Le congéisme, nouveau fléau du travailleur

© Getty Images

Télétravail, semaines de quatre jours, horaires aménagés… Le travail devient de plus en plus flexible. Le congéisme est l’une des manifestations de ce phénomène. Il consiste à se servir de ses vacances ou de n’importe quel autre moment non-travaillé… pour avancer sur certaines tâches professionnelles.

Travailler pendant ses congés peut paraître une idée saugrenue, mais elle fait de plus en plus de chemin à l’heure où la flexibilisation du travail met à mal l’équilibre entre vie professionnelle et personnelle. Ce concept fait penser à celui du « workcation », ce mot-valise issu de la contraction de « work » (travail) et « vacation » (vacances). 

Sauf que ces deux termes ne renvoient pas aux mêmes réalités : le congéisme est une pratique délétère qu’adoptent certains employés anxieux face à une charge de travail qu’ils jugent insurmontable, tandis que le workcation concerne les travailleurs nomades qui veulent joindre l’utile à l’agréable. 

Malgré le développement de nouvelles technologies et organisations, le travail devient plus intense et stressant. De nombreux salariés se plaignent d’être débordés et ont du mal à se concentrer pour réaliser certaines tâches qui nécessitent toute leur attention. La faute aux mails, notifications et autres facteurs de déconcentration numériques. 

À cela s’ajoute le recours excessif aux réunions, ou « réunionite ». Cette pratique représenterait 100 millions de dollars de manque à gagner pour les grandes entreprises, selon un rapport de l’université de Caroline du Nord. Elle nuit aussi grandement à la productivité des salariés -pourtant si chère à leur employeur- puisqu’ils passent, en moyenne, 18 heures par semaine dans 17,7 réunions. 

Un tremplin vers le burn-out

Résultat : beaucoup sont contraints de travailler en dehors de leurs horaires de bureau, voire même pendant leurs jours de congé. Des concessions comme le fait d’être joignable depuis les pistes de ski ou de trier ses 180 mails non lus entre l’achat de deux cadeaux de Noël semblent assez anodines, mais elles peuvent conduire à un état d’épuisement professionnel sur le long terme. En effet, le congéisme est la consécration de l’état de veille permanente dans laquelle se trouvent certains salariés qui ont peur de rater quelque chose durant leur absence (ce que les anglophones appellent le « FOMO« ), ou qui n’osent pas poser des limites dans un monde du travail hyperconnecté. 

Ils sont nombreux à tomber dans cet écueil ces dernières années. Plus de deux tiers des responsables RH britanniques ont déjà été confrontés à des cas de congéisme, selon l’édition 2022 du rapport « Health and Wellbeing at Work » de l’association professionnelle Chartered Institute of Personnel and Development. Seuls 30% des salariés interrogés affirment que leur entreprise a mis en place des mesures pour lutter contre ce phénomène. 

Elles ont pourtant tout intérêt à le faire, si l’on en croit Amrit Sandhar, fondateur de l’agence The Engagement Coach. « Les organisations qui travaillent dans une culture du ‘toujours disponible’ peuvent provoquer l’épuisement de leurs employés, qui sont mentalement et physiquement exténués de travailler de longues heures et d’essayer de gérer d’énormes pressions », a-t-il déclaré à Stylist. « [Priver] nos esprits et nos corps de la capacité de se détacher du travail […] peut diminuer la passion que nous avons pour ce dernier. Ce qui pouvait être au départ un boulot formidable, peut maintenant être perçu comme un fardeau ». 

Le risque encouru par les congéistes est donc la perte de sens au travail. Ce phénomène est plus difficile à repérer que le célèbre burn-out parce que moins brutal, mais il n’en est pas moins répandu. Ainsi, 24% des Français estiment que le travail est très important dans leur vie, selon une récente étude de la Fondation Jean-Jaurès en partenariat avec l’IFOP, contre 60% en 1990. 

Si le travail perd sa valeur, inutile donc de se tuer à la tâche pour bien le faire, comme le clament haut et fort les adeptes du « quiet quitting ». C’est là que le bât blesse : le congéisme ne fait pas de nous de meilleurs salariés. Il nous pousse juste à ne jamais lever le pied dans une quête illusoire de la performance, ce qui a tendance à nous rendre, à la longue, plus inefficaces. C’est l’arroseur arrosé.

Partner Content