Nos 100 adresses coups de coeur: 12 restaurants adeptes des circuits courts

© Grace Helmer
Michel Verlinden
Michel Verlinden Journaliste

La pleine conscience ? Elle passe aussi par la restauration. Des adresses qui s’interrogent sur le sens de leur démarche. Notamment : l’impact sur la planète.

Entre Nous

Sara Lenzi, une jeune Napolitaine débarquée à Bruxelles, s’est mis en tête de diffuser du bonheur au coeur d’un quartier  » gris « , celui de la gare du Midi. Flanqué de grandes baies vitrées, le lieu est agrémenté d’une table d’hôtes, d’une étagère chargée de bons produits et d’un îlot central en bois clair sur lequel repose l’alléchant buffet. Les fournisseurs ? De proximité, c’est juré : légumes de chez Vert d’Iris (Anderlecht), poissons de chez Pintafish (Louvain) ou viandes de la Ferme de L’Escafène (Ragnies). Tout cela est décliné en ciabatta (5 euros), plat du jour (15 euros), soupe (5 euros) et buffet de légumes (11 euros). A ne pas rater, chaque premier dimanche du mois : le  » pranz  » (25 euros), un excellent déjeuner italien typique.

29, rue de Mérode, à 1060 Bruxelles. Tél. : 02 537 63 18. www.entrenousbxl.com

Horia

Cette  » Oriental Natural Eatery  » organise la rencontre des cuisines marocaines et libanaises dans un esprit slow food. Une rareté dans la capitale, qui met du soleil dans les yeux des convives. Le projet prend place dans le décor étroit d’un couloir de briques nues. Le vert pâle du plafond rappelle l’atmosphère de certaines cantines street food croisées à Beyrouth ou au Caire. L’assiette Horia (15 euros) donne le ton de la qualité des préparations : champignons au goût de cannelle, taboulé marqué par le persil plat, riz parfumé, chou blanc quasi confit, keftas pleines de saveurs… Proposée en suggestion, l’aubergine charmoula (13,90 euros) bluffe : un plat végétarien qui décline ce fruit, bien fondant, recouvert d’épinards et d’une sauce sublimée par le cumin. Boissons inespérées, entre bières de la Brasserie de la Senne et magnifique syrah marocaine Tandem (37 euros) d’Alain Graillot.

7, Borgval, à 1000 Bruxelles. Tél. : 02 502 08 48. www.horia.be

Le Local

Produits issus de circuits courts, agriculture biologique, commerce équitable, cuisine zéro déchet, engagement au tri, compost et revalorisation… Le pedigree de ce Local, qui se revendique  » pépinière culinaire « , est sans taches. Tout cela n’aurait aucun intérêt si les plats envoyés n’étaient pas à la hauteur. Ils le sont. L’approche pratiquée consiste en trois menus (viande, poisson et végétarien, à 33 euros) déroulés dans le sens de la saison et du végétal (tarama de haddock et radis, carpaccio de boeuf fraise et menthe…) On aime la déco épurée qui, elle aussi, mise sur le recyclage, ainsi des chaises et des tables qui, dans une autre vie, étaient des bureaux de la Commission européenne. Ne pas rater le mercredi, intitulé ici  » Marrecredi « , jour qui fait place à un chef invité. Une jolie façon d’évacuer la question de l’ego en restauration. Au verre, on reste dans le thème en sirotant kombucha maison et autre kéfir de fruits à 4 euros.

51, rue de la Longue Haie, à 1000 Bruxelles. Tél. : 02 647 68 03. www.lelocalbxl.be

Nona

Nos 100 adresses coups de coeur: 12 restaurants adeptes des circuits courts
© Diane Hendrikx

Nona avec un seul  » n  » est à comprendre comme l’acronyme de  » no name « . Cette adresse déride la pizza made in Belgium dans le sens de la proximité. Le meilleur exemple ? La mémorable  » From Dries, with Love  » (10,90 euro), une création à base de légumes de saison. Celle-ci repose sur un principe de  » pizza blanche « , c’est-à-dire sans sauce tomate, fait la part belle à une mozzarella nationale (si, ça existe ! ), celle de Patrick Cornelissen (Buffl’Ardenne). La garniture est assurée par des choux de Bruxelles dorés ainsi que par des rondelles de radis blanc cru. Soit, une association inédite, à la fois tendre et croquante, misant sur des produits d’exception – l’incroyable maraîcher Dries Delanote à Ypres – et rehaussée de copeaux de parmesan. Une proposition de caractère servie par une pâte irréprochable, fine, bien tendre au centre et plus résistante sur les bords.

