[à publier un lundi de préférence] Nos 100 adresses coups de coeur : Monday, Monday

© Grace Helmer
Michel Verlinden
Michel Verlinden Journaliste

Si le lundi au soleil reste un rêve inaccessible, une consolation existe : célébrer le premier jour de la semaine autour d’une belle assiette.

Ballekes

Reprise difficile ? Envie d’un lundi soir les pieds sous la table, avec dans l’assiette une cuisine rassurante et familiale ? Direction Ballekes, qui s’est fait une spécialité de boulettes en forme de barrage contre l’adversité. Pour rendre hommage à ce patrimoine populaire, l’adresse a rodé une formule de grande efficacité. On commande au comptoir la ou les boulette(s) de son choix (porc-boeuf, poule ou veggie), la sauce (tomate, sirop de Liège…), l’environnement (déposée sur une salade ou coincée dans une baguette) et l’accompagnement (frites croquantes à souhait, chicons-mayo…) Pour moins de 20 euros, il ne reste plus qu’à faire bombance. Sans oublier d’y associer la bière ad hoc, façon Delta (3,50 euros) de Brussels Beer Project.

174, chaussée de Charleroi, à 1060 Bruxelles. www.ballekes.be

Chez Richard

Ce bistrot mythique du Sablon a retrouvé ses ors. Comptoir en bois – avec un superbe repose-coude en chêne -, luminaires Art déco, granito réalisé par un artisan liégeois, murs couleur bleu nuit, petites tables rondes, banquettes moelleuses… Le lieu a tout d’un classique. Même en extérieur, rien n’a été laissé au hasard : mobilier en rotin en provenance de la maison Gatti à Paris et chaufferettes turbo-puissantes. On aime les serveurs tatoués jusqu’à la garde, les vins d’auteur mais surtout les grignotages inspirés façon saumon gravlax ou encore le burger de chez Dierendonck.

2, rue des Minimes, à 1000 Bruxelles. Tél. : 0479 61 12 56. www.chezrichard.be

Le Refuge

Au détour d’une ruelle uccloise pavée, empruntée sans méfiance, on se retrouve là-haut, sur la montagne magique. La salle convoque l’esprit des pics enneigés. Rondins de bois, poêle rassurant, carrelage d’époque, mobilier bistrot ainsi qu’une collection de coucous suisses lavent l’oeil de la pollution des villes. La cuisine poursuit l’ascension au fil de petites assiettes escarpées. Croquettes de crevettes grises, avec persil frit, en provenance de Noordzee (8 euros la pièce), burrata bien crémeuse (10 euros), petite portion de raclette rafraîchie de pickels de légumes (8,50 euros)… trop bon ! On arrose le tout d’un vin nature (René Mosse, Ottomani, Jo Landron…) et on termine avec un café préparé sur une La Marzocco.

668, chaussée de Saint-Job, à 1180 Bruxelles. Tél. : 02 850 36 17. http://cafelerefuge.be

Manhattn’s

On ne plaisante plus avec le burger à l’heure où il est devenu une préparation iconique suscitant des débats enragés. Au Manhattn’s, enseigne qui se multiplie avec l’aisance du lapin, le genre se défend plutôt bien. Cela, même si l’adresse prend la pose  » New York attitude « , façon loft postindustriel, de manière un peu trop appuyée. Il reste que les juteux burgers (de 9,10 à 12,50 euros), que l’on doit aux frères Vandermeulen, sont vaillants : buns en provenance du boulanger Yves Guns, Angus irlandais tendre à souhait, oignons caramélisés, bacon crispy comme il se doit et même mélanges d’épices saupoudrés sur les frites.

164, avenue Louise, à 1050 Bruxelles ; 39, rue Henri Maus, à 1000 Bruxelles ; 9, avenue de Tervueren, à 1040 Bruxelles et 1, Groenplaats, à 2000 Anvers. www.manhattns.com

L’écailler (du Café Robert)

Situé dans le piétonnier de la rue des Dominicains, pile entre la cathédrale et l’opéra liégeois, L’Ecailler fait valoir un beau décor de brasserie parisienne à l’ancienne. L’adresse, qui se tient loin des modes, est rassurante comme le sont ces restaurants qui peuvent prétendre au statut d’institution. L’esprit ? Celui d’une maison de qualité qui travaille depuis plus de trente ans avec la constance en ligne de mire. En témoigne la cuisine signée par Eddy Dekételaere, chef traversant le temps avec l’aisance d’un poisson dans l’eau. L’homme excelle dans un registre intemporel à l’instar de l’aile de raie bouclée au beurre de noisette (25 euros) qui met à genoux, tout simplement.

26, rue des Dominicains, à 4000 Liège. Tél. : 04 222 17 49. www.lecailler.be

Lesse Capade

Loin des villes, on peut encore s’offrir des moments de grâce. Ainsi d’un repas de midi en bord de Lesse, garanti 100 % fusion avec la nature et les éléments. Le soleil brille mais moins que l’assiette, qui convainc en deux temps trois mouvements. La terrine farcie au foie gras en entrée raconte un chef soucieux du terroir, soit Olivier Michel, qui travaille avec son épouse Caroline. Le plat, un filet pur de Simmental  » simplement béarnaise « , force le respect grâce à une sauce parfaite qui jongle avec le beurre, le jaune d’oeuf, l’estragon, l’échalote et le cerfeuil. En saison, Lesse Capade est aussi le bon plan pour savourer du gibier. Addition entre 35 et 45 euros le couvert.

