Qu'est-ce qui vous a plu dans cette collaboration avec H&M?

Je suis attirée par les partenariats qui me donnent l'opportunité d'ouvrir des portes et d'expérimenter des choses. Ce projet avec H&M m'a donné la chance d'explorer le monde des vêtements Homme et Enfant. J'ai abordé cette ligne en gardant une vision globale de la famille, avec une esthétique partagée. On retrouve des versions pour elle et lui, pouvant être interchangées.

Quelle était votre inspiration pour les robes de mariée?

Pour MyTheresa, nous avons adapté notre collection été à l'univers du mariage. A l'aide de tissus et d'ornementations. Je désirais intégrer le rose et le blush à la palette en embellissant les broderies avec des fleurs, en ajoutant du tulle coloré ou encore un noeud en taffetas rose.

Sa collecition pour H&M., SDP/ H&M
Sa collecition pour H&M. © SDP/ H&M

Dans vos lignes, on retrouve beaucoup de franges et de perles. Une façon de contrer les vêtements ternes et confortables qui ont pris le dessus en 2020?

Je suis convaincue qu'il est possible d'allier confort et beauté des détails. Mes habits doivent convenir à toutes les situations que nous traversons dans nos vies à mille à l'heure. A cause de la pandémie, nous avons raté pas mal d'occasions de profiter des vêtements. Je pense que nous sommes impatients de pouvoir nous remettre sur notre trente-et-un. En attendant, j'espère que mes collections apportent de la joie et une certaine forme d'évasion.

Pour H&M, vous vous êtes même replongée dans vos archives.

C'était agréable de regarder en arrière et de voir comment la marque a grandi. J'ai cherché comment je pouvais mettre à jour certaines idées, comment certains éléments androgynes pouvaient influencer le monde de la mode masculine par exemple. Grâce à ces recherches, j'ai pu constater que c'est dans ma collection été 14 que les perles, aujourd'hui si caractéristiques, ont été introduites pour la première fois. Il ne s'agit pas de simples rééditions mais bien de réinterprétations actuelles. C'est une histoire d'évolution.

Disponible dès le 11 mars sur hm.com et dès le 3 mars sur mytheresa.com

Qu'est-ce qui vous a plu dans cette collaboration avec H&M? Je suis attirée par les partenariats qui me donnent l'opportunité d'ouvrir des portes et d'expérimenter des choses. Ce projet avec H&M m'a donné la chance d'explorer le monde des vêtements Homme et Enfant. J'ai abordé cette ligne en gardant une vision globale de la famille, avec une esthétique partagée. On retrouve des versions pour elle et lui, pouvant être interchangées.Quelle était votre inspiration pour les robes de mariée? Pour MyTheresa, nous avons adapté notre collection été à l'univers du mariage. A l'aide de tissus et d'ornementations. Je désirais intégrer le rose et le blush à la palette en embellissant les broderies avec des fleurs, en ajoutant du tulle coloré ou encore un noeud en taffetas rose.Dans vos lignes, on retrouve beaucoup de franges et de perles. Une façon de contrer les vêtements ternes et confortables qui ont pris le dessus en 2020? Je suis convaincue qu'il est possible d'allier confort et beauté des détails. Mes habits doivent convenir à toutes les situations que nous traversons dans nos vies à mille à l'heure. A cause de la pandémie, nous avons raté pas mal d'occasions de profiter des vêtements. Je pense que nous sommes impatients de pouvoir nous remettre sur notre trente-et-un. En attendant, j'espère que mes collections apportent de la joie et une certaine forme d'évasion.Pour H&M, vous vous êtes même replongée dans vos archives. C'était agréable de regarder en arrière et de voir comment la marque a grandi. J'ai cherché comment je pouvais mettre à jour certaines idées, comment certains éléments androgynes pouvaient influencer le monde de la mode masculine par exemple. Grâce à ces recherches, j'ai pu constater que c'est dans ma collection été 14 que les perles, aujourd'hui si caractéristiques, ont été introduites pour la première fois. Il ne s'agit pas de simples rééditions mais bien de réinterprétations actuelles. C'est une histoire d'évolution.