" Bienvenue dans un club de deux milliards de personnes ", nous lance Raphaël Dupriez, l'un des quatre associés de Little Food, alors que nous goûtons nos premiers grillons séchés. Et malgré une légère appréhension, force est de constater que leur saveur n'a rien de désagréable, au contraire. Le grillon " nature " a un petit goût de fruit sec, proche des pipas, tandis que sa version fumée à la sciure de hêtre rappelle immanquablement le fameux chips Grills de Lay's. Nickel pour l'apéro, ...

" Bienvenue dans un club de deux milliards de personnes ", nous lance Raphaël Dupriez, l'un des quatre associés de Little Food, alors que nous goûtons nos premiers grillons séchés. Et malgré une légère appréhension, force est de constater que leur saveur n'a rien de désagréable, au contraire. Le grillon " nature " a un petit goût de fruit sec, proche des pipas, tandis que sa version fumée à la sciure de hêtre rappelle immanquablement le fameux chips Grills de Lay's. Nickel pour l'apéro, " ou pour remplacer les lardons, comme dans notre recette de Frisée aux grillons ", ajoute Raphaël. Installé dans les caves du Village Partenaire de Saint-Gilles, Little Food est le seul élevage belge dont les grillons sont destinés à la consommation humaine, les autres étant généralement réservés à l'alimentation des reptiles, et le seul en Europe que l'on peut visiter. A la fois producteurs, préparateurs et promoteurs, les jeunes bio-ingénieurs de l'équipe croient dur comme fer au potentiel de leurs petites bêtes et bénéficient d'arguments capables de convertir le plus réticent des gastronomes en joyeux entomophage : " Pour produire autant de protéines qu'un boeuf, le grillon a besoin de vingt-cinq fois moins de nourriture, de trois cents fois moins d'eau et il génère soixante fois moins de gaz à effet de serre, explique Raphaël. En outre, il est riche en fer, calcium, vitamine B, fibres et oméga-3, et on le nourrit avec du tourteau de lin et de tournesol, récupéré dans les commerces des environs. " L'insecte n'a pas d'égal quand il s'agit de transformer des déchets alimentaires en viande et, dans sa petite installation d'à peine 35 m2, Little Food en récolte quelque 100 kilos par mois, soit 300 000 bestioles. Une production qui devrait encore s'accroître à l'avenir, et amener un public toujours plus grand à tenter l'expérience de ces étonnantes " crevettes bruxelloises " ou " crevettes des champs ". littlefood.org Deux étudiantes autrichiennes ont crowdfundé avec succès leur projet Livin Farms, matérialisé par The Hive (" la ruche "), un meuble à tiroirs servant à la production domestique de vers de farine, selon un processus durable qui recycle les épluchures de cuisine. The Hive permet de récolter 200 à 500 grammes par semaine de " novel food " plutôt séduisante en termes d'apports nutritionnels, à frire, cuire, bouillir ou réduire en poudre. Mise sur le marché des premiers modèles prévue pour novembre prochain. www.livinfarms.com