Quel type de méditation est fait pour vous? 6 variantes à découvrir

La méditation va bien au-delà de l'image qu'on s'en fait © Unsplash - Matteo di Iorio
Kathleen Wuyard

Les personnes qui se convainquent que la méditation n’est pas faite pour elles n’ont probablement pas encore trouvé la méthode qui leur convient. Car il ne s’agit pas seulement de s’asseoir en lotus et de faire le vide, loin de là.

Entre immersion en pleine nature, marche réflexive ou encore sessions aquatiques, il existe (presque) autant de formes de méditation qu’il n’y a de profils de personnes susceptibles d’être intéressées. La preuve avec six variantes atypiques, dont l’une ou l’autre est peut-être faite pour vous.

Et tiens, méditer, pourquoi au fond? Excellente question, à laquelle on répond avec « 7 clés pour méditer », le podcast de l’été du Vif Weekend. Soit un petit outil tout léger à glisser dans votre poche. Une proposition de méditation, à portée de main. Sans mettre la barre trop haut, ce n’est pas nécessaire. Avec un guide, pas un gourou, le neurologue Steven Laureys. Prêts à vous lancer? Suivez le guide!

La marche afghane, pour apprivoiser son stress

La coach de vie Joëlle Iland a dédié sa pratique à l’accompagnement des adultes et des ados qui veulent apprendre à apprivoiser leur stress. Notamment, grâce à la marche afghane en pleine présence. Sommets abrupts, déserts hostiles… De tous temps, les peuples nomades du monde entier ont développé des méthodes pour parcourir de très longues distances, dans des conditions extrêmes. Parmi eux, les caravaniers afghans dont l’endurance était un mystère jusqu’à ce qu’un Occidental, Edouard Stiegler, remarque dans les années 1980 qu’ils respiraient et calaient leurs pas sur leur souffle de manière singulière. Etonné du potentiel énergisant de cette marche qu’il qualifiera lui-même d’afghane, il en consignera les rythmes et les règles dans un livre devenu depuis la référence de la discipline, “Régénération par la marche afghane”.

Ainsi que le souligne Joëlle Iland, ses bienfaits sont multiples. Elle permettrait ainsi notamment de “ralentir et apaiser votre mental agité afin de libérer des tensions dans votre corps tout en goûtant aux bienfaits d’un bain en pleine nature” mais aussi à “faire confiance à votre conscience et relever la tête de sorte de stopper la rumination mentale” sans oublier la possibilité de “retrouver votre juste place être plus conscient du meilleur chemin de vie pour nous en toute bienveillance”. Tout un programme.

Envie de tester? https://www.joelleiland.com

Cabinet à Liège et coaching à distance possible.

Le Shinrin Yoku ou la méditation en forêt

Née au Japon dans les années 80, cette pratique méditative désormais très populaire au pays du Soleil levant consiste à faire quotidiennement une courte balade en forêt. Connue également sous nos latitudes sous le nom de bains de forêt, elle invite à se relier à la nature grâce à nos cinq sens. Comment? Ainsi que l’a confié le docteur Qing Li, auteur de « Shinrin-Yoku, l’art et la science du bain de forêt », à nos confrères de Psychologies Magazine, il s’agit de marcher lentement, sans aucun but ni téléphone ou autre appareil photo. “Laissez-vous guider par votre corps. Écoutez où il souhaite vous emmener. Suivez votre odorat. Et prenez votre temps. Peu importe si vous n’arrivez nulle part. Vous n’allez nulle part. Vous savourez les sons, les odeurs et les images de la nature en vous laissant imprégner de la forêt” enjoint Qing Li.

Qui rappelle que “pour trouver le calme et se détendre, il n’existe pas de solution universelle – cela varie d’une personne à l’autre. Pour certains, c’est le son de l’eau d’un ruisseau qui coule sur des cailloux ou des écureuils qui discutent entre eux sur des branches. Pour d’autres, c’est le parfum de l’air ou la vue de la forêt d’un vert éclatant au début du printemps”. Il s’agit donc de trouver un endroit qui vous correspond.

Pour en savoir plus, découvrez son ouvrage consacré aux manières dont la forêt nous soigne ici.

Écouter aussi le premier épisode de notre série de podcasts 7 clés pour méditer
Episode 1 : C’est quoi la méditation

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

La méditation aquatique

Au centre de ressourcement et d’aide à la guérison Crystaluz, entre Namur et Charleroi, tout est mis en oeuvre pour offrir des soins énergétiques aux personnes souffrant de stress et de surmenage ou traversant des chamboulements personnels ou professionnels.

