La cuisine japonaise authentique peut-elle rimer avec simplicité ?

© Hachette Pratique
Nathalie Le Blanc Journaliste

Tout au long de cet été, la rédaction teste les livres de cuisine récemment publiés ou à paraître bientôt. Cette semaine : Izakaya – La cuisine des bistrots japonais (à paraître en français en septembre) fourmille de plats délicieux et faciles à préparer. Il est écrit par Tim Anderson, lauréat du concours de cuisine britannique Masterchef en 2011.

Tim Anderson a remporté le concours britannique Masterchef en 2011. Après avoir vécu un certain temps au Japon, il a étudié la culture gastronomique japonaise et est aujourd’hui à la tête d’un restaurant japonais à Londres, Nanban. Pour son ouvrage Izakaya – La cuisine des bistrots japonais ( à paraître en français le 21 septembre aux éditions Hachette Pratique), il a compilé des recettes qui sont servies traditionnellement dans les izakaya, ces bars à saké authentiques où l’on se retrouve pour boire et manger un bout après sa journée de travail. Comme des tapas en somme, mais à la mode japonaise.

« Des recettes simples et amusantes», le slogan de vente est répété à l’envi dans la promotion des livres de cuisine, mais dans ce cas-ci, il se révèle véridique. Les recettes ne sont pas difficiles à réaliser, ne nécessitent pas une infinité d’ingrédients compliqués et donnent l’eau à la bouche rien qu’en les parcourant. L’ouvrage est divisé en différents chapitres : « léger et frais », « riche et robuste », « repas DIY », le « plein de glucides », « desserts », « boissons » et « recettes de base ». Entre les deux, vous trouverez également des informations intéressantes sur la culture culinaire japonaise et celle des bars, l’importance de l’hospitalité, ainsi que sur les influences étrangères surprenantes sur la cuisine japonaise. Des portraits de Japonais inspirants qui ont collaboré à l’ouvrage complètent la lecture.

Des plats simples et savoureux

J’adore la cuisine asiatique sous toutes ses formes, de l’indien au thaï en passant par le chinois et le vietnamien, mais jusqu’à récemment, je n’arrivais pas vraiment à reproduire ces saveurs audacieuses dans ma propre cuisine. Je peux maintenant cuisiner quelque chose qui ressemble vaguement à de l’indien et je peux même réussir un curry vert thaïlandais, mais tout ce qui implique un wok est voué à l’échec. À ma grande joie culinaire, j’ai récemment découvert qu’il n’est pas nécessaire d’avoir un wok ou d’excellentes aptitudes à couper le poisson pour faire de la cuisine japonaise « ordinaire ». Avec les bons ingrédients, vous pouvez préparer de nombreux plats simples, mais étonnamment savoureux, avec des légumes, de la viande et du poisson ordinaires. Comme j’ai beaucoup cuisiné à partir de livres de cuisine japonaise ces derniers temps, j’ai à portée de main des assaisonnements comme de la sauce soja, du miso, du ponzu, du yuzu, du dashi et du furikake à la maison.

Hachette Pratique

Portion simple

Lorsque j’ai parcouru l’ouvrage de Tim Anderson pour la première fois, j’ai été immédiatement enthousiasmée. Chaque fois que je voyais une photo savoureuse, la recette s’avérait facile et j’avais la plupart des ingrédients nécessaires dans mon placard. De plus, les recettes étaient souvent destinées à deux personnes, de sorte qu’elles pouvaient facilement être réduites à l’unique portion dont j’ai besoin en tant que personne seule. Une chose qui n’est pas courante dans la plupart des livres de cuisine. Chaque recette comprend également des informations sur ce que l’on peut ajouter pour en faire un repas complet. Tim Anderson suggère également des boissons qui se marient avec leur goût.

Le livre est déjà rempli de taches et ça ne va pas s’arranger…

Pour un invité important, je décide de préparer deux plats de légumes du chapitre « Léger et frais », qui se marient parfaitement avec une recette de steak. Bien sûr, je prépare aussi un dessert.

Pour le sashimi d’avocat avec garniture de guacamole, j’ai dû mettre l’oignon rouge sous l’eau. Une astuce pour qu’il soit moins pointu mais toujours croustillant que je compte utiliser souvent. La tomate pour la garniture a dû être brûlée sur mon feu à gaz pour enlever la peau, ce qui n’a pas très bien fonctionné et a rapidement provoqué un beau désordre. J’ai donc décidé de râper la tomate pour me débarrasser de la peau. Le ponzu, l’ail, l’huile de sésame et le sel ont transformé cette purée rouge en une sauce délicieuse et fraîche qui se marie parfaitement avec l’avocat crémeux. J’ai laissé le japaleno dans le réfrigérateur parce que mon invité n’aime pas les choses épicées.

sashimi d’avocat avec garniture de guacamole

Le brocoli grillé avec sauce miso-sésame

Le brocoli grillé avec sauce miso-sésame était tout aussi simple et tout aussi étonnamment délicieux. Blanchir et griller le brocoli, mélanger et verser la sauce dessus et le tour est joué. Dans son introduction, Anderson explique que la sauce se marie bien avec de nombreux légumes, et je me suis empressé de surligner cette information dans mon livre après une première dégustation. Le coin de cette page a également été immédiatement replié pour que je puisse facilement retrouver la recette plus tard, car il a raison, je vais en faire souvent.

Le steak de poivron au beurre de soja à l’ail est tout aussi simple. Choisissez un beau morceau de steak qui n’est pas trop maigre, assaisonnez-le avec une quantité généreuse de poivre, faites-le griller dans une poêle chaude, laissez-le reposer pendant un moment et préparez une sauce rapide éclair à base d’eau, de sauce soja, de saké, de miel, de beurre et de beaucoup d’ail. Dressez et servez. Simple mais délicieux.

teak de poivron au beurre de soja à l’ail

Un dessert facile et succulent

Le dessert de sorbet à la banane avec miso était un délice facile à réaliser : saupoudrez les tranches de banane de sucre, congelez-les puis mélangez-les avec du miso pour obtenir une glace crémeuse. Simple.

Mon invitée était si enthousiaste qu’elle a commandé le livre le soir même et j’ai refait l’avocat le lendemain pour accompagner un tartare de thon. J’ai ensuite préparé le surplus de thon avec du riz, du nori, de la ciboule et un jaune d’œuf. La même semaine, j’ai essayé un autre plat de haché et des tomates marinées. Le livre est déjà plein de taches et cela ne va pas s’arranger.

sorbet à la banane avec miso

Conclusion

C’est un excellent livre pour ceux qui aiment les saveurs de la cuisine japonaise. Je ne ferai probablement pas grand-chose du chapitre sur les plats à faire soi-même, qui regorge de fondues et de marmites, mais les nombreux plats de légumes qui ont un goût vraiment japonais sans trop de chichis vont rapidement entrer dans mon répertoire hebdomadaire.

Si vous n’avez pas d’ingrédients japonais sous la main, vous devrez faire quelques courses dans votre supermarché asiatique local, mais la probabilité que ces ingrédients trainent dans votre armoire après une seule utilisation est inexistante, car vous aurez envie de réaliser de nombreuses recettes à partir de ce livre.

Parution le 21 septembre 2022 aux éditions Hachette Pratique.

Partner Content