Non, Paul Smith ne passe pas ses journées à écouter les albums mythiques de ses potes rockstars, et nous en fait la preuve en dévoilant la sélection qui s'apprête à rythmer son été : " Les saisons ont forcément une influence sur ce que j'écoute, même...

Non, Paul Smith ne passe pas ses journées à écouter les albums mythiques de ses potes rockstars, et nous en fait la preuve en dévoilant la sélection qui s'apprête à rythmer son été : " Les saisons ont forcément une influence sur ce que j'écoute, même si dans ce cas-ci, il va être difficile de parler de bande-son estivale. Quand je vois ce qui est chargé sur mon iPod... Si je vous dis Father John Misty (1.), Nick Cave (3.), The Lumineers, ça n'est pas très ensoleillé. J'ai aussi Sheku Kanneh-Mason (4.) - un type génial, un incroyable violoncelliste de Nottingham, qui vient de remporter le trophée du meilleur musicien de l'année de la BBC - ou les soeurs Labèque (5.), des pianistes qui sont également mes amies. Rien n'est jamais vraiment établi, je vais du rock au classique, en passant par Christine and the Queens (2.), par ailleurs une très bonne cliente à moi. Puis j'écoute aussi pas mal de blues et de jazz. John Coltrane, Herbie Hancock, Miles Davis... Ça, c'est surtout quand je suis dans mon studio à Londres, à 6 heures du matin, et sur vinyle - le bruit de l'aiguille au moment de la poser sur le disque, j'adore. Et, oui, je me lève tous les jours à 5 heures, 5 heures moins le quart. Comment je survis ? L'amour de la vie, je suppose. "