Barbara Witkowska Journaliste

Les parfums, c’est comme la mode : il n’y a plus de tendances. On choisit son sillage en fonction de son humeur, de sa tenue du jour ou du buzz de la marque. Vous vous changez ? Changez aussi d’accessoire olfactif… Voici les toutes dernières nouveautés.

LES BELLES SIGNATURES

Les grandes maisons continuent à explorer les matières nobles dans les règles de l’art de la parfumerie traditionnelle.

Eau Première N° 5 de Chanel (1.). Le plus célèbre  » bouquet abstrait  » du monde se réinvente dans une version plus épurée et très contemporaine. Pour résumer : si le N° 5 était un tableau, Eau Première serait l’aquarelle, composée avec des tons pastel d’une transparence exquise. Du grand art.

Ma Dame de Jean Paul Gaultier (2.). Le couturier s’amuse. Il sculpte son buste iconique dans un bloc de verre et y verse un élixir floral et coloré où tourbillonnent joyeusement l’orange acidulée, la rose, la grenadine, le musc et le cèdre. Une élégance qui ne se prend pas au sérieux.

Magnifique de Lancôme (3.). L’essencede nagarmotha est extraite d’un végétal de la famille du papyrus originaire d’Inde. Utilisée pour la première fois en parfumerie, cette belle matière cuirée, fumée et boisée est admirablement accompagnée de bergamote, de rose bulgare, de jasmin et de vétiver. On succombe à cette composition qualitative au sillage… magnifique.

PARFUMS DES JOAILLIERS

Dans ce travail d’orfèvre, les ingrédients, tels les pierres précieuses, sont minutieusement sélectionnés et facettés avec maestria. Un bijou leur sert d’écrin.

B de Boucheron (4.). Inspiré par la collection Exquises Confidences, le flacon s’habille de plissés ondoyants et se coiffe d’un capot serti d’une  » émeraude « . Ciselée avec délicatesse, la fragrance met en scène la fleur d’oranger, l’osmanthus et la rose avec des bois envoûtants en fond du décor.

Féerie de Van Cleef & Arpels (5.). La fée fait partie de l’ADN de la maison. Songeuse et gracile, elle veille sur l’écrin sculpté de lumière bleue argentée et protège jalousement son nectar où la violette, le cassis, la rose, l’iris et le vétiver virevoltent dans un ballet joyeux.

Jasmin Noir de Bulgari (6.). Le contraste de l’or éclatant et du noir mystérieux est une référence au style du joaillier italien. Le parfum explore la même dualité et confronte l’éclat rayonnant et lumineux du jasmin et du gardénia à une facette plus sombre et plus mystérieuse des bois précieux et de la fève tonka.

SILLAGES RARES

On les appelle  » parfums de niche « . Se baladant hors des sentiers battus, ils revendiquent sans complexes une personnalité élitiste et le vrai luxe.

Tom Ford Black Orchid (7.). L’orchidée noire n’existe pas dans la nature. Mais pourquoi pas lui imaginer une odeur ? En associant, par exemple, l’ylang-ylang, le patchouli, l’encens, le chocolat noir et une ribambelle d’épices. Parfum de caractère, il ne passe pas inaperçu.

Rose Alexandrie d’Armani/Privé (8.). Le maestro Armani enrichit sa saga sur les jardins de légende d’une nouvelle création, dédiée à ceux d’Alexandrie. La rose en est la reine. Quelques zestes d’agrumes, la saveur onctueuse de la vanille et l’esprit mystérieux du benjoin subliment sa séduction charnue et veloutée.

Aziyadé de Parfum d’Empire (9.). Cette superbe marque artisanale, fondée par Marc-Antoine Corticchiato, raconte dans chaque création olfactive une belle épopée historique qui chavire notre imaginaire. Le dernier opus met en scène, à coups de notes charnelles et voluptueuses, l’ambiance langoureuse et lascive d’un harem. Comme si vous y étiez !

Musc Nomade d’Annick Goutal (10.).  » Les Orientalistes  » est un conte olfactif qui nous plonge dans l’univers fantasmatique des Mille et Une Nuits. Après l’Ambre, la Myrrhe et l’Encens, voici le chapitre numéro quatre. Réinventé, sculpté et ciselé, le musc devient encore plus addictif grâce à un nuage de fève tonka et à une larme de labdanum. Le sillage est rassurant et douillet comme un pull en cachemire.

