comme un grand cube de verre entièrement vide de 2300 m2 chapeauté d’une large toiture faite de caissons en acier noir reposant sur huit poteaux – illustration parfaite du plan libre des modernistes. Les espaces d’expo et les bureaux sont, eux, enterrés dans le socle. C’est le Britannique David Chipperfield qui a été chargé de la restauration minutieuse de ce manifeste d’architecture, entamée en 2015: les 35.000 éléments de la construction ont été démontés et réparés un à un. Un véritable travail d’orfèvre qui a également permis de mettre ce chef-d’oeuvre aux normes actuelles sans le dénaturer.

2021 côté design et architecture
© GETTY IMAGES

Design / Martin Margiela s’expose

Le Belge donne à voir ses oeuvres au sein de Lafayette Anticipations, à Paris, sans craindre de transcender les limites, à travers tous les médiums. C’est une première. En 2008, Martin Margiela quittait volontairement le monde de la mode, juste après le défilé des 20 ans de sa maison. Depuis, il fomente son quotidien dans l’ombre, comme toujours. Il y est invariablement question de processus de transformation, de retournement d’idées et de matières, de contre-courants, des métiers de la création et d’arts visuels. Le banal chez lui n’est jamais trivial, question de point de vue. En exposant ses créations et autres installations, il invite à l’ajustement des perspectives et célèbre « la beauté du vulnérable, de la fragilité et de la fugacité ».

2021 côté design et architecture
© SDP / PIERRE ANTOINE

Bourse de collection

A Paris, la Bourse de commerce, un monument qui date, dans sa forme actuelle, de 1889, a rouvert ses portes. L’architecture originelle des lieux associe une colonne isolée de l’hôtel de Catherine de Médicis, des vestiges d’une halle au blé du XVIIIe siècle et une coupole de métal et verre. François Pinault, fondateur du groupe de luxe Kering, a fait appel au Japonais Tadao Ando, connu pour ses projets très minimalistes, afin de réhabiliter l’endroit et y créer le plus grand musée privé de la ville. L’homme d’affaires y expose, depuis le 22 mai, ses collections d’art contemporain. Les deux hommes se connaissaient déjà, l’architecte ayant transformé le Palazzo Grassi et la Punta della Dogana à Venise en écrins pour les oeuvres du milliardaire. L’édifice étant classé, il a fallu imaginer une structure intérieure – un cylindre en béton de 30 mètres de diamètre et de 9 mètres de hauteur – qui abrite les expos, sur un modèle d’emboîtement gigogne. Une composition qui instaure radicalement un dialogue entre passé et présent.

2021 côté design et architecture
© MARC DOMAGE / COLLECTION TADAO ANDO ARCHITECT & ASSOCIATES, NINEY ET MARCA ARCHITECTES, AGENCE PIERRE-ANTOINE GATIER

La nouvelle tour de Babel

Alors que certains applaudissent le geste de l’architecte Frank Gehry – 92 ans tout de même -, d’autres crient au sacrilège, sa tour déconstruite défigurant, selon eux, la paisible ville provençale d’Arles. La fin du chantier du Luma, un campus créatif interdisciplinaire, fruit de l’utopie d’une milliardaire suisse amoureuse d’art, Maja Hoffmann, fait jaser les foules. Sur l’ancienne friche ferroviaire du Parc des Ateliers, le mastodonte sculptural de l’Américain répond à sept anciennes usines issues du patrimoine industriel du XIXe siècle. Un challenge d’intégration, réussi en partie grâce au travail de l’espace vert qui englobe le tout… signé par le paysagiste belge Bas Smets. Belgium, one point!

2021 côté design et architecture
© GETTY IMAGES

Partner Content