Il fait soleil et nos habitudes changentà On a envie de savourer différemment les vins. De l’Australie au Minervois, du Portugal à la Provence, de l’Afrique du Sud à l’Alsace, voici les 15 coups de c£ur de Weekend, sélectionnés à l’aveugle pour rafraîchir les beaux jours et animer barbecues et repas au jardin.

1. Wine of South Africa – Chardonnay 2006 – Drostdy-Hof.

Au nord-est de la ville de Pearl, la vallée de Tulbach installe ses vignobles à l’abri d’imposantes chaînes de montagnes. La partie sud est ouverte aux vents chauds et secs de l’été. Des conditions qui rendent l’irrigation nécessaire. Sous une robe paille zébrée de vert pâle, ce chardonnay exprime une jolie mosaïque de parfums (léger chêne, chouia de beurre, grillé, fruits secs et exotiques) que l’on retrouve avec fraîcheur dans l’attaque, la souplesse et une rondeur charmeuse. Equilibré et prêt, il est à déguster vers 8 – 10 °C avec gambas grillées, saumon fumé, ris de veau grillés.

5,49 euros. Cora.

2. Argentine – Quara Torrontés 2006 Salta – Bodega Félix Lavaque.

Venu d’Espagne où il est maintenant abandonné, le cépage torrontes n’existe plus qu’en Argentine et au Chili où l’on apprécie les vins blancs qu’il donne. La bodega Félix Lavaque l’importa en 1910 dans la vallée de Cafayate, au sud de Salta. Ses notes florales, notamment de rose, peuvent suggérer le gewurztraminer. Charnu, gras et persistant, valorisé par une acidité d’agrume jusqu’en finale, ce Quara torrontes reste la spécialité de cette cave dans la même famille depuis 1870. A découvrir, entre 8 et 10 °C, avec avocat au crabe, croquettes de volaille, spécialités thaïes ou vietnamiennes, poulet au curry.

4,99 euros. Carrefour.

3. Australie – Viognier 2007 –  » Jette’s  » – Richard Hamilton – McLaren Vale.

A une quarantaine de kilomètres au sud d’Adelaïde (Australie méridionale), l’important secteur de McLaren Vale est propice à la culture de nombreux cépages et à la vinification de styles différents. Ainsi, le chirurgien Richard Hamilton, descendant d’une lignée réputée dans la culture de la vigne depuis l’implantation familiale en 1837, dédie ce vin de cépage viognier à son épouse Jette. Le climat maritime convient particulièrement à ce plant des côtes-du-rhône septentrionaux (Condrieu, Château Grillet). Les fruits tropicaux (abricot, lychee, goyave, papaye), les épices, le chêne français des barriques sont sertis dans une matière souple et complexe. A consommer, entre 8 et 10 °C, avec carpaccio de saumon, homard au gingembre, porc aigre-doux.

7,99 euros. Colruyt.

4. Espagne – Valdeorras d.o. Godello 2007 –  » Godeval « .

Construite en 1987 sur les ruines d’un monastère, la bodegas Godeval cultive en Galice, dans le nord-ouest de l’Espagne, 17 ha de vignes de plus de 15 ans. Le godello, l’unique cépage, mûrit sur des pentes escarpées orientées au sud sous un climat continental influencé par l’océan Atlantique. Les sols de schiste et d’ardoise ont la propriété de restituer, la nuit, la chaleur absorbée le jour, contribuant ainsi au développement optimal des raisins. Sous un or brillant, il offre des fragrances florales et fruitées. Souple, avec une fine bulle pour renforcer la fraîcheur, il signe un excellent équilibre acidité-minéralité-douceur pour accompagner fruits de mer, poissons, viandes blanches.

11 euros. GMF. Tél. : 0497 938 136.

5. Pinot blanc de blancs 2006 – Cuvée Les Amours – Hugel.

Illustrissime maison de tradition scotchée dans la qualité, Hugel boude le répertoire des grands crus pour rester fidèle aux marques personnelles. Ainsi, cette cuvée  » Les Amours  » à laquelle la vinification évite de concéder du sucre résiduel, la plaie de bien trop de vins d’Alsace. Vendangés manuellement, les raisins sont acheminés aux pressoirs alimentés par gravité, sans pompage ou autres manipulations. Pâle avec des nuances vertes, ce 2006 joue les fruits mûrs (pomme Golden, mirabelle) avec une touche florale et se fait souple et tendre. Parfait, entre 8 et 10 °C, avec poissons à la nage ou meunière, volaille et viande blanche en sauce légère.

