Il fait entrer de nouvelles formes dans les musées

Des abeilles, des fourmis, des araignées, des bernard-l'hermite, des lévriers à patte rose... Pierre Huyghe (Paris, 1962) convie dans les institutions culturelles des formes d'existence qui n'y ont pas habituellement droit de cité. C'est le cas à la Serpentine Gallery, où le visiteur attentif remarquera la présence troublante de mouches bleues communes. Ces insectes, dont le cycle de vie est de quinze jours, sont le signe d'une mise en abyme : leur existence éphémère se déroule au sein d'un événement temporaire. Chez cet artiste pluriel - vidéo, design, installations, performances... -, il y a une volonté de mélanger les règnes, qu'ils soient humains, animaux ou technologiques, et d'en perturber les hiérarchies.
...