La plus ancienne médina du monde restaure des riads magnifiques, ose des bars futuristes et fait de l’ombre à Marrakech. Weekend vous offre ses meilleures adresses pour la découvrir.

Longtemps repliée sur son histoire, Fès fait sa mue. A l’origine de cette nouvelle naissance, il y a bien sûr une histoire d’amour. Ils sont une petite poignée – un Américain, dit-on, et quelques Marocains fortunés – qui, vers 2002 ou 2003, tombent amoureux des belles demeures abandonnées de la médina. En quelques mois, les plafonds enluminés et les moucharabiehs, ensevelis sous des décennies de peintures, retrouvent leur ancienne splendeur. Deux, puis trois riads se transforment en maisons d’hôtes, toutes sublimes. En 2009, elles seront 300 ! Comme si la ville s’était mise à respirer plus vite, des restaurants s’ouvrent à côté des mosquées, des lounge bars inventent le tapas marocain. Deux événements y attirent déjà chaque année des milliers de connaisseurs – le festival Musiques sacrées du monde, en juin, et le Festival d’art culinaire, qui a eu lieu en octobre dernier. Allez-y sans tarder : aucune autre ville ne permet de siroter du champagne ou d’écouter du jazz dans des ruelles moyenâgeuses où les scooters n’ont pas encore remplacé les mulets.

NOS HÔTELS ET RIADS PRÉFÉRÉS Un vrai palais à prix doux Dar Seffarine

A 20 mètres de la place Seffarine, où s’activent les dinandiers et les chaudronniers, se cache une maison d’hôtes aux allures de palais. Restaurée avec amour par un architecte et sa femme, Alaadin et Kate, cette grande demeure donne envie d’y vivre. On aime la simplicité quasi monacale des deux chambres du rez-de-chaussée, la beauté des bois sculptés de la grande suite. La terrasse sur le toit et ses sofas blancs offrant une vue époustouflante sur la médina et les campagnes environnantes, que l’on admire en prenant un verre avec d’autres hôtes qui refont le monde. Une annexe campagnarde ouvrira courant 2009 : une maison d’hôtes rustique perdue dans les collines, point de départ d’excursions pour découvrir les traditions rurales. A partir de 70 euros la nuit en chambre double, petit déjeuner compris.

Tél. : + 212 71 11 35 28. Internet : www.darseffarine.com

Intime et raffiné Dar Serghini

A l’écart des circuits touristiques, ce petit écrin intime datant du xviie siècle, minutieusement restauré, offre un condensé de l’art architectural fassi. On ne se lasse pas d’admirer les superbes portes patinées et les stucs sculptés, mis en valeur par de subtils jeux de lumière. Deux chambres et une suite seulement, d’un luxe sobre et sans chichi, une table d’hôtes remarquable, mitonnée par Khadija. Un vrai coup de c£ur. La maison se loue en totalité, de 150 euros la nuit pour 2 personnes et à 220 euros pour 8 personnes. Pas de téléphone.

Internet : www.riad-darserghini.com

Un air de désert Riad Laaroussa

De son fastueux passé, cet ancien palais a conservé de magnifiques zelliges au sol et les portes de bois sculptées. Deux ans de rénovation lui ont redonné un luxe dépouillé : aux murs, ni stucs ni mosaïques, mais la douceur du tadelakt, cette peinture à la chaux soigneusement cirée. Peu de meubles, quelques bois flottés dressés dans des jarres comme de mystérieux totems : ici, le Maghreb résonne de l’Afrique noire. Quatre suites et trois chambres seulement, à partir de 150 euros la nuit pour 2 personnes.

Tél. : + 212 74 18 76 39.

Internet : www.riad-laaroussa.com

NOS BONNES TABLES Le Majestic

A l’écart de la ville, dans l’académie de tennis inaugurée par le Français Henri Leconte en 2006, un duo de jeunes restaurateurs belges a ouvert un lounge restaurant plutôt surprenant. On y rencontre surtout des habitants aisés de Fès, peu ou pas de touristes. Ambiance assez business le midi, plus fes-tive le soir. Sur la jolie terrasse, ni tajines ni couscous, mais d’excellentes salades. Le soir, la carte, plus raffinée, invite homards, soles ou saint-pierre. Le grand jardin a aussi pensé aux enfants, qui peuvent profiter du toboggan pendant que les parents boivent le café. A partir de 15 euros par personne à déjeuner et 25 euros le soir.

Restaurant le Majestic, Henri Leconte Academy,

route de Zouagha. Tél. : +212 35 72 99 99.

Al Fassia

Situé dans l’hôtel le plus prestigieux de Fès, le restaurant Al Fassia reste la meilleure adresse de cuisine marocaine de la ville. Plébiscité pour la qualité de sa cuisine autant que pour le décor magnifique, il donne aussi l’occasion de dîner dans de somptueux jardins. Le repas de fête se déroule en musique, avec les incontournables danseuses du ventre. Une adresse hyperluxe qui confirme que Fès est bien le berceau de l’art culinaire marocain. Repas à partir de 40 euros.

