Surplombant la mer Egée, une demeure XXL aux lignes claires signe le mariage des merveilles de la nature et de l’art contemporain. Poussez la porte de ce rêve-musée.

Rien n’était compté, dans le cahier des charges remis à Frédéric Méchiche : ni l’espace, ni la lumière, ni la beauté des paysages. La seule contrainte que Lord L. a imposée à l’architecte français était que sa villa, à construire sur cette belle île de la mer Egée, devait aussi abriter son extraordinaire collection d’art contemporain, dont certaines pièces, de Stella, par exemple, sont gigantesques.

Le défi était de disposer de volumes très vastes – des salons de 500 m2 – pour accueillir de grandes réceptions, mais permettant également de se sentir bien en petit comité. Une autre difficulté a également émergé : comment faire cohabiter l’époustouflante nature et les opus sélectionnés par le propriétaire ? Frédéric Méchiche a orchestré de larges ouvertures sur la mer et la végétation, n’hésitant pas, çà et là, à replanter des arbres pour créer un premier plan, mais aussi a fait ériger des murs puissants, destinés à mettre en valeur les £uvres exposées.

Face à toute cette beauté, formes et matériaux sont résolument très simples. Le sommet de l’élégance. A l’extérieur, par exemple, autour de la piscine, l’architecte a aménagé une terrasse suspendue en teck, simplement limitée par une légère balustrade en inox. A l’intérieur, les sols sont couverts de grandes dalles de marbre gris clair, travaillé à la main, martelé et brossé, matériau dans lequel sont également taillées baignoires et vasques des lavabos. Les chambres, de plain-pied avec la terrasse, se distinguent des pièces de séjour par des planchers et des parois également lambrissées en chêne.

La pièce maîtresse, celle autour de laquelle la maison est ordonnée, est un grand escalier que Frédéric Méchiche a conçu comme une colonne de lumière. Il a imaginé une immense verrière, qui apporte un éclairage zénithal, des ouvertures dans les parois, qui éclairent par les côtés, et a fait le choix, sur une armature en inox, de placer des marches en épaisses dalles de verre. Ainsi, l’escalier, lui aussi, est une £uvre d’art.

A l’étage supérieur, de part et d’autre de l’escalier, ont été installés les vastes salons, sans la moindre séparation, et tous ouverts sur le paysage. Au c£ur de cette architecture grandiose trône un immense feu ouvert, très contemporain, rivalisant avec les vues admirables ménagées sur la mer. Les fenêtres sont couleur rouille sombre, ce qui, le jour, par contraste avec le bleu de la mer, crée un effet graphique (cette teinte, la nuit, confond les huisseries avec l’obscurité).

Les meubles, confectionnés spécialement, sont à la mesure des grands volumes : certains canapés, aux pieds en inox, couverts de lin, affichent plus de 4 m de longueur… Le mobilier respecte naturellement, par ses formes et par ses matériaux (inox et wengé, par exemple, pour les tables basses, aluminium pour la table de la salle à manger…), les partis pris minimalistes de l’ensemble de la demeure. Pour adoucir l’ensemble, Frédéric Méchiche a fait tisser des tapis en lin, de couleur grège naturel, qui vibrent dans la lumière.

Les autres niveaux et espaces de la maison ont été traités avec les mêmes intentions, et la même élégance contemporaine. Chaque chambre a ainsi été aménagée comme une suite de grand hôtel, comportant aussi un salon, un dressing, une salle de bains (la chambre principale compte, elle, deux salles de bains).

Les splendides £uvres d’art de Lord L. ont naturellement trouvé leur place dans cette fabuleuse architecture. Et les occupants de ce véritable palais contemporain vivent chaque minute, chaque seconde comme un doux rêve. Et, parmi les mille et un bonheurs qui leur sont offerts, ils adorent se retrouver dans cet admirable endroit pour la sieste, taillé dans le rocher et préservé des fortes chaleurs.

Reportage : Luxproductions. com

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content