Les géants du luxe partageraient-ils le même agenda lorsqu'il s'agit de faire passer un message vertueux ? Ce mois d'octobre a vu tomber les annonces d'ouvertures, en Europe et aux Etats-Unis, de sites tout entiers dédiés au savoir-faire de grandes maisons (auto)présentées comme pourvoyeuses d'emplois durables et locaux. A Paris (porte d'Aubervilliers), Chanel dévoile le squelette brut d'un nouveau bâtiment signé Rudy Ricciotti. Il accueillera brodeurs, plumassiers, tisseurs, bottiers et autres gantiers travaillant pour sa filiale connue sous le nom de Métiers d'Art. Soit pas moins de 600 salariés, en grande majorité des artisans, dont les mains, essentielles à l'accomplissement de leur travail, se retrouvent célébrées dans une fresque signée Case Maclaim peinte à la bombe tout le long des 650m2 de palissade entourant le chantier. Alors que Celine décidait de renforcer sa capacité productive de sacs et de petite maroquinerie en Toscane, Hermès aussi officialisait la création de 250 emplois de selliers-maroquiniers à l'horizon 2022 grâce à la construction d'une infrastructure dans les Ardennes françaises, à moins de 30 kilomètres de la frontière belge. Avec à la clé pour chaque job, une formation de 18 mois dispensée en interne par les artisans maison. Selon Guillaume de Seynes, l'un des directeurs généraux de l'entreprise familiale, la filière mode et luxe en France se devrait de trouver chaque année pour ses postes techniques plus de 10 000 candidats qu'elle peine pourtant à recruter... Le malletier Louis Vuitton, fleuron du groupe LVMH qui réalise un quart de son chiffre d'affaires aux Etats-Unis, a quant à lui mis le cap sur le Texas pour y ouvrir un site de production destiné exclusivement au marché local. Une aubaine pour un Donald Trump déjà en campagne qui verra à coup sûr dans ces sacs logotés made in USA une preuve de plus de sa capacité à rendre l'Amérique " great again "...

L'expo pour célébrer la finalisation du gros oeuvre du nouveau bâtiment de Chanel, à Aubervilliers. © OLIVIER SAILLANT
Vue 3D du projet de Rudy Ricciotti. © RUDY RICCIOTTI