Il n'y a pas de surpopulation d'animaux abandonnés dans les refuges, assure le ministre. Cependant, il souhaite prévenir une éventuelle saturation causée par l'arrêt des adoptions, si les refuges n'étaient plus du tout accessibles à cause des mesures de confinement. Les adoptions sont donc maintenues, mais uniquement sur rendez-vous et dans le respect des règles de distanciation sociale. L

e télétravail n'étant pas compatible avec l'activité des refuges, le personnel et les bénévoles sont toujours autorisés à se déplacer. "Les animaux ont besoin de nous, que ce soit pour les nourrir, les promener ou tout simplement pour en prendre soin", souligne le ministre. "Mais, nous avons aussi besoins d'eux. Dans ces périodes difficiles, ils peuvent apporter chaleur et réconfort à leur maître. L'activité des refuges est essentielle et nécessaire pour le bien-être de nos animaux." Aucune étude scientifique ne permet de confirmer que le Covid-19 est transmissible entre l'animal et l'homme, rappelle M. Clerfayt.

Il n'y a pas de surpopulation d'animaux abandonnés dans les refuges, assure le ministre. Cependant, il souhaite prévenir une éventuelle saturation causée par l'arrêt des adoptions, si les refuges n'étaient plus du tout accessibles à cause des mesures de confinement. Les adoptions sont donc maintenues, mais uniquement sur rendez-vous et dans le respect des règles de distanciation sociale. Le télétravail n'étant pas compatible avec l'activité des refuges, le personnel et les bénévoles sont toujours autorisés à se déplacer. "Les animaux ont besoin de nous, que ce soit pour les nourrir, les promener ou tout simplement pour en prendre soin", souligne le ministre. "Mais, nous avons aussi besoins d'eux. Dans ces périodes difficiles, ils peuvent apporter chaleur et réconfort à leur maître. L'activité des refuges est essentielle et nécessaire pour le bien-être de nos animaux." Aucune étude scientifique ne permet de confirmer que le Covid-19 est transmissible entre l'animal et l'homme, rappelle M. Clerfayt.