Elle a pour elle d'être fascinée par les coïncidences banales, surtout si elles se trouvent dans un ailleurs qu'elle affectionne. De son oeil de photographe, Eva Donckers (1991) les regarde, en réalité, elle voit ce que beaucoup d'autres ne voient pas. Puis à la lumière naturelle de préférence, elle fait jouer les mécanismes, s'entrechoquer les êtres humains et les objets, quit...