Sofitel Palais Jamaï, Bab el-Guissa.

Tél. : + 212 35 63 43 31.

Café Clock

C’est le premier café à avoir ouvert ses portes dans la médina, début 2008. L’endroit rappelle Katmandou dans ses années mythiques. On peut y manger (des salades, des tapas), boire un thé à la menthe, brancher son ordi ou lire dans le coin bibliothèque. Le café Clock accueille aussi des groupes de musique et des soirées littéraires. Hamburger de chameau à 7 euros, tapas à 5 euros.

7, Derb el-Magana, Talaa Kbira. Tél. : + 212 35 63 78 55.

Mezzanine

Lustres noirs, murs vernis et poufs de cuir rose : on vient ici surtout pour être vu, déguster des tapas en sirotant une coupe de champagne, au son d’une électro très internationale. Située face aux beaux jardins de Jnane Sbil, la terrasse avec vue sur une mer de palmes est tout simplement enchanteresse. Inauguré pour le festival Musiques sacrées du monde, en juin dernier, ce lounge bar surréaliste et romantique devrait donner naissance à deux autres établissements de même style dans les mois qui viennent. Tapas à partir de 3 euros.

17, Kasbat Chams. Tél. : + 212 11 07 83 36.

Pronto

Un petit jardin parsemé de grandes jarres, des fauteuils de rotin et de jolies lanternes invitent à la dolce vita. Face aux superbes ruines de l’ancien palais d’été du roi Moulay Abdallah, on déguste un café italien, une omelette (5 euros) ou une crêpe (10 euros) sur une des plus jolies terrasses de la ville.

172, boulevard Ibn Zeitoun, Aït Skatou.

Tél. : + 212 35 74 93 93.

Café Jawharat Fès

Tubes égyptiens assourdissants, stucs multicolores et dorures à gogo : ce nouveau café perpétue la tradition orientale. Ici, pas d’alcool, mais du jawhara (cocktail de dattes, noix et avocat), du thé ou des pizzas. Les ados de Fès s’y retrouvent pour se bécoter en cachette au fond de la salle. Une plongée dans le Maroc contemporain.

16, avenue Farhat Hached. Tél. : +212 35 65 09 92.

NOS MEILLEURES ADRESSES SHOPPING J’nan Beldi

Quelques modèles de prêt-à-porter, mais surtout du sur-mesure chez Hanae et Nisrine. Si vous rêviez d’un manteau de soirée en dentelle de Calais (900 euros) ou d’un fourreau gansé d’or (200 euros), c’est le moment.

24, hay Saada, rue Saint-Louis. Tél. : + 212 35 60 91 92.

Dinanderie d’art Rza

Loin des boutiques pour touristes, Abdellatif Hazzaz innove et crée pour des designers marocains de pures merveilles. De la lanterne en fer forgé au lavabo en laiton martelé, 400 objets à prix de gros dans cette véritable caverne d’Ali Baba.

Rue Jabir Ibn Hayane. Tél. : + 212 35 64 37 16.

Des portes en cèdre

Au c£ur de la médina, un atelier de menuiserie d’art réputé et inconnu des touristes. Vous pourrez y satisfaire vos fantasmes de plafonds à caissons peints ou de portes sculptées en cèdre de l’Atlas. Environ 150 euros le mètre carré de bois travaillé.

Coopérative Mohammedia, Bab el-Guissa, Derb Tazi.

Tél. : + 212 61 15 13 14.

Made in M

Dans cette nouvelle boutique de la médina qui vaut le détour, vous trouverez de ravissantes théières (22 euros), des cendriers (12 euros) et des photophores revêtus de teintes irisées et métalliques.

246, Talaa Kbira. Tél. : + 212 11 05 48 63.

Dormir chez l’habitant

Partager durant quelques jours la vie d’une famille de la médina, c’est ce que propose l’association Ziyartes, qui réunit des fonds municipaux et gouvernementaux. Ce projet permettra d’ouvrir 30 maisons d’hôtes dans la médina d’ici à la fin de 2009. Le principe consiste à financer la rénovation de maisons anciennes habitées, afin de sauvegarder le patrimoine de la ville et d’offrir un revenu à ses habitants. L’accueil est sans chichi et avenant ; le confort, rudimentai-re. Une manière peu onéreuse et éthique de découvrir la ville et ses habitants. 23 euros la nuit pour deux, petit déjeuner compris.

Pour réserver, contacter l’association par mail, ziyartes@yahoo.fr

Y aller

Vol aller-retour quotidien au départ de Bruxelles, à partir de 378 euros sur Royal Air Maroc. Internet :

www.royalairmaroc.com

Se renseigner

Office du tourisme marocain, 402, avenue Louise, à 1050 Bruxelles.

Tél. : 02 646 63 20.

Internet :

www.tourism-in-morocco.com

Nathalie Chahine Reportage photo : Valérie Dayan

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content