HÔTELLERIE 1. HÔTEL 101, LIEU DE CONTRASTES

Un point de chute idéalement situé, à deux pas de la principale rue commerçante, Laugavegur, avec vue sur la nouvelle prouesse architecturale de la ville : Harpa, un gigantesque vaisseau de verre en bord de mer abritant une salle de concerts où se produit la star locale, Björk. Cet hôtel au décor minimaliste fait partie de la célèbre chaîne des Design Hotels. Une adresse discrète logée dans un ancien immeuble de bureaux des années 30. Les 38 chambres, meublées en noir et blanc, sont l'oeuvre de la designer Ingibjörg Pálmadóttir, propriétaire des lieux. Des sièges signés Eero Saarinen et Philippe Starck renforcent la touche ultracontemporaine du salon et du lobby, qui font aussi office de galerie d'art grâce à une sélection pointue de créations d'artistes islandais.
...

Un point de chute idéalement situé, à deux pas de la principale rue commerçante, Laugavegur, avec vue sur la nouvelle prouesse architecturale de la ville : Harpa, un gigantesque vaisseau de verre en bord de mer abritant une salle de concerts où se produit la star locale, Björk. Cet hôtel au décor minimaliste fait partie de la célèbre chaîne des Design Hotels. Une adresse discrète logée dans un ancien immeuble de bureaux des années 30. Les 38 chambres, meublées en noir et blanc, sont l'oeuvre de la designer Ingibjörg Pálmadóttir, propriétaire des lieux. Des sièges signés Eero Saarinen et Philippe Starck renforcent la touche ultracontemporaine du salon et du lobby, qui font aussi office de galerie d'art grâce à une sélection pointue de créations d'artistes islandais. A partir de 225 euros la nuit. 10, Hverfisgata. www.101hotel.is Ouvert au printemps 2012, l'hôtel Reykjavík Marina est la dernière réalisation de la compagnie aérienne Icelandair qui possède deux adresses en ville. Ancré au port, il est l'un des hauts lieux du fish packing district, le quartier design en plein boom, situé à dix minutes à pied du centre. C'est là que se rend la jeunesse locale pour savourer les meilleurs cocktails de la ville. Le décor, aux couleurs vives, mélange des créations islandaises neuves et vintage avec des détails rappelant l'histoire maritime du quartier. Les chambres peuvent accueillir jusqu'à six personnes. Le plus ? Des films islandais (sous-titrés en anglais) projetés dans une petite salle de cinéma au rez-de-chaussée. A partir de 137 euros la nuit. 2, Myrargata. www.icelandairhotels.com/en/hotels/marina L'espace d'exposition d'Epal, qui compte pas moins de 1 500 m2, rassemble l'essentiel de la création scandinave en matière de design : Marimekko, Iittala, Artek, Fritz Hansen, Muuto, Design House Stockholm, Normann Copenhagen, Ferm Living... L'endroit est également connu pour sa sélection des meilleurs talents islandais, tels que Dögg Gudmundsdottir, déjà repérée par Ligne Roset, ou Ingibjörg Hanna Bjarnadóttir, dont les portemanteaux oiseaux habitent le hall d'entrée. La marque possède aussi une échoppe dans le bâtiment d'Harpa au centre-ville et à l'aéroport de Keflavik. 6, Skeifan. www.epal.is La maison en bois - la plus vieille de la ville - passe presque inaperçue. L'endroit abrite pourtant un large échantillon de la création islandaise en matière de petit mobilier, de vêtements et d'accessoires, à travers la production de plus de 200 designers choisis par un comité de professionnels. Lampe futuriste, portefeuille en peau de poisson, cravate en tricot, bague-jardinière ou tabouret poilu : il y en a pour tous les goûts et tous les budgets. L'enseigne propose également des produits de beauté préparés à base d'herbes sauvages islandaises. 10, Adalstraeti. www.kraum.is L'ancien entrepôt niché dans un bâtiment des douanes des années 30 a été avantageusement reconverti en musée d'art contemporain. Les architectes chargés de la rénovation ont su garder le caractère des lieux grâce à une combinaison de béton brut et d'acier, avec de larges baies vitrées donnant sur le port. Ce cadre lisse met en valeur l'oeuvre du plus grand artiste islandais, Erró, adepte du pop art, qui a fait don d'une partie importante de son travail à la ville. Ses fresques, collages et impressions détournent les icônes et les héros des temps modernes en puisant joyeusement dans le patrimoine artistique de l'humanité. Avec, notamment, quelques emprunts à Picasso... 