Le pénis fait-il l’homme ?

. © Getty

Le mâle et son membre, c’est une relation à part entière. Il est considéré comme le symbole ultime de la masculinité, et est donc, par cela même, souvent source d’incertitudes. Le phallus fait-il l’homme ? Ou la taille du sexe n’a-t-il au fond que peu d’importance ?

4,95 centimètres. C’est, si l’on en croit Internet, la longueur à l’échelle de l’un des pénis en repos les plus célèbres du monde: celui du David de Michel-Ange. En sachant que la longueur moyenne d’un pénis aujourd’hui est de 9,8 centimètres au repos, le berger biblique était plutôt du côté des petits.

Bien que l’homme ait eu une fascination – voire une obsession – pour le pénis à travers les âges, la taille souhaitable n’a, elle, cessé de varier. Alors que les Grecs de l’Antiquité ne se gênaient pas pour exhiber leur même petit zizi, au XVIe siècle, les gens portaient une braguette ou une poche pubienne dans leur pantalon comme symbole de virilité. Au fil du temps, la taille de la braguette a augmenté et les gens ont même commencé à y stocker de l’argent et des en-cas. A la Renaissance par contre, les préférences artistiques tendaient à copier les proportions des Grecs et c’est ce qui expliquerait pourquoi Michel-Ange a délibérément gardé la chose modeste.

En 2022, David traverserait probablement les vestiaires du Basic Fit local avec un peu plus de gêne. Jamais l’homme n’a eu autant de matière à comparaison, car si autrefois les douches du club de football étaient le seul endroit où l’on voyait d’autres pénis, aujourd’hui, quand on tape le mot « pénis », on trouve, en un seul clic, plus de six cents millions de réponses sur Google. Par ailleurs, dans le monde du porno, l’acteur moyen semble partager son ADN avec un cheval. Des publicités pour des extensions de pénis douteuses remplissent aussi chaque jour des milliers de dossiers de spam et sur les réseaux sociaux, le terme « big dick energy » est utilisé pour les personnes qui abordent la vie avec confiance, avec l’énergie d’un grand homme paradant dans le monde.

La question de savoir si le pénis fait effectivement l’homme est au centre de la nouvelle exposition du GUM (Gent University Museum) « Phallus. Norm & Form », qui ouvrira ses portes à la fin du mois de mars. Dans l’exposition, le musée place le membre masculin sur un piédestal, pour mieux l’en faire retomber par moments. « Lorsque nous avons commencé à préparer l’exposition il y a trois ans, nous étions conscients que la frontière entre les platitudes, les clichés et la mission du GUM serait très mince », explique Marjan Doom, directrice du musée. « Nous traitons le sujet sous différents angles. Norm & Form implique, entre autres, la question de savoir ce qui est exactement « normal ». De nombreuses études ont été menées sur le pénis. Dès que les scientifiques commencent à mesurer et à cartographier le membre, vous imposez involontairement une norme sociale. Si vous jonglez avec des termes tels que « moyen », vous avez automatiquement des personnes qui se situent au-dessus et en dessous. C’est bien sûr là que commence le doute pour certains hommes, même si les mesures sont toujours différentes et que des facteurs tels que la température et la personne qui effectue la mesure sont également importants. Cependant, ces recherches sont toutes mises dans un même sac. »

Plus grand qu’un gorille

Dans un article scientifique publié en 2021 par l’International Society of Sexual Medicine sur la chirurgie d’agrandissement du pénis pour les hommes, ils ont consulté diverses études sur la taille (souhaitée) du pénis. En citant divers chiffres, il apparaît que les hommes perçoivent systématiquement leur membre comme étant plus petit. Dans une enquête réalisée en 2006 sur l’internet auprès de plus de 52 000 hommes et femmes hétérosexuels, 85 % des femmes se sont déclarées entièrement satisfaites de la taille de leur partenaire, alors que 55 % seulement des hommes se sont dits satisfaits. En outre, près de la moitié des hommes qui considèrent leur pénis comme moyen préféreraient tout de même un plus grand membre. Même certains des hommes qui avaient déjà décrit leur membre comme étant au-dessus de la moyenne voulaient qu’il soit encore plus grand.

.
.© Getty

Pour connaître l’origine de cette obsession pour les gros phallus, il faut remonter dans le temps. « Jusqu’il y a quinze à vingt mille ans », explique le professeur Dr Piet Hoebeke, urologue à l’hôpital universitaire de Gand. Il a déjà décrit la psychologie du sexe masculin dans son livre « De penis ». Savoir-faire et astuces pour une utilisation quotidienne. « Pour l’homo sapiens, la vie se résumait à la reproduction », dit Hoebeke. « Si le gorille a beaucoup de muscles et peut battre sa poitrine pour impressionner des partenaires potentiels, c’était moins le cas pour les humains. Les anthropologues ont fait la comparaison et ont découvert que les humains avaient le plus grand phallus de tous les primates, et qu’ils pouvaient donc eux aussi se distinguer par ce moyen. C’était un avantage compétitif dans la reproduction, et l’exhibition de l’érection peut-être le début du rituel de séduction. »

