C'est un Graal que l'on s'était fixé : trouver un dessert, sans crème pâtissière ni lourdeur, mais sans artifice glacé non plus (on sait combien le froid aide à faire passer bien des pilules), qui aille comme un gant aux beaux jours. On s'était dit qu'on allait écumer les pâtisseries de Bruxelles et de Wallonie jusqu'à ce que s'imp...

C'est un Graal que l'on s'était fixé : trouver un dessert, sans crème pâtissière ni lourdeur, mais sans artifice glacé non plus (on sait combien le froid aide à faire passer bien des pilules), qui aille comme un gant aux beaux jours. On s'était dit qu'on allait écumer les pâtisseries de Bruxelles et de Wallonie jusqu'à ce que s'impose la révélation. La providence a voulu qu'on la trouve, après seulement quinze jours de recherche au quotidien, à Bruxelles, du côté de la rue du Page. L'orfèvre qui en est l'auteur ? Nikolas Koulepis, talent venu de l'île de Rhodes. Le chef a fait ses armes dans plusieurs enseignes réputées de la capitale (Villa Lorraine, Bouchery, Notos). Tout au long de son parcours, il avait un rêve : ouvrir sa propre boutique. Pari réussi, depuis deux ans, à Ixelles, où il s'est très vite fait une réputation auprès de la clientèle de quartier. Rien de surprenant dans cette réussite, l'homme a mis tous les atouts de son côté : un décor joliment épuré et surtout une imparable série de desserts tous plus succulents les uns que les autres. On est tombé à genoux devant à son Yaourt Framboise (4,60 euros), un dôme tout en légèreté à base de yaourt à la grecque, de gelée de framboise, de miel et de biscuit à l'huile d'olive. Un brin d'acidité que compense un peu de sucre sur fond de croquant légèrement amer. L'impression qui domine est celle d'un délice en forme d'épiphanie qui laisse le palais dans un état de fraîcheur absolu. On prend et on en reprend sans jamais se lasser, ni être écoeuré.