17-19, rue Sainte-Catherine, à 1000 Bruxelles. Pas de réservation. www.nonalife.com

Au p’tit bon orme

La Ferme à l’arbre est un beau projet qui met le bio à l’honneur. Il est question de légumes mais aussi d’élevage : Blondes d’Aquitaine, porcs Duroc et poules pondeuses. Cette production aussi délicieuse que vertueuse s’écoule par le biais d’un restaurant intitulé Au p’tit bon orme. Emmenée par Michel Damoiseau, cette adresse 100 %  » from farm to fork  » cultive ce que l’on pourrait appeler une  » fine cuisine de terroir « . Préparations minute, fonds de sauce faits maison, légumes tout juste sortis de la terre… On ne se contente pas du minimum syndical. Pour rendre hommage à l’esprit des lieux, on choisit le  » pavé de boeuf de la ferme  » qui s’affiche à 25 euros sur la carte. Tendre et expressive, la viande prouve que le bonheur n’est pas uniquement dans le maturé. Côté boisson, mention pour la  » Badjawe « , une bière blonde produite, elle aussi, sur place.

Nos 100 adresses coups de coeur: 12 restaurants adeptes des circuits courts
© Michel Verlinden

43, rue de Liège, à 4450 Lantin. Tél. : 04 263 58 01.

Le Bon vin

Incontournable à Namur depuis 1982, cette adresse familiale que l’on doit à Christiane et Willy mise sur un ancrage de terroir fort : bouteilles d’Orval exposées, drapeau wallon au mur et produits locaux – légumes en direct du grand potager d’Haltinne, truites du Chêneau (Annevoie), fromages de la ferme Keirse, viandes de la ferme de Jambjoule à Villers-sur-Lesse… La série des bons fournisseurs de proximité est impressionnante. En phase avec ce credo de coopération, le cadre un rien rustique, avec ses poutres apparentes et son bar en bois sculpté, dit le goût des patrons pour une vie déconnectée du réseau. On ne rate pas la spécialité, la daube de truite en escavèche à la namuroise (13 euros en entrée), ni l’américain savoureux préparé uniquement le week-end (18 euros).

43, rue du Président, à 5000 Namur. Tél. : 081 22 28 08. www.lebonvinnamur.be

Nos 100 adresses coups de coeur: 12 restaurants adeptes des circuits courts
© Grace Helmer

Le Vieux Château

C’est au coeur du beau Pays des Collines que Tanguy De Turck officie. Il extrait le meilleur de sa région, entre les anciennes variétés de fruits d’Edmée Hooghe et le chocolat  » bean to bar  » de Cédric De Taeye. Son Vieux Château se loge dans les murs d’une demeure de 1620 entourée d’un jardin indiscipliné. La salle élégante répond aux vieilles pierres par une sobre modernité. Tableaux tout en texture, chaises feutrées de gris, tables en bois et goût pour la ferronnerie… le décor inspire confiance. Le menu à 32 euros, d’une incroyable générosité, met à genoux. Crabe que réveille un dripping de poivron ; agneau accompagné d’une fine salade qui embarque vers l’Orient ; et surtout promenade dans la fraîcheur des sous-bois assurée par un dessert mêlant fruits rouges, sorbet basilic-citron vert-estragon et chocolat.

23, rue Docteur Degavre, à 7880 Flobecq. Tél. : 0496 75 36 79. www.levieuxchateau.be

Tero

Nos 100 adresses coups de coeur: 12 restaurants adeptes des circuits courts
© DR

Derrière cette enseigne, on trouve Caroline Stevenart. Celle-ci signe une cuisine vivante avec une attention portée au végétal pensé comme carburant fondamental de l’organisme, notamment au travers d’une belle collaboration avec la Ferme des Rabanisse (légumes et viandes). La chef puise dans le répertoire des cuisines du monde : fenouil confit, tartare d’algues, tatin de navet, houmous du jour… Le tout en plats à partager assez jubilatoires. A cette approche répond une mise en scène pure : colonnes en métal, troncs d’arbres apposés aux murs, chaises en tissu pied-de-poule… Pour ne rien gâcher, la question du vin est abordée avec sérieux – Marcel Lapierre, Fanny Sabre.

