Nos adresses pour une journée « shopping design » à Gand

Ces dernières années, la cité flamande a vu fleurir de nombreuses adresses dédiées à la déco, signe d’un véritable renouveau. Zoom sur huit d’entre elles.

La Sint-Pietersnieuwstraat épouse une pente raide qui met à rude épreuve les mollets des cyclistes, mais une magnifique récompense les attend au sommet : la superbe façade Art nouveau du centre culturel Vooruit. En face, trône la boutique de design Piet Moodshop. Sa devanture néoclassique vaut le coup d’oeil, tout comme le lettrage de l’ancienne épicerie  » Huis Lambrecht « , que l’on distingue encore au-dessus des fenêtres. A l’entrée, le timbre joyeux de la sonnette accueille les clients depuis toujours. Christophe Verbeke, le propriétaire, a conservé le carrelage antique au sol et les rayons en bois foncé qui font le charme de l’endroit. Sur les étagères sont exposés des articles de papeterie, des objets de décoration, des lampes et des gadgets. Mais aussi des stylos dorés et des calendriers parés de dessins de bâtiments de la ville. Le lieu fait un carton, si bien qu’un deuxième établissement a vu le jour il y a quelques mois.  » Pour certaines pièces, je n’arrivais plus à satisfaire la demande « , se justifie le gérant.

C’est que ça bouge à Gand, côté design. Acteur de ce mouvement, Christophe Verbeke s’est lancé il y a cinq ans, déçu de ne pas trouver son bonheur dans les magasins existants. Il a surfé sur la tendance en décoration intérieure qui veut que l’accent n’est plus mis sur les meubles, mais sur de petits détails d’aménagement. Il y a peu, Anvers ou Bruxelles avaient une offre de design bien plus importante et innovante tandis que Gand était à la traîne. Il en était de même en gastronomie. Depuis, ce retard a été rattrapé, avec de nouvelles enseignes culinaires – Publiek, Oak, Roots, Aroy Aroy… – et désormais, aussi, des adresses qui font la part belle aux objets.  » Nous n’avons pourtant jamais manqué de créativité « , poursuit Christophe Verbeke. Il suffisait sans doute d’oser faire le premier pas.

Noor Callebaut et son frère Wolf, fondateurs du concept store Billierose.
Noor Callebaut et son frère Wolf, fondateurs du concept store Billierose.© AST PHOTOGRAPHY & DESIGN/SDP

Aujourd’hui, les boutiques spécialisées sont tellement nombreuses dans la ville qu’il faut bien deux jours pour les découvrir toutes : L’Amuzette, Huiszwaluw Home, Ile en Ville, Helen B, Four Rooms, Ydee, Koperhuis, Mus in een plas… A 100 mètres des vitrines du quartier chaud, se trouve le concept store Billierose, où l’on peut déguster une bière du cru, lové dans des coussins branchés. Noor Callebaut et son frère Wolf y vendent de la mode et du design, comme les vasques de la photographe et conceptrice locale Luca Beel.  » Dans le passé, il n’était pas facile d’attirer les habitants dans une rue qui leur était inconnue. Ce n’est plus le cas maintenant « , raconte la jeune femme. Les gens sont parfois attachés à leurs habitudes. Ils s’en tiennent à leurs lieux de rencontre, aux parcours qu’ils connaissent bien. Mais aujourd’hui, ils partent plus volontiers à l’aventure ; les entrepreneurs prennent donc confiance et ouvrent des commerces hors des sentiers battus, là où les loyers sont plus abordables.

Un air de Londres

Christophe Urbain, qui gère la boutique de vêtements Rewind, a, lui, ouvert Atelier Ecru, un magasin de décoration d’intérieur flanqué d’un appartement Airbnb branché, dans la Burgstraat en pleine expansion.  » La ville a été longtemps paralysée par de nombreux chantiers, explique-t-il. Personne ne savait à quoi s’attendre, le climat n’était donc pas propice aux décisions audacieuses. Mais tout ça, c’est du passé et Gand est désormais en train de se développer.  » L’engouement pour le hygge, cet art de vivre venu du Danemark, explique lui aussi en partie le boom qu’a connu le design dans la cité. Dans son magasin, le Belge présente un style d’aménagement à la fois brut et sombre, plutôt inédit chez nous mais pourtant promu par les magazines depuis un certain temps déjà.

L'ancien bâtiment des postes, qui abrite aujourd'hui l'hôtel 1898 The Post.
L’ancien bâtiment des postes, qui abrite aujourd’hui l’hôtel 1898 The Post.© AST PHOTOGRAPHY & DESIGN/SDP

Autre exemple de ce type d’ambiance, l’entrée arrière du fameux bâtiment des postes, sur le Korenmarkt, pourrait à son tour inspirer les décorateurs. Par un escalier en colimaçon, on accède à l’une des tours où l’hôtel ultrachic 1898 The Post a été inauguré l’an dernier. La Gantoise Geraldine Dohogne l’a habillé à la londonienne, avec des meubles antiques et des murs vert foncé. Les prix sont à l’avenant : comptez 15 euros ou plus pour un cocktail. Ça tombe bien, car en sortant, on se retrouve sur la Graslei, point de ralliement, en juillet prochain, de la Journée annuelle des… portefeuilles vides.