Profumo d’Acqua di Parma (11.). Epurés et  » rafraîchis « , les grands  » chypres  » du xxe siècle sont de nouveau à la mode. Celui-ci, très italien, révèle une tête rayonnante de bergamote, de pivoine et de jasmin et un fond raffiné nimbé d’un nuage de notes douces et crémeuses de labdanum, de vétiver et de bois de santal.

TORRIDE SERA LA NUIT

Un nouveau concept ? Voici les premiers parfums  » nocturnes « , censés booster notre pouvoir de séduction entre chien et loup, voire au-delà…

Delicious Night de DKNY (12.). Un cocktail de pamplemousse givré, de gingembre, de martini et de mûres sauvages suscite un agréable étourdissement. L’ivresse va crescendo, au fur et à mesure que le jasmin, l’ambre, l’encens, la myrrhe et le patchouli entrent dans la danse. Excitant comme une nuit à Manhattan.

Fuel for Life Unlimited de Diesel (13.). Une résille noire enlace étroitement les courbes sensuelles du flacon. Dedans, un filtre sensuel préparé avec des notes de poire, de goyave, de tubéreuse, de jasmin et de feuilles mouillées pour faire tourner les têtes jusqu’au bout de la nuit.

Midnight Rain de La Prairie (14.). Dès que la lumière décline, on troque le raffiné mais plutôt sage Silver Rain contre cet élixir envoûtant, imaginé comme une provocante étreinte entre les fleurs blanches, les fruits exotiques, le patchouli et les muscs.

VERSIONS LIGHT

Ces trois fragrances cousues main ont été lancées il y a quelques mois sous forme d’Eaux de parfum. Présentées, aujourd’hui, en version Eaux de toilette, elles gagnent en légèreté et en subtilité.

L’Eau the One de Dolce & Gabbana (1.). Les fleurs blanches, l’ambre, la vanille et le vétiver forment toujours la clé de voûte de ce floral oriental. La facette fruitée a été dopée avec des zestes de litchi, de pêche et de prune. Une fraîcheur… gourmande.

Eau de toilette Gucci by Gucci (2.). La sensualité y est toujours très présente, mais elle se montre sous un jour plus tendre, plus frais et plus romantique. Les fleurs de tiaré et de lys araignée, roulées dans le musc et le miel, colorent le sillage d’une suavité douce et indolente.

Marc Jacobs Gardenia (3.). L’original s’appelle Perfume et a pour vedette  » le gardénia flottant à la surface de l’eau « . Ici, le gardénia est toujours là. On lui a juste ajouté quelques gouttes de rosée supplémentaires pour exalter sa transparence et sa fraîcheur.

L’HISTOIRE CONTINUE…

On ne change pas une équipe qui gagne. Pareil avec les parfums à succès. On se contente de les valoriser par quelques détails percutants. Comme si la robe qu’on préfère était accessoirisée différemment.

Amor Amor Tentation de Cacharel (4.). Dans un écrin violet (qui remplace le rouge), la tentation commence avec une envolée fraîche de mandarine et de lierre. L’association de jasmin et de fleur de tiaré met les sens en éveil et le charme opère définitivement au final, dans une passion épicée de cèdre et de vanille.

Covet Pure Bloom de Sarah Jessica Parker (5.). Le flacon taillé en cabochon passe de l’émeraude au violet améthyste. Le bouquet floral, toujours aussi somptueux, s’enrichit d’une nouvelle venue. La Royal Indonesian Pikake, utilisée pour la première fois en parfumerie, exhale un parfum sucré et apporte à l’ensemble une touche de  » luxuriance paradisiaque « .

Fleur de Corail L de Lolita Lempicka (6.). Sur le même flacon, mi-galet mi-c£ur, s’affichent d’autres  » trésors  » : une pampille de corail blanc et une fleur de frangipanier. Cette dernière, en vedette de la composition, a su bien choisir ses partenaires : l’orchidée vanille, l’ambre, le musc et le bois flotté.

Secret Obsession de Calvin Klein (7.). Créé il y a plus de vingt ans, cet élixirenivrant et ensorcelant distille toujours autant de richesses, mais de façon plus retenue et plus discrète. La prune lui apporte une touche plus gourmande tandis que les bois se font plus langoureux et caressants.

Carnet d’adresses en page 84.

Barbara Witkowska

Partner Content