Westminster, abbaye millénaire à l’histoire étroitement liée à la royauté

Abbaye de Westminster © Getty Images

L’abbaye de Westminster, qui va accueillir les funérailles de la reine Elizabeth II, se trouve au coeur de la monarchie britannique depuis près d’un millénaire.

Dans les années 1040, le roi Edouard le Confesseur bâtit une église en pierres sur le site d’un monastère bénédictin fondé autour de 960.

La construction de l’imposante abbaye gothique que l’on connaît aujourd’hui, commence sous le roi Henry III en 1245.

Couronnements

Guillaume le Conquérant a été le premier couronné dans l’abbaye en 1066.

En 1953, la princesse Elizabeth y est couronnée Elizabeth II sur la « chaise du couronnement ». Ce trône a été fabriqué en 1300-1301. Il comprenait autrefois la pierre du destin, utilisée pendant des siècles pour couronner les rois d’Ecosse.

Couronnement de George VI, le 12 mais 1937, à l'Abbaye de Westminster
Couronnement de George VI, le 12 mais 1937, à l’Abbaye de Westminster

Ce bloc de grès a été brièvement volé par des étudiants écossais lors d’une audacieuse entreprise en 1950, et accidentellement cassé en deux.

En 1996, en pleine montée du sentiment indépendantiste, la pierre est symboliquement rendue à l’Ecosse. Mais il est convenu qu’elle reviendra du château d’Edimbourg à Westminster pour les couronnements. L’abbaye en a accueilli 38.

Mariages

L’édifice a également été le théâtre de mariages royaux, la plupart d’entre eux depuis la Première Guerre mondiale.

Le premier a été celui du mariage du roi Henry Ier avec la princesse Matilda d’Ecosse le 11 novembre 1100.

Les parents d’Elizabeth II, le prince Albert – qui deviendra le roi George VI – et Elizabeth Bowes-Lyon s’y marient en 1923.

Et avant de devenir reine, la princesse Elizabeth épouse Philip Mountbatten à Westminster en 1947, apportant un peu de couleur dans l’après-guerre.

La soeur de la reine, la princesse Margaret, ainsi que ses enfants la princesse Anne et le prince Andrew s’y sont également mariés.

Le dernier mariage royal qui s’y est tenu est celui du fils aîné du prince Charles, William, qui a épousé Kate Middleton in 2011.

Quatorze ans plus tôt, en 1997, William assistait à l’abbaye aux obsèques de sa mère Diana, morte dans un accident de voiture à Paris.

Le prince Harry entouré de son frère William et de son père, lors des funérailles de Diana, en 1997. © Reuters

Funérailles

On estime que 18 monarques britannique sont enterrés à l’abbaye. Le roi George II était le dernier, en 1760.

Les obsèques de 3.300 personnes y ont été célébrées, parmi lesquelles celles de personnages illustres de l’histoire britannique: Charles Dickens, Rudyard Kipling, Henry Purcell, ainsi que huit Premiers ministres.

Les cendres de l’astrophysicien Stephen Hawking y ont été disposées entre les tombes d’Isaac Newton et de Charles Darwin.

Obsèques du scientifique Stephen Hawkins, en juin 2018

D’autres personnalités y ont leur mémorial, et on y trouve la tombe du soldat inconnu, dont le corps a été rapatrié d’Europe continentale après la Première Guerre mondiale. 

« Royal peculiar »

L’abbaye, qui porte le nom complet de Collegiate Church of St Peter, Westminster (église collégiale de Saint-Pierre), peut accueillir habituellement environ 2.200 personnes, bien que la plupart ne pourront pas voir les obsèques de la reine en raison de la paroi qui sépare la nef du choeur.

Les membres de la famille royale prendront place au plus près du cercueil.

En 1953, environ 8.250 personnes s’étaient pressées pour le couronnement d’Elizabeth II, grâce à des gradins installés pour l’occasion.

L’édifice, situé dans le coeur de Londres, a rythmé de grandes étapes de la vie de la reine. Outre son mariage, elle a accueilli les obsèques de sa mère, ainsi que les célébrations de son règne à la longévité inégalée dans le pays.

Un vitrail dévoilé en 2018 célèbre son règne. Créé par le peintre David Hockney, il représente la campagne du Nord de l’Angleterre au printemps.

Partner Content