8 découvertes Piet Moodshop

Piet Moodshop
Piet Moodshop© SDP

En novembre dernier, Christophe Verbeke a ouvert une deuxième enseigne de son Piet Moodshop. Il y vend notamment des articles de papeterie et des accessoires de bureau. Le magasin fait office de point de collecte pour les cyberachats.  » Beaucoup de clients parcourent l’offre en ligne, mais pour l’achat proprement dit, ils se rendent au magasin afin d’éviter les frais d’envoi. J’y vois une nouvelle manière de faire du shopping, le client utilisant le site Web comme un catalogue.  » L’homme finance sa nouvelle boutique par un prêt win-win. S’ils ont investi au moins 2 000 euros, ses amis, ses fans et les membres de sa famille ont eu droit à un retour sur capital investi de 4,5 %. Quelques semaines après le lancement, Piet Moodshop avait déjà levé 20 000 euros.

22, Hippoliet Lippensplein. pietmoodshop.be Billierose

Nos adresses pour une journée
© DR

Concept store nommé d’après la fille de sa fondatrice, Noor Callebaut. Avec son frère, Wolf, celle-ci a ouvert Billierose il y a quelques mois près de la Vlaanderenstraat. Depuis, le coin est devenu un nouveau pôle d’attraction, car il se trouve également en face de Madam Bakster, un bar à café branché. La jeune femme a travaillé pendant des années dans l’événementiel, son frère dans les assurances. Tous deux ont ressenti le besoin de tenter une nouvelle aventure.  » On voyait que ça bougeait beaucoup autour de nous et on s’est dit : on peut et on veut aussi se lancer.  » L’endroit propose une gamme abordable de pièces design et mode et une petite offre de restauration composée de tartes, de tapas et de bières locales.

135, Brabantdam. billierose.beLuca Beel

La jeune photographe d’architecture crée des vasques en béton aux éclats colorés qui font penser à des morceaux de billes. Elle travaille aussi à une collection de lampes, et l’on pourra bientôt se procurer sa banquette Roman, qu’elle a conçue avec le jeune Adriaan Tas. Luca Beel est la fille du Gantois Stéphane Beel, l’un des plus grands architectes du pays.

lucabeel.comMarieken Hensen

Marieken Hensen
Marieken Hensen© SDP

Une graphiste à suivre. Marieken Hensen réalise des sérigraphies de bâtiments emblématiques de Gand sur des supports en papier, donnant ainsi une touche particulière aux souvenirs touristiques typiques. Elle anime des ateliers de sérigraphie à In de Ruimte, lieu de rencontre de jeunes créateurs dans le quartier de Ledeberg. Ses dessins se vendent notamment chez Piet Moodshop et Huiszwaluw.

mmmmar.be1898 The Post

L'ancien bâtiment des postes, qui abrite aujourd'hui l'hôtel 1898 The Post.
L’ancien bâtiment des postes, qui abrite aujourd’hui l’hôtel 1898 The Post.© AST PHOTOGRAPHY & DESIGN/SDP

Tout le monde connaît l’imposant bâtiment des postes qui se dresse sur le Korenmarkt de Gand. On sait moins que son architecte, Louis Cloquet, a aussi dessiné la gare de Gand-Saint-Pierre. Raison de plus pour s’y arrêter lors d’un prochain passage. Au xixe siècle, les étages supérieurs étaient occupés par l’Hôtel des Postes et des Télégraphes, et depuis septembre dernier, un nouvel hôtel y a pris place. Son style – murs vert foncé, meubles antiques et feu ouvert – colle parfaitement à l’architecture néogothique. L’établissement vaut le détour, son bar à cocktail The Cobbler n’étant pas réservé aux clients.

16, Graslei. 1898thepost.comAtelier Ecru

Ses magasins de vêtements étaient déjà réputés dans la région. Christophe Urbain a décidé de miser également sur une boutique de décoration d’intérieur avec sa femme Stéphanie Frederickx, qui fait partie de l’équipe de stylistes d’Ann Demeulemeester. L’offre, audacieuse, comprend entre autres les bougies parfumées de Mad et Len, qui connaissent un engouement international, des objets de déco de Rick Owens – qui réalise notamment des chaises avec des os – et des meubles de Moroso, marque italienne adepte des couleurs.

18, Burgstraat. www.weareatelierecru.comKaart Blanche

Kaart Blanche
Kaart Blanche© SDP

Un label créé il y a plus d’un an par Lars Lagaisse et Timo Delorge. Le premier travaille à l’agence créative Belmodo, le second est issu du secteur bancaire, et tous deux ont lancé Kaart Blanche en activité complémentaire, où ils conçoivent et dessinent des cartes humoristiques. Celles-ci se vendent en ligne mais aussi chez Mus in een plas et Piet Moodshop, et peuvent être imprimées à l’arrière d’une coque de smartphone sur le site casecompany.be. Les deux partenaires ont installé leur atelier à leur domicile à Gand.

kaartblanche.comBolia

Bolia
Bolia© SDP

Une église désacralisée se dresse dans la Kortedagsteeg. Il y a quelques mois encore, on y trouvait un magasin de vêtements ; aujourd’hui, Bolia y vend ses fauteuils, ses lampes et ses tables de salon. La marque danoise se qualifie de  » new scandinavian design « , à juste titre : les lignes sont épurées, mais plus colorées et chaleureuses que le style nordique traditionnel. Elle a misé sur Gand pour y établir son magasin phare en Belgique.

12, Kortedagsteeg. bolia.com

Partner Content