Elle est née au milieu du XVIe siècle simultanément en Flandre et en Vénétie. A l'époque, elle orne les chemises, versions Homme et Femme, sans souci de genre et rehausse la tenue des élites - cols, manchettes, cravates, volants, barbes de coiffures se fixent sur les vêtements et montrent sans détour la magnificence de celui, de celle qui les porte ainsi avec ostentation, preuve qu'à l'époque, on savait faire dans la dentelle. D'ornement, elle deviendra vêtement puis lingerie au fil d'une histoire tout en délicatesse. Le Musée Mode & Dentelle, qui en connaît un bout sur la question, invite la créatrice bruxelloise Carine Gilson à rêver sur cette " Beautiful lace ". En un dialogue heureux, elle fait entrer en résonance et en concordance les archives et les trésors rares et précieux du premier tandis qu'elle puise dans ses collections contemporaines pour mieux lui redire son amour. En treize chapitres, de " Mon coeur est de dentelle " à " Chantilly (faite à la main aux fuseaux) ou chantilly (mécanique) ", il y est question d'entrelacs, d'inspiration, d'incrustations, d'exquise transparence et de beauté, par-dessus tout.

Beautiful lace & Carine Gilson, au Musée Mode & Dentelle, 12, rue de la Violette, à 1000 Bruxelles. www.museemodeetdentelle.brussels

Jusqu'au 19 avril prochain.