L’objectif de l’Arabie saoudite: attirer 100 millions de visiteurs d’ici 2030

L’Arabie saoudite veut accueillir trois fois plus de touristes étrangers en 2022 avec l’assouplissement des restrictions liées à la pandémie, la reprise du hajj et l’ouverture des premiers projets touristiques voulus par le prince héritier, a déclaré son ministre du Tourisme à l’AFP dimanche.

« Actuellement, nous poussons et bougeons pour attirer plus de visiteurs internationaux », a dit Ahmed al-Khatib, précisant que l’objectif pour cette année était de 12 millions de personnes, contre 4 en 2021.  

« Nous sommes de retour et très optimistes. Les pays ont commencé à ouvrir leurs frontières, les restrictions ont commencé à s’assouplir et les gens ont commencé à voyager », a-t-il poursuivi. 

Historiquement conservateur et fermé, le royaume a mis en place des visas touristiques en septembre 2019, quelques mois avant que la pandémie de coronavirus ne donne un coup d’arrêt au secteur à l’échelle mondiale. 

La croissance des voyages à l’intérieur du pays en 2020 et 2021 (avec un record de 64 millions de « visites intérieures » l’année dernière, selon les autorités) a contribué à sauver le secteur naissant du tourisme saoudien, et les autorités veulent désormais s’emparer d’une plus grande part du marché international.

L’Arabie saoudite a suscité des interrogations en se fixant pour objectif d’attirer 100 millions de visiteurs d’ici à 2030 dans le cadre de « Vision 2030 », la stratégie du prince héritier Mohammed ben Salmane pour diversifier l’économie dépendante du pétrole. 

Si le royaume a assoupli ces dernières années les règles interdisant les cinémas, les concerts mixtes et les grandes compétitions sportives, d’autres réglementations, dont l’interdiction de l’alcool, restent en vigueur, ce qui pourrait nuire à son attractivité. 

M. Khatib a précisé que, sur ces 100 millions, 30 devraient venir de l’étranger, le reste voyageant à l’intérieur de l’Arabie saoudite.  Quelque 30 millions de visites devraient être religieuses, notamment à La Mecque et à Médine, les deux sites les plus sacrés de l’islam.

Le mois prochain, les autorités prévoient d’autoriser un million de musulmans du monde entier à accomplir le hajj, après deux années au cours desquelles la pandémie a considérablement réduit ce rituel annuel.  

Un autre aspect de la promotion du tourisme en Arabie saoudite sont les « méga-projets » lancés par le prince héritier, dont NEOM, mégapole futuriste de 500 milliards de dollars, et le réaménagement du site historique de Diriyah, près de la capitale Ryad.

« L’Arabie saoudite va changer le paysage touristique mondial, les destinations que l’Arabie saoudite offrira d’ici 2030 sont quelque chose de complètement différent », a assuré le ministre du Tourisme, qui siège au conseil d’administration de NEOM.

Partner Content