17, Tryggvagata. www.artmuseum.is L'unique galerie de design du pays, créée en 2010, existe grâce à l'impulsion de Sigríður Sigurjónsdóttir, professeur à l'Académie islandaise des Arts. Son intérieur blanc neige accueille des expositions temporaires de designers islandais et étrangers dont on peut voir la succession de noms sur un mur. Dès qu'un événement se termine, les articles rejoignent le sous-sol qui tient lieu de boutique. Halte obligatoire devant les plaids fabuleux de Vík Prjónsdóttir, la révélation du moment. 33, Klapparstígur. www.sparkdesignspace.com/en/ Ce nouveau temple de la gastronomie ouvert en décembre dernier dans le vieux port est une initiative de l'organisateur des tours d'observation des baleines, dont le départ se fait à quelques pas de là. L'homme d'affaires a confié la déco des lieux au label HAF, l'une des étoiles montantes du design islandais. Ici, pas de nappes blanches, mais des tables copiées sur les bobines de câbles que l'on peut trouver sur place, ainsi que des murs de bois noirci inspirés des maisons de pêcheurs. La carte se veut un croisement de saveurs du pays, de la Méditerranée et de l'Amérique du Sud. Tout est servi dans des créations en céramique made in Iceland. Environ 40 euros par personne, et minimum 12 euros pour un lunch. 9, Geirsgata. www.marrestaurant.is Juste à l'arrière du Mar, le Forréttabarinn propose de titiller vos papilles avec des tapas à base de produits islandais, tout au long d'un " mystérieux tour culinaire " proposant un choix de 4 ou 6 assiettes. La déco de cette ancienne manufacture de filets de pêche a été assurée par le collectif de designers Netagerdin, dont le studio et la boutique se trouvent dans la maison voisine. Une adresse incontournable, notamment pour ses coussins en tricot " volki " inspirés des couleurs et des rues de la ville. Environ 35 euros par personne. 14, Nýlendugata. www.forrettabarinn.is A gauche, une bijouterie. A droite, en contre-bas, un magasin de jouets et de bibelots idéaux pour des petits cadeaux pas chers. Du deux en un. Mais c'est avant tout pour les bijoux de Guðbjörg Kristín Ingvarsdóttir, à l'origine de la marque éponyme, que l'on y pénètre. Ses créations délicates, inspirées de la nature islandaise, tour à tour minérales (avec l'utilisation de lave) ou végétales, sont intemporelles. Autre perle du lieu : les collections de Kria, des bijoux nés de la sublimation de squelettes de poissons. Un retour aux sources pour la joaillière qui vit à Brooklyn. 4, Bankastræti. www.aurum.is Steinunn Sigurðardóttir a travaillé pour les plus grandes marques (entre autres Gucci, Calvin Klein, La Perla...) avant de lancer sa griffe voici treize ans déjà. Les lignes de ses vêtements pour Homme et Femme sont issues des paysages et de l'héritage de son pays : les glaciers, la lave, le sable et, depuis peu, le monde de la marine. Beaucoup de couleurs sombres en vue, pour un travail très architectural de la matière, fait de plissés et de noeuds. Sa boutique, dépourvue de vitrine, a récemment investi le fish packing district dans l'enfilade de hangars menant à la mer. 17, Grandagarður. www.steinunn.com Les chaussures du label Kron by Kronkron sont à la fois à regarder et à porter. Souvent très colorées, combinant les matières et les techniques, elles séduisent les fashionistas à travers le monde. Face au succès, le couple de créatifs Hugrún Árnadóttir/Magni Þorsteinsson s'est lancé dans le prêt-à-porter en créant des robes en soie ou en velours aux imprimés chatoyants. Ces fines étoffes sont vendues dans l'une des deux boutiques de la marque, à côté des vêtements et accessoires signés par des grands noms internationaux comme Acne, Vivienne Westwood ou Marc Jacobs. Kron (chaussures), 48, Laugavegur. www.kron.is Kronkron (vêtements et accessoires), 63B, Laugavegur. www.kronkron.com La route désertique qui mène au Blue lagoon donne l'impression d'évoluer dans un paysage lunaire. A l'arrivée, une fumée sortant d'un décor de lave intrigue, puis l'eau d'un bleu turquoise à l'aspect laiteux émerveille. L'expérience ultime, sans laquelle on ne peut surtout pas quitter l'Islande. Cet immense bain chauffé (entre 36 et 39 °C) tire sa couleur particulière d'un mélange de calcaire, de silices et d'algues, et il est réputé bienfaisant pour certaines maladies de la peau. Pour un vrai moment de bien-être, une fois immergé(e), enduisez-vous d'un masque à base de cendres volcaniques ou d'algues... 240, Grindavík.www.bluelagoon.com PAR MURIEL FRANÇOISE