8,50 euros. De Coninck, tél. : 02 353 07 65.

6. Portugal – vinho branco – Vinho Regional Terras do Sado 2007 – Serras de Azeitão.

Terminé, les rouges anémiques usés par trop d’années passées en barriques. Fini, les blancs oxydés et ternes. Depuis le milieu des années 1990, les Portugais retrouvent le goût du vin, jouant les fruits et la fraîcheur. Ainsi cet excellent vin blanc issu des cépages fernão pires, arinto et chardonnay qui ondulent sur les plaines et collines de la péninsule de Setubal. Son appellation Regional Terras do Sado, qui équivaut au vin de pays français, est un exemple de fraîcheur. Des fines bulles égayent l’or brillant de la robe. Des fruits tropicaux marquent une chair, ample et poivrée pour escorter truite fumée, fruits de mer, cabillaud poché ou poêlé.

4,79 euros. Delhaize.

7. Côtes de Provence –  » Prestige  » cru classé 2006 – Château Minuty.

Créée au xviiie siècle, cette propriété avec chambres et chapelle Napoléon III, connut des sorts divers. Ses 72 ha de vignes, cultivés sur des sols d’argile et de mica-schistes, dans la presqu’île de Saint-Tropez, soignent les cépages grenache, cinsault et tibourens. Vinifiés en thermorégulation, ils donnent cette cuvée de  » prestige « . Un rosé à la teinte pelure d’oignon d’une élégance aromatique exemplaire (fleurs, fraise, griotte, épices), franc, structuré et frais pour l’apéritif ou un repas de qualité : petit rouget grillé, coquille Saint-Jacques en brochette, à la provençale, poulet rôti, thon, côtes d’agneau.

15,49 euros. Van Beneden, tél. : 02 410 12 93.

8. Chili – Cabernet-sauvignon 2007 – Las Puertas.

Nul cépage n’a mieux réussi que le cabernet-sauvignon. Sacré meilleur cep du monde pour avoir engendré le top des vins rouges (ceux du Médoc), il a toujours su s’adapter aux climats extrêmes, de la torride Bekaa (Liban) au froid de l’île du sud de la Nouvelle-Zélande. Rafraîchi par l’eau dévalant de la Cordillière des Andes, il trouve des conditions favorables dans la vallée de Calchagua, elle-même située dans la Central Valley, le berceau de la viticulture chilienne. Sous un grenat sombre à liseré violet, ce 2007 affirme sa maturité, dans un bouquet fruité porté par une matière savoureuse et harmonieuse, sur des tanins charnus pour accompagner brochettes et grillades, tapas, lapin aux herbes.

3,69 euros. Delhaize.

9. Corbières Le Prieuré 2006 – Château de Vaugelas – élevé en fûts de chêne.

Repris par le puissant groupe Bonfils (850 ha de vignobles, un château à Montagne-Saint-Emilion), Maurel-Vedeau commercialise de gros volumes, mais réussit également du  » sur-mesure  » et, comme ici, du  » haut-de-gamme « . Les 120 ha d’un seul tenant de Vaugelas accueille 5 ha de mourvèdre et laisse la syrah, le grenache et le carignan se partager le reste. Vinifié en macération carbonique, le vin a du caractère et du panache (fruits noirs, épices, réglisse, garrigue), des tanins goûteux et souples et une longueur prometteuse. Riche sans être copieux, il est paré pour les 4 ans à venir. Mais on peut déjà le servir avec poivron farci d’agneau, magret aux épices, chili con carne.

3,48 euros. Colruyt.

10. Côtes du Rhône Villages 2006 – Sablet – Domaine de Verquière.

Ce côtes-du-rhône villages appartient aux 18 communes de cette appellation contrôlée pouvant mentionner leur nom sur l’étiquette. Un  » plus  » mérité pour ce domaine dont la maison et les dépendances dessinent la forme d’un fer à cheval selon les traditions provençales. Dominé par la grenache (70 %), pour la souplesse et la touche d’eau-de-vie, lié à la syrah (20 %) pour la couleur et le festival aromatique (des épices aux fruits), complété de cinsault (5 %) pour l’équilibre, et de mourvèdre pour la complexité, cet excellent vin patiente dans des foudres de chêneà Avant de débouler sur les tables pour, à 15 – 16 °C, accompagner viande en sauce, osso-buco, brochettes d’agneau mariné aux herbes.

