Le restaurant de la semaine: Monsieur V****, petit miracle aux portes de Bruxelles

© SDP
Michel Verlinden
Michel Verlinden Journaliste

A peine croyable. Après une certaine pêche dans la Bible, c’est au tour d’un lunch de rappeler aux hommes de peu de foi que les miracles restent possibles dans un monde sans pitié. Magnéto, Serge. Ce midi-là, on prend place à la table d’une enseigne quasi villageoise s’ouvrant sur une petite place qui n’en est presque pas une.

A l’intérieur, tout est agencé pour faire chaud au coeur. Près de la porte, les reliefs usés d’un vieux billot rappellent les faits et les gestes répétés qui constituent le quotidien des artisans. Par-dessus, une trancheuse promet une assiette de jamon iberico cebo campo 24 mois (13 euros).

Il y a également un pan de mur recouvert de carreaux façon métro parisien, marqueur incontournable de la bistronomie, ainsi qu’une belle cuisine ouverte où officie Jan Verheaert. Le tout est drapé dans le noir et le bois clair qui s’en donne à claire-voie.

Le restaurant de la semaine: Monsieur V****, petit miracle aux portes de Bruxelles
© SDP

Au moment où l’on s’apprête à élire une entrée et un plat de la carte, on nous annonce un lunch à… 20 euros. Au programme, terrine de chevreuil suivie de filets de volaille avec carottes et salsifis. La proposition ne se refuse pas. On souscrit. Avant même d’attaquer, une dégustation de potage au potiron et crevettes ainsi qu’un panier avec du pain au levain et du vrai beurre de ferme laissent présager que l’on n’a pas effectué le détour pour rien.

C’est peu de le dire, la terrine faite maison est bien cette « tuerie » que l’époque désigne comme le graal gourmand ultime. Servie avec un pickles de chou-fleur, de la moutarde mauve et un peu de frisée aux notes vinaigrées, la spécialité charcutière tapisse le palais de notes rondes et épicées.

Le plat? C’est carrément « Maillard, sors de cette assiette! » Produit très souvent décevant, le filet de volaille (jaune) fait ici valoir la tendreté d’une cuisson lente et le fin croquant d’une peau croûtée. Terrible contraste. Tournés et laqués, les légumes sont d’une sapidité totale. Ils témoignent d’un chef qui transpire le métier.

Moralité? On y court faire une bonne affaire le midi et on y retourne le soir pour une expérience qui, au vu du talent, ne peut être que positive. D’autant plus que la carte des vins fait de l’oeil à travers des références bien senties, qu’il s’agisse d’un vigneron comme Raúl Pérez ou des flacons bourguignons du Domaine Chevrot.

Où?

19, square des Braves, à 1630 Linkebeek. Tél.: 0499 28 33 41. monsieurv.be

Genre : Cuisine bistronomique

Atmosphère : Paisible et décontractée, du moins le midi

Addition : Plats entre 32 et 35 euros (menu à 39 euros et lunch 2 services à 20 euros)

Le restaurant de la semaine: Monsieur V****, petit miracle aux portes de Bruxelles

Partner Content