Arne Quinze: « Je rêve de rompre l’asphalte de la ville et de le transformer en un champ de fleurs »

© sdp

L’artiste Arne Quinze vient d’inaugurer sa dernière sculpture lors de la 59e Biennale de Venise. Il est également invité d’honneur de l’édition 2022 de la Brafa, la foire d’art qui s’ouvrira en juin prochain à Bruxelles. Il répond à notre interview sur le vif .

La question qu’on vous pose le plus souvent?

Je pense que c’est «Où puisez-vous votre inspiration?» Ma réponse est constamment la même: mon jardin avec ses 50 000 fleurs à chaque saison. Cela représente la diversité et l’harmonie de la nature, mais aussi sa dualité. La force dans la fragilité de la nature et la fragilité dans la force de la nature m’inspirent énormément.

La compétence inutile que vous maîtrisez?

Je pense sincèrement que j’utilise toutes mes compétences. Je ne vois pas vraiment l’intérêt de maîtriser quelque chose d’inutile. Mais ce n’est que mon avis.

Un sport que vous pratiquez… en pensée?

Honnêtement, je fais déjà du sport près de cinq fois par semaine. Je ne crois vraiment pas que j’ai le temps de penser à un autre sport que celui que je fais déjà!

La ville ou le pays dont vous n’êtes jamais vraiment revenu?

Sans hésitation, mon propre jardin, encore, avec ses fleurs et sa tranquillité. Après avoir voyagé, j’ai toujours envie de retourner dans mon oasis.

La personne qui a le plus d’influence sur vous?

Cela est intimement lié à mon inspiration pour le coup. Mais je pense que la personne qui a le plus d’influence sur moi c’est Mère Nature. Elle m’inspire énormément.

Une idée concrète pour un monde meilleur?

Ramener la nature dans nos villes et dans nos vies. Nous devons nous inspirer de la nature et embrasser son harmonie et sa diversité. Le jour où nous construirons des centres urbains aussi diversifiés que la nature, nous vivrons dans des villes humaines.

Le plat qui vous ramène en enfance?

Les poivrons farcis que mon père avait l’habitude de faire. C’est ma madeleine de Proust à moi. Cela marche à chaque fois.

L’achat le plus bizarre que vous ayez fait?

Honnêtement, je n’achète que des choses bizarres. Compliqué dès lors d’en isoler une seule.

Votre dernier coup de gueule?

Quand je vois comment les gens traitent notre planète et eux-mêmes, cela me met en colère. Mais cela me rend surtout triste pour être honnête.

La dernière fois que vous vous êtes trompé?

Tous les jours, je commets des erreurs. Tous les jours, je me trompe. Je n’en dirai donc pas plus.

Ce que vous avez appris sur vous durant la pandémie?

Pendant cette période, j’ai pris conscience de la distance qui nous sépare de la nature. Nous naissons entre quatre murs stériles, plus tard nous allons à l’école et travaillons entre quatre murs de briques et à la fin de notre vie, ils nous mettent entre les quatre planches de bois du cercueil. Comment en sommes-nous arrivés à vivre ainsi? Nous devons abattre ces murs et laisser la nature entrer dans nos vies.

Ce que vous avez envie de faire, là, tout de suite?

Je rêve de rompre l’asphalte de la ville et de le transformer en un champ de fleurs.

Partner Content