56, rue de Champles, à 1301 Bierges. www.tero-restaurant.com

Condacum

Entrepreneur dans l’horeca, Yvan Janssens a repensé le concept de sa brasserie pour en faire un restaurant où les légumes et herbes maison occupent le devant de la scène et s’invitent dans les assiettes en portions plus que généreuses. Après une succession d’entrées à partager (asperges au lard et à la marjolaine, salade de tomates aux fleurs de sureau…), les plats principaux (de 26 à 41 euros) font eux aussi la part belle à la récolte sur place, puisque tant l’entrecôte de veau que le merlan à la gelée de piment s’accompagnent d’un grand bol de produits du jardin. La carte propose également des options végétariennes originales, dont plusieurs préparations à base de céleri-rave. L’adresse a reçu une mention spéciale dans le Gault & Millau Vert.

311, Pierstraat, à 2550 Kontich. Tél. : 03 888 33 05. www.condacum.be

De Vijf Seizoenen

Jonas et Laurence Haegeman ont dernièrement repris le restaurant familial créé par leurs parents, il y a vingt ans. Ils y servent des plats qui flairent bon la nature, avec un premier menu à 45 euros, où les légumes locaux et les herbes cueillies dans les Ardennes flamandes jouent un rôle prépondérant. Le tout combiné à des poissons de la mer du Nord, issus de la pêche durable, ou des viandes et volailles provenant de petits producteurs. La créativité n’est pas en reste, à l’instar de ce yaourt aux myrtilles dans lequel on retrouve… du chou rouge fermenté. Quant au décor, il est en phase avec la pureté des mets.

5, Kasteelstraat, à 9660 Brakel. Tél. : 055 42 84 48. www.devijfseizoenen.be

Jacqueline

La cuisine d’Evelien Swiers est simple et sans chichis. Ses plats laissent s’exprimer des ingrédients de premier choix en mettant l’accent sur les saveurs naturelles. Le menu suit l’offre saisonnière et s’inspire des échanges avec les producteurs pour marier, par exemple, les asperges aux poireaux et aux fleurs de sureau, ou encore la truite saumonée aux roses et aux betteraves. Lunch 2 services, à partir de 30 euros, le midi, et menus 4 ou 5 services, un peu plus cher, en soirée. Le sommelier Raf Rombouts se charge de sélectionner, dans la carte des vins, des flacons naturels qui sublimeront les plats. Les amateurs de bières trouveront néanmoins aussi ici de délicieuses gueuzes acidulées à base de levures sauvages.

8, Van Colenstraat, à 2530 Boechout. Tél. : 03 284 30 33. restaurantjacqueline.be

Mico’s Bistro

Après avoir appris les ficelles du métier auprès de maîtres pâtissiers en France et à Hong Kong, Mico Cheung a ouvert cette enseigne avec son époux, le chef Jonathan Leung. Le couple y propose une cuisine d’inspiration asiatique à base de produits locaux, dont les légumes de saison de l’entreprise agricole naturelle Ons Logisch Voedsel. Le tout pour une addition bien contrôlée, les plats ne dépassant pas les 19 euros. Se laisser tenter par les crêpes aux oignons de printemps et à la poitrine de porc, c’est adopter définitivement l’adresse ! Pas question, néanmoins, d’en repartir sans avoir testé les raviolis maison, des plus traditionnels aux variantes à la betterave, et bien évidemment les fabuleux desserts, comme ce cotton cheesecake japonais ou cette tarte à la crème brûlée parfumée à la bergamote. A accompagner d’un verre de bon vin naturel, d’un thé matcha glacé ou d’un latte au sésame noir.

53, Kasteelpleinstraat, à 2000 Anvers. Tél. : 03 344 79 05

Willem Hiele

Dans la charmante cabane de pêcheurs blanchie à la chaux héritée de ses parents, le chef Willem Hiele a aujourd’hui créé un authentique repaire de fins gourmets. On y déguste des légumes provenant du jardin – asperges, petits pois, herbes aromatiques – ou du Monde des Mille Couleurs, la ferme biologique du très charismatique Dries Delanote. En tant qu’ambassadeur des North Sea Chefs, Willem Hiele met aussi un point d’honneur à proposer du poisson issu de la pêche durable en provenance exclusivement de la mer du Nord. Le voyage gustatif se veut gastronomique, au fil de beaux menus 5 ou 7 services, dépassant toutefois les 50 euros. En salle, Shannah s’occupe de l’accueil et du choix des vins, mais propose également des boissons non alcoolisées à base d’herbes du jardin…

138, Pylyserlaan, à 8670 Coxyde. Tél. : 058 59 62 21. restaurant.willemhiele.be

Partner Content