Avez-vous le blues le dimanche soir ?

Je suis assez mélancolique le dimanche. Paradoxalement, c'est un bon moment pour créer. J'entre dans une sorte de léthargie, je flâne dans les rues de Paris. C'est typiquement le jour où je dessine des anges.
...

Je suis assez mélancolique le dimanche. Paradoxalement, c'est un bon moment pour créer. J'entre dans une sorte de léthargie, je flâne dans les rues de Paris. C'est typiquement le jour où je dessine des anges. Les Sept Samouraïs, d'Akira Kurosawa. L'histoire d'un village japonais qui, chaque année à la récolte de riz, se fait piller par des brigands. Ses habitants recherchent sept samouraïs pour les protéger. J'aurais adoré être le septième, un personnage très beau, tout à fait atypique. J'ai toujours aimé les personnes en contradiction avec leur époque, un peu comme Jeanne d'Arc. Essaouira, au Maroc, pays de mon enfance. Une superbe cité, battue par les vents, qui n'est pas restaurée. J'aime toucher les murs et y sentir les fantômes. J'y suis allé encore récemment, et c'est en me baladant sur la plage, d'une beauté incroyable, que j'ai su que je retournerais y vivre. En roi. J'aurais un costume de cartoon, un peu comme celui dans lequel j'ai été photographié par Jean-Paul Goude. Quand j'étais jeune, j'assistais au carnaval de Nice, à l'ancienne, avec d'immenses chars. J'étais très troublé par l'avènement du roi et la cérémonie qui suivait, où il était brûlé. La pierre, car c'est un médium vers le passé. J'ai vécu une jeunesse un peu rugueuse. J'ai d'ailleurs mis longtemps à adopter des matières sophistiquées dans mon travail de créateur. Avant de dessiner à la craie, je touche toujours le mur. Si je ne suis pas en phase avec la rugosité de ses pierres, j'abandonne. J'aime anoblir des choses que les autres ne regardent pas. Je m'imagine mal dans la peau de quelqu'un d'autre mais je suis fasciné par David Lynch, car son art est protéiforme et généreux. Nous poursuivons la même quête, celle de créer le trouble à travers nos créations. À part faire la fête, je ne vois pas... Du coup, je dessine des anges pour me faire pardonner. Des anges dans la ville, éditions du Chêne, 192 pages. MINA SOUNDIRAMJ'AIME ANOBLIR DES CHOSES QUE LES AUTRES NE REGARDENT PAS.