5,99 euros. Cora.

11. Côtes du Ventoux  » Les Traverses  » 2005 – Paul Jaboulet Aîné.

Les  » Traverses  » désignent les murs qui soutiennent la terre contre l’érosion. Vinifiés traditionnellement, les cépages grenache (80 %) et syrah de 35 ans honorent cette appellation qui gambade sur 51 communes à l’ombre du Mont Ventoux, entre Vaison-la-Romaine et Apt. Reprise par la famille Frey (château La Lagune), la maison Jaboulet démontre son savoir-faire dans un côtes-du-rhône grenat violacé traversé de fruits, d’épices, de légères notes animales et d’eau-de-vie de fruit. De quoi imprimer une bouche mûre bien développée sur des tanins souples pour, entre 14 et 16 °C, escorter hachis parmentier au canard, boudin noir poêlé, porc sauce aigre-douce.

6,30 euros. De Coninck, tél. : 02 353 07 65.

12. Fleurie 2007 – Georges Dub£uf.

Passionné et passionnant, dégustateur hors pair, Georges Dub£uf reste un mentor du Beaujolais. Dans un terroir tout en  » mamelons  » adossé à une chaîne de crêtes, dévalant les pentes douces, les 879 ha du vignoble de Fleurie en font le 3e cru du Beaujolais derrière le Brouilly et le Morgon. Iris, violette, petites baies rouges, pêche des vignes s’évadent d’un brillant rouge carminé sillonné de reflets violets. Fruité et frais, équilibré et friand, il est paré pour copiner avec museau, cervelas, côte de b£uf au Fleurie, volaille, sans oublier son grand ami le porc. A apprécier dans les 3 ans vers 13-14 °C.

8,80 euros. Tricot, tél. : 071 35 88 00.

13. Italie – Pinot Nero – Villa Rocca 2006 – Provincia di Pavia – Ind. Geo. Tipica.

Outre un important débouché dans les spumentes classiques de la région, le pinot noir réussit également des vins rouges de qualité. Ainsi, cet indicozione geografica tipica (comparable au vin de pays, en France). Sous un rubis franc, il développe d’agréables parfums de petits fruits rouges frais. Pas très long, mais léger et facile pour chaperonner volaille rôtie ou grillée, porc grillé. A boire sans tarder et un peu frais, à 13-14 °C.

6,20 euros. L’Esprit Vin, tél. : 0476 45 17 17.

14. Minervois 2003 – Réserve du Château – Château de Miremont.

Vaste amphithéâtre tourné au Midi, le Minervois exploite 4 500 ha entre Narbonne et Carcassonne, à cheval sur les départements de l’Hérault et de l’Aude. La  » réserve du château  » provient des graves de Badens et des Aspres, entre les contreforts de la Montagne Noire et le Massif de l’Alaric. Des vinifications en cuves de béton, un élevage de quinze mois en barriques de chêne français, enfantent un vin pourpre, aromatique (chêne exotique, épices, cerise noire, eucalyptus) dans une texture serrée, mûre, boisée et persistante. Servir, vers 14-16 °C, avec brochettes, gigot d’agneau, grillade.

12 euros. Chai & Bar, tél. : 02 421 60 80.

15. Vin de Pays du Jardin de la France 2005 – Gamay de Bouze – Les Cépages Oubliés – Henry Marionnet.

Producteur tourangeau réputé pour la qualité de ses vins et l’originalité de ses vinifications, Marionnet se fait aussi l’apôtre des cépages oubliés. Ainsi, ce gamay de Bouze, qui différe des gamays actuels (beaujolais, Loire), est l’ancien raisin de base de la vallée du Cher aujourd’hui  » oublié  » par l’Inao. Vendangées à la main, les grappes sont mises en cuve inox, dans une atmosphère de gaz carbonique. Sous un grenat violacé, il déborde d’arômes fruités dans une matière dense, charnue et profonde. Un vin de plaisir pour accompagner, frais et à 12 °C, steak tartare, onglet à l’échalote, poulet aux olivesà

11,72 euros. Van Beneden, tél. : 02 410 12 93.

Serge Tonneau

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content