Barbara Witkowska Journaliste

Dans la mode, la griffe new-yorkaise prône une identité urbaine, faite de simplicité et de minimalisme. Les lignes de montres et de bijoux, elles, sont autant d’accessoires must-have de ce style moderne et unique, immédiatement reconnaissable.

Futur best-seller. La nouvelle montre s’appelle  » Post-minimal « , en hommage au mouvement artistique post-minimal arty.  » Nous ne sommes pas une marque américaine, nous sommes une marque new-yorkaise, martèle Arlette Elsa Emch, présidente de Calvin Klein Watches and Jewellery. Nous nous inspirons des fashion shows, de la rue et de l’art. L’architecture est, aussi, très proche de nous.  »  » Cacher – ne pas cacher  » : c’est le credo du célèbre architecte britannique John Pawson qui a donné l’impulsion au concept de la montre. Une maison à Majorque, qu’il a dessinée, a servi de modèle. Elle est occultée par un mur, traversé par une fente. On retrouve la même idée dans la montre. Elle est ronde et ultrasimple. C’est en regardant la tranche qu’on aperçoit la fente circulaire, réalisée avec un verre japonais de téléscope. D’où ces jeux subtils d’ombres et de lumières.

Architecture toujours. Le clin d’£il à l’architecture est visible dans le design des autres boîtiers et des bracelets. Un exemple ? Ce bracelet finement perforé, à l’instar de certains matériaux industriels. Le même esprit se prolonge dans les lignes de bijoux. L’idée de la fente est reprise dans les bagues et bracelets en Plexi et en acier. Des cubes légèrement tordus forment des bagues et des boucles d’oreille bien originales. L’acier lisse, imprimé de tout petits carrés, évoque des façades new-yorkaises des années 1930. Un peu différente, la ligne  » argent « , s’inspire du flacon Euphoria, dernier opus olfactif de la maison. Le quartz et l’améthyste y taquinent les surfaces polies de l’argent.

Le classique revisité. La montre Dress avec son bracelet aux espaces subtilement encerclés a dix ans.  » C’est notre best-seller absolu, souligne Arlette Elsa Emch. Ce grand classique est aussi connu que la bouteille de Coca-Cola, une Converse ou le flacon N° 5 de Chanel.  » Après dix ans de succès, la Dress avait besoin d’un minilifting. C’est chose faite. Ses lignes se sont arrondies et adoucies, le cadran arbore un gris soyeux, le  » code couleur  » de Calvin Klein. Désormais, elle se présente en trois tailles, dont une XXL, pour plaire aux addicts (hommes et femmes) de grosses montres.

Barbara Witkowska

Partner Content