« Parce que l’évolution humaine percole jusque dans notre ADN d’aujourd’hui, nous sommes en quelque sorte programmés pour continuer à penser qu’un gros phallus possède cet avantage concurrentiel, explique l’urologue. « Un exemple de ceci est le grand nombre de dickpics (photo de phallus) qui sont envoyés autour. Aujourd’hui, de nombreux hommes se contentent de montrer leur pénis via le smartphone, une façon contemporaine de montrer son sexe. Heureusement, de plus en plus de femmes mettent le holà. Dans la salle de sport aussi, on voit quels sont les hommes qui se promènent ostensiblement et sont sûrs d’eux, et ceux qui s’emmitouflent dans une serviette. L’idée qu’un grand sexe est gage de succès est encore en nous. »

Le fait que cette idée soit toujours d’actualité crée des insécurités chez de nombreux hommes, et le porno, entre autres, joue un rôle pernicieux à cet égard. « Aujourd’hui, nous avons effectivement un mauvais cadre de référence à cause de toutes les images que nous voyons », acquiesce Hoebeke. « Les jeunes en particulier sont souvent ainsi induits en erreur. Bien que plusieurs hommes puissent être aux prises avec ces sentiments, nous constatons que seul un petit pourcentage d’entre eux vient nous consulter. Ces insécurités commencent souvent pendant la jeunesse. Un exemple classique est le vestiaire du club de sport. Tu te douches avec tes potes et ils rigolent parce que tu as un petit zizi. Cela peut être traumatisant. La puberté est une période difficile pour les garçons de toute façon, car elle se déroule à des vitesses différentes pour chacun. L’un peut avoir déjà atteint la pleine puberté tandis que l’autre est encore complètement prépubère. Ce qui signifie que vous avez parfois un pénis de trois centimètres contre un de douze centimètres. La vulnérabilité est particulièrement grande à ce moment-là. » Les relations sexuelles ratées peuvent également avoir le même effet, poursuit M. Hoebeke. « Il arrive qu’un ex-partenaire vous dise que vous avez un petit sexe, à tort ou à raison. Ce genre de déclencheurs peut amener les hommes à se demander s’ils sont « normaux ». »

Le professeur nous rassure immédiatement : pas moins de 95 % des hommes ont un sexe considéré comme normal par la science. « La longueur moyenne est de 13,7 centimètres en érection, mais la plupart des hommes se situent entre 9 et 17 centimètres. Si vous vous situez en dehors de ce cadre, vous n’êtes pas, soyons clair, pour autant anormal, mais vous vous situez simplement dans un spectre légèrement plus grand ou plus petit. »

Minipsychose

Bart (38 ans) a toujours pensé qu’il était bien doté, mais s’est récemment mis à douter de son pénis. « Dans une période un peu chaotique, j’ai couché avec des centaines de femmes, et ce furent presque exclusivement des expériences positives. Je n’ai jamais eu peur de ce qu’il y avait dans mon pantalon jusqu’à ce que je me retrouve dans une relation stable. Un soir, ma petite amie m’a dit que je n’étais pas si grand, ou du moins qu’elle ne le trouvait pas spécialement gros. Cela a donné un coup à ma confiance en moi. Même si je sais qu’elle n’a pas voulu me blesser avec ça, la graine avait été plantée dans ma tête. Plus tard, lorsque nous avons également perdu notre enfant, cela a sérieusement plombé notre vie sexuelle. Tout est devenu encore plus difficile et le sexe était presque inexistant. Même si le sujet n’avait rien de tabou, cela a eu un grand impact sur mon estime de soi.

.
.© Getty

Après un certain temps, Bart a cherché à se rassurer sur ses capacités auprès de ses anciennes partenaires sexuelles. « Vous envoyez des SMS épicés et vous vous remémorez des souvenirs un peu inappropriés. Je sais que c’est mal, mais j’en avais besoin pour moins y penser. Je mentirais si je disais que je n’aurais pas aimé avoir un plus gros pénis, même si je suis conscient que c’est justement ce préjugé qui m’a bloqué ». C’est dommage que l’on se focalise autant sur la taille, car cet ego fait obstacle à une bonne communication et au sexe. »

Lorsque les doutes des hommes au sujet de leur membre continuent de prévaloir, la science parle de trouble dysmorphique du pénis, où l’attention ou la préoccupation excessive pour la taille du pénis entraîne un trouble psychologique. « Appelez cela une mini-psychose », explique le professeur Piet Hoebeke. « Cet homme va voir son propre sexe de manière disproportionnée par rapport à la réalité. De nombreux hommes qui viennent me voir parce qu’ils pensent que leur pénis est trop petit ont généralement déjà une taille supérieure à la normale. Ils sont tellement obnubilés par leur propre membre en raison de la perception erronée, qu’ils commencent à chercher toutes sortes de traitements pour traiter la longueur et l’épaisseur. »