155, rue de la Carrière, à 6927 Resteigne. Tél. : 084 34 40 07. www.lessecapade.be

Parf’Inde épices

[à publier un lundi de préférence] Nos 100 adresses coups de coeur : Monday, Monday
© Grace Helmer

Originaire du Pendjab, le jeune patron déploie ici une énergie folle pour que les frileux abandonnent leurs piquantes appréhensions quant à la cuisine indienne. Les petits plats sont mis dans les grands, entre décor classieux, à la lumière intimiste, et soin des convives aux petits oignons. La carte ? Elle se balade à travers le sous-continent. Et mise sur la fidélité à la mère-patrie, comme en témoigne un poulet Madras (18 euros) qui ne lésine pas sur le piment. A cela s’ajoutent de nombreux ravissements, tels que les naans (ces feuilles de pain typiques) tout frais et soulignés d’ail et de coriandre (4,50 euros), les samosas aux légumes super parfumés et une préparation végétarienne, Bhindi Bajee (16 euros), à tomber, qui mêle ocras et épices douces.

415, chaussée de Bruxelles, à 1410 Waterloo. Tél. : 02 361 13 19. www.parfindeepices.be

Uppkök

Depuis 2013, Uppkök – néologisme suédois signifiant  » cuisine découverte  » – témoigne de l’état d’esprit du chef Martin Hubaut, qui a longtemps officié au Recto Verso, à Bouge. Agité par un retour aux choses simples, l’homme s’est livré à une  » mise à nu  » des codes de la restauration. En phase avec cette profession de foi, il a également opté pour une stricte obédience à un dogme locavore, à une pureté environnementale – la traction animale -, ainsi qu’à un catéchisme de l’épure sur assiette : un produit central auquel répond au moins un légume ainsi qu’un jus, un condiment, voire un pesto. On retient ? Son maigre rôti à l’huile, gel de citron et mangue, accompagné d’une espuma de rhubarbe.

19, Chaussée Nationale 4, à 5530 Sart-Bernard. Tél. : 081 51 20 23. www.uppkok.be

BODO

Dans ce bistrot à la française, où la déco épurée et lumineuse s’inspire du style scandinave, la chef Lore Moerman propose une série de plats savoureux et élégants faisant la part belle à la simplicité. La cuisine part dans de multiples directions – houmous, vitello tonato, quinoa – pour mieux revenir aux plats traditionnels de nos régions. On retient de la carte les rillettes de canard maison, les joues de porc cuites à la bière et servies avec des croquettes, la salade de chèvre au fenouil ou encore les saucisses grillées accompagnées d’une purée de pommes de terre. Des plats de terroir que l’on soulignera d’un breuvage de qualité pioché parmi la riche sélection de vins naturels ou de bières artisanales de l’établissement.

2, Burgstraat, à 9000 Gand. Tél. : 09 256 29 00. bodo.gent

Dôme sur Mer

Situé dans une imposante maison de maître, ce bistrot de Berchem, bénéficiant d’une petite terrasse sympathique, est surtout connu pour ses plateaux de fruits de mer de haut vol (de 44 à 76 euros). L’intérieur est sobre, lumineux et égayé par un grand aquarium rempli de poissons orangés. Il fait bon s’asseoir au grand bar en marbre avec vue sur la petite cuisine ouverte. Ici, tout est frais et impeccablement préparé, que ce soit à la carte ou au tableau des suggestions. On recommande les préparations à la plancha et, pour les jours de fête, le homard grillé et son beurre de sauge (49 euros). En dessert, la simple gaufre de Bruxelles s’impose.

1, Arendstraat, à 2018 Anvers. Tél. : 03 281 74 33. www.domeweb.be

Lunapark

Pieter Clement a fait ses armes dans le fameux restaurant étoilé de Sergio Herman, Oud Sluis, aujourd’hui fermé, puis dans deux adresses à lui, où l’accueil était toujours enthousiaste. Dans son nouvel établissement, à Furnes, la déco se veut minimaliste avec comme pièce maîtresse – comment faire autrement avec pareil nom ? – une console de jeu rétro. Le chef y propose un menu unique pour un nombre restreint de couverts, soit 4 services à base des meilleurs produits de la région, démontrant un savoir-faire des plus maîtrisés. On citera en exemple le turbot agrémenté d’asperges, de fines tranches de rhubarbe crue et d’une sauce au vin jaune et, en dessert, le rafraîchissant granité d’oseille combiné à des fraises et de la glace au sureau. La carte des vins mixe des étiquettes naturelles classiques et d’autres plus enjouées. Le service, lui, se veut détendu et chaleureux.

15, Zwarte Nonnenstraat, à 8630 Furnes. Tél. : 0473 57 97 68. www.pieterclement.be

Rosch

Glenn Ross et Nicole Schellekens se sont rencontrés dans les cuisines de Peter Goossens (Hof Van Cleve) avant de s’installer en Australie pendant deux ans pour travailler chez The Fat Duck du grand chef Heston Blumenthal. Dans leur propre établissement, à Hasselt, Nicole s’occupe de la pâtisserie et de la salle tandis que Glenn est chargé des autres plats. Ici, pas de menus préconçus mais une simple carte qui laisse la possibilité de choisir librement son repas. Les nombreuses petites entrées, comme la langue de boeuf à la betterave, aux baies de goji et au yaourt ou le toast au crabe de la mer du Nord, aux cacahuètes et kombu, permettent de découvrir dès l’apéro tout le savoir-faire du maître des lieux. En guise de dessert, on trouve un fairy bread ou  » pain de fée « , une préparation très appréciée des petits Australiens faite d’une tartine de pain blanc richement beurrée et recouverte de granulés colorés. Chez Rosch, Nele l’allège et la sublime tout en conservant ses teintes disco.

34, Dorpsstraat, à 3500 Hasselt. Tél. : 011 18 27 93. www.rosch.be

Partner Content