" J'ai eu cette vision et ce désir de sortir du musée, d'aller dans la rue. " Sans doute l'enfance de Jean-Michel Othoniel explique en partie cette envie de l'artiste de s'inscrire dans l'espace public. L'auteur du fameux Kiosque des Noctambules (photo), voûte perlée qui encadre la bouche de métro Palais Royal - Musée du Louvre, à Paris, est né et a grandi dans le bassin minier de Saint-Etienne. " La ville était assez triste et noire, à cause du charbon. " On ne s'étonnera donc pas des velléités du plasticien à travailler des éléments aux propriétés réversibles, comme le soufre ou le verre, pour en faire des sculptures enchanteresses, colorées souvent, à la fois enfantines et politiques, baroques et minimales, imposantes et sensibles. C'est cette dualité et surtout cette liberté absolue du sculpteur qui ressortent de la première monographie consacrée à l'artiste, éditée par Phaidon. Un entretien, un essai et une analyse des Belles danses - la fontaine qu'Othoniel réalisa à Versailles en 2015 - ; mais aussi une visite d'atelier et un débat autour de l'architecture de verre dans son oeuvre confirment cette impression qu'on a depuis le début : à une époque où, dans l'art contemporain, la notion de beau était taboue, Jean-Michel Othoniel faisait ce qu'il lui plaisait.

© SDP

Jean-Michel Othoniel, par Gay Gassmann, Catherine Grenier et Robert Storr, Phaidon, 160 pages.