Notamment, grâce à sa piscine équipée d’un système de filtration unique « MagnaPool » à base de magnésium associé aux propriétés naturelles de minéraux qui proviennent directement de l’océan. Enrichie de la sorte, l’eau devient alors une «cure thermale », qui s’accompagne entre autres d’un système de son subaquatique, pensé pour résonner dans notre corps. Ainsi que le souligne l’équipe du centre, “l’eau, à la frontière des mondes physiques et métaphysiques, permet d’ouvrir les portes de ses dimensions intérieures et d’aller chercher les trésors qui se cachent au fond de nous”. En effet, la méditation aquatique nous ramènerait à la période de gestation, et offrirait aux personnes qui y sont réceptives (et qui en ressentent le besoin) une forme de renaissance.

Plus d’informations sur https://www.crystaluz.be.

On suit la voie sacrée de l'eau
On suit la voie sacrée de l’eau © Unsplash – Jon Flobrant

Le chant de pleine conscience

Si la méditation est traditionnellement associée au silence, ou à quelques “om” lancés d’un air habité, il est toutefois possible de pratiquer la méditation chantée. Détaillée par le musicologue et musicothérapeute Philippe Barraqué dans un livre qui lui est consacré, cette méthode “invite à explorer vos résonances profondes, à corriger vos dissonances émotionnelles et à apaiser vos souffrances”. “Par la pratique des sons spontanés associés à la méditation, la visualisation et les techniques psychocorporelles, le chant de pleine conscience vous ouvre à de vastes états de plénitude intérieure et de détente” assure encore celui qui est l’auteur de nombreuses méthodes de référence sur le bien-être et le pouvoir de se guérir.

La promesse? “Quelle que soit l’intensité des épreuves que vous traversez, des remises en question et des changements, le chant de pleine conscience les inscrit dans l’instant présent, dans l’impermanence qui est au coeur de la nature de l’être. Vous disposez ainsi d’un outil pratique qui favorise votre renaissance par l’immersion dans vos chants intérieurs”. Sans fausses notes…

“Le chant de pleine conscience” de Philippe Barraqué est disponible ici.

La méditation Tonglen pour (s’)affranchir de la souffrance

Ici, ni promenade ni vocalises mais bien l’utilisation du souffle pour pratiquer ce qui est également qualifié de méditation altruiste ou méditation de compassion. En pratique, ainsi que l’explique Oh My Buddha, “on absorbe la douleur des autres sur une inspiration, et on envoie des vibrations et des pensées de guérison sur notre respiration”. Soit “l’opposé de ce que nous avons tendance à faire, surtout lorsque nous souffrons nous-mêmes”.

Et pourtant, ainsi qu’on l’inculque au centre d’études et méditation bouddhiques Dhagpo Bruxelles, “une bonne compréhension du sens de cette méditation profonde, accompagnée d’un juste entrainement, permet de développer une authentique compassion et de la mettre en œuvre au quotidien”.

Envie de vous y initier? Rendez-vous ici.

Le Zentangle, quand le dessin permet de se reconnecter à soi-même

Enfin, si la perspective de vous adonner à une activité qui vous semble trop passive vous rebute, sachez que vous pouvez également venir à la méditation par le biais du Zentangle. Le principe: une répétition de motifs géométriques ou imaginaires dans un espace défini, façon mandala, à la différence près que contrairement à ce que son nom laisse penser, on dessine ici dans un carré, relié à d’autres carrés remplis eux aussi de motifs sur une feuille blanche.

À l’origine du processus se cachent deux artistes américains, Maria Thomas et Rick Roberts, qui ont réalisé le délassement que leur procurait l’exécution de motifs répétitifs, et l’ont formalisé en l’appelant Zentangle, dont le “tangle” ne vient donc pas de “rectangle” mais bien de l’anglais pour désigner un enchevêtrement.

Pour découvrir le parcours du couple et vous initier au Zentangle, rendez-vous sur leur site Internet.

Et si vous avez envie de vous mettre à la méditation en douceur, ne manquez pas d’écouter « 7 clés pour méditer », le podcast de l’été du Vif Weekend. Très concrètement, avec le professeur Steven Laureys, en une conversation paisible, on trace quelques lignes directrices qui peuvent tenir lieu d’initiation. Et à la fin de chaque épisode, on vous propose un exercice, histoire de mettre le tout en pratique. À vous de jouer.

Partner Content