« Il est important de savoir qu’il n’existe pas de véritables remèdes miracles, souligne l’urologue. « Le classique est l’allongement du pénis en coupant les ligaments auxquels le pénis est attaché. Ainsi, le membre semble plus long au repos, mais en érection, le résultat est le même. L’inconvénient est que votre pénis pendra plus loin entre vos jambes, rendant le renflement de votre pantalon plus petit, or c’est une façon pour beaucoup d’hommes de montrer au monde extérieur qu’ils ont un grand pénis. Les techniques impliquant l’injection de silicones et de toutes sortes d’autres crasses dans les organes génitaux provoquent souvent une réaction incorrecte du corps, avec toutes les misères que cela implique. »

Plus le nez est grand

Le fait d’être mieux doté que les autres hommes vous donne-t-il réellement plus de confiance en vous ? Jonas (27 ans) hausse les épaules. « J’ai commencé plus tard ma puberté. Alors que les autres garçons de ma classe avaient déjà des poils pubiens, les miens sont arrivés plus tard. En attendant, je suis satisfait de mon pénis, même si on m’a souvent dit qu’il était plutôt gros. Je n’ai jamais mis une latte à côté. (rires) Surtout chez les scouts, mes amis faisaient régulièrement des remarques à ce sujet, mais je ne les ai jamais prises au sérieux. C’était surtout des blagues pour moi. Ce n’est que lorsque plusieurs de mes petits-amis ont mentionné, en passant, que j’en avais une grosse que cela m’a donné un bon sentiment. Ça caresse votre ego, n’est-ce pas. On se sent mieux à ce moment-là que leurs ex-copains. Mais, franchement, je ne crois pas que cela vous rende automatiquement meilleur au lit. Je pense que c’est vraiment une idée primitive. »

Primitive ou non, la science ne semble pas vouloir résoudre le problème. En ligne, les études récentes, mais aussi discutables se succèdent lorsqu’on cherche une réponse à cette question. Les hommes ayant un gros nez auraient jusqu’à trente pour cent plus de chance d’avoir aussi un gros sexe, les hommes ayant un sexe important auraient plus rapidement des pensées sexistes, et les femmes préféreraient un nez légèrement plus gros pour une aventure d’un soir que pour une relation à long terme. « Nous utilisons ces dernières recherches dans notre exposition pour démontrer l’absurdité de telles études », sourit Marjan Doom. « Il y a encore beaucoup trop souvent des recherches d’un point de vue phallocentrique, alors que la sexualité est tellement plus que juste cela »

La recherche sur le clitoris en est un bon exemple, souligne le directeur de GUM. « Si vous regardez combien d’études ont déjà été réalisées sur les organes génitaux féminins, vous constatez un incroyable déséquilibre. Saviez-vous que l’anatomie du clitoris n’a été examinée en détail avec les techniques scientifiques modernes qu’en 2005 ? Aujourd’hui, il existe encore différentes hypothèses, mais pas de consensus sur quelque chose d’aussi fondamental. Cela montre à quel point il y a du retard à rattraper. »

Les nombreuses études sur les caractéristiques corporelles qui correspondraient à la longueur de votre pénis sont absurdes, convient Piet Hoebeke.  » Malgré les nombreuses recherches, il n’y a que peu de réelles conclusions qui tiennent la route. La seule chose qu’on sait c’est que plus l’homme est grand, plus il y a de chances qu’il soit créé plus grand. La génétique joue également un rôle : si votre famille compte de nombreux hommes dotés d’un grand pénis, la probabilité que vous en ayez un est également plus grande. La race joue également un rôle : nous savons que les hommes africains sont plus susceptibles de se trouver à l’extrémité du spectre et que les hommes asiatiques sont souvent légèrement plus petits. Enfin, la différence de longueur entre l’index et l’annulaire pourrait aussi indiquer si vous avez un gros sexe. Cela serait dû à l’exposition prénatale à la production de testostérone. D’autre part, nous savons aussi que la taille moyenne diminue, en raison des nombreux dérèglements hormonaux de l’environnement. »

« Laissons surtout tomber cette vision phallocentrique », affirment à la fois Doom et Hoebeke. « La sexualité est plus que le coït », dit Hoebeke. « Je pense que l’on devrait simplement s’ouvrir et enrichir l’histoire de la sexualité en parlant davantage du rôle de la langue, des doigts….. C’est une chose multi-sensorielle. Il est également important d’avoir une communication ouverte dans les relations. Une fois, j’ai reçu en consultation un garçon qui paniquait parce que son pénis était plus court que la moyenne, même s’il était assez large pour compenser. Lorsqu’il a finalement entamé une relation et que cette fille l’a pris tel qu’il était, ils ont cherché ensemble un moyen de vivre leur sexualité. Et ça a bien marché. La plupart des études qui se penchent sur l’importance de la taille chez les femmes indiquent justement qu’elle n’a pas tant d’importance », affirme l’urologue. « Si quoi que ce soit joue un rôle, ce serait l’épaisseur. Et encore, car le plus important, ce n’est pas la taille du navire, mais le mouvement de l’océan. » Après tout le petit David a également vaincu le géant Goliath.

Partner Content