C'est un peu la quadrature du cercle et pourtant, même les plus grands noms de la beauté s'emploient désormais à développer des routines, qu'il s'agisse de soin ou de maquillage d'ailleurs, de plus en plus personnalisées. La vague des sticks correcteurs de couleurs pour le teint, aujourd'hui qualifiée de " tone-tuning " et popularisée dès 2016 par Dior et Yves Saint Laurent, s'est diffusée, depuis, dans les labels dits de grande distribution, dont Maybelline, pour arriver chez L'Oréal Paris, en tubes et palettes d'ici le mois de mai prochain, mais aussi chez Chanel, Guerlain et Estée Lauder. Preuve que ces outils, autrefois très spécialisés et réservés aux make-u...

C'est un peu la quadrature du cercle et pourtant, même les plus grands noms de la beauté s'emploient désormais à développer des routines, qu'il s'agisse de soin ou de maquillage d'ailleurs, de plus en plus personnalisées. La vague des sticks correcteurs de couleurs pour le teint, aujourd'hui qualifiée de " tone-tuning " et popularisée dès 2016 par Dior et Yves Saint Laurent, s'est diffusée, depuis, dans les labels dits de grande distribution, dont Maybelline, pour arriver chez L'Oréal Paris, en tubes et palettes d'ici le mois de mai prochain, mais aussi chez Chanel, Guerlain et Estée Lauder. Preuve que ces outils, autrefois très spécialisés et réservés aux make-up artists, sont désormais empruntés par toutes les femmes - les plus jeunes surtout - en quête d'un teint parfait travaillé en surface, défaut par défaut, avant même d'étaler un fond de teint par-dessus. Dans ce domaine également, les palettes de couleurs, distribuées en point de vente et plus encore online, ne cessent de s'élargir. Et pour celles qui ne trouveraient pas leur bonheur, Lancôme lance en édition limitée quatre teintes de highlighters liquides, super brillants et donc parfaitement en phase avec la tendance glow (lire par ailleurs), capables de customiser d'une simple goutte son fond de teint liquide pour lui apporter des reflets tantôt champagne, rosés, or ou bronze. Même démarche du côté du soin, chez Dior cette fois, avec le lancement d'une extension de gamme nommée Youth, dans la franchise Capture, qui s'adresse, en mode préventif, aux jeunes femmes à partir de 25 ans. Une crème de base identique pour toutes est ici soutenue par une famille de sérums experts à utiliser à la carte pour donner de l'éclat, repulper les volumes, matifier, lifter ou encore apaiser les rougeurs. Par ailleurs, chez le coiffeur, on peut aujourd'hui customiser son shampoing ou son masque à l'aide d'additifs, après diagnostic lors du passage dans un salon L'Oréal Professionnel, voire emporter chez soi les bienfaits combinés des boosters et des concentrés Fusi-Dose de Kérastase pour s'offrir une cure maison. Que l'on ait le crin indiscipliné, abîmé, fragile ou coloré, chaque problème a sa solution. Avec, là encore, l'impression de se concocter son petit rituel à soi en jonglant à la demande avec ses envies ou ses besoins du moment. L'idée derrière tout cela est que la peau, comme le cheveu, réagit aux saisons, à l'âge, à l'état de santé ou de fatigue de son propriétaire et qu'il faut désormais rester à son écoute et ne pas hésiter à modifier ses habitudes, même temporairement. Quand on s'appelle Jo Malone et que le mix & match fait partie intégrante de son ADN, on ne peut que se réjouir de cette tendance qui s'applique au parfum également. Par le biais d'huiles parfumées à porter seules ou à superposer avec des fragrances - comme on le découvrira plus tard dans l'année chez Hermès ou Elie Saab - ou en s'amusant à combiner les jus de la dernière collection éphémère de la marque britannique, inspirée par les odeurs des champs dans la chaleur de l'été. Conçus pour être assemblés, leurs accords se marient donc harmonieusement pour laisser derrière soi un sillage signé. Dans le même ordre d'idées, mais dans une autre gamme de prix, le petit label français Solinotes vient à son tour d'ajouter deux notes gourmandes - pomelo et grenade - à son catalogue.