Nos 100 adresses coups de coeur : 12 restaurants où les chefs aiment manger

© Grace Helmer
Michel Verlinden
Michel Verlinden Journaliste

Quand un chef nous livre sa table coup de coeur, on y file les yeux fermés… mais les sens en éveil.

Al Bacio

Goûté et approuvé par Laurent Balancy (Le Bout de Gras)

Nourri au bon grain et aux saucisses fumées maison, Laurent Balancy n’est pas du genre à manger avec la bouche en cul de poule. L’homme est un géant, un ogre qui dévore tout sur son passage. La table qu’il livre est pourtant une pizzeria et il y recommande tout particulièrement la  » parmigiana « , une pizza aux aubergines. C’est qu’Al Bacio n’est pas une adresse comme les autres, il s’agit d’un antre minuscule dans lequel s’agitent des Romains fondus de bonne bouffe. Le tout pour une cuisine brutale, lubrifiée à la sueur et à l’huile de coude.

119, rue Américaine, à 1050 Bruxelles. Tél. : 0470 34 15 68.

La Pouletterie En ville

Goûté et approuvé par Ludovic Vanackere (L’Atelier de Bossimé)

La Pouletterie en ville
La Pouletterie en ville© brussels’ kitchen

De la volaille de luxe proposée sous les 15 euros ? Si, ça existe. Imaginé par Frédéric Antoine, producteur en vue du côté de Lustin, le concept prend place dans un ancien garage joliment transformé en cantine urbaine démocratique. L’idée vaut son pesant de cacahuètes à condition de ne pas chercher ici le confort d’une table  » classique « . La Pouletterie en ville, c’est un fast good un peu brut où l’on commande son plat sans façons dans une sorte de caravane. Le combo quart de poulet accompagné de frites (12 euros) et d’un  » side « , soit des légumes de saison, est fulgurant. Bien vu, l’excellent vin effervescent du Château de Bioul – le Brut des Houillères – y est proposé à la bouteille. C’est plus qu’il n’en faut pour être comblé.

176, chaussée de Vleurgat, à 1050 Bruxelles. Tél. : 0473 62 69 37. www.lapouletterie.be

Le Chazal

Goûté et approuvé par Bernard Leboucq (Buvette Sint Sebastiaan)

Le cofondateur de la Brasserie de la Senne a un critère bien précis : il privilégie une adresse de proximité, l’un de ces cafés-restaurants de quartier tout simples : Le Chazal. Ici, le plat du jour vaut le détour mais le chef portugais propose également des suggestions et spécialités de son pays natal. Bernard conseille vivement les rognons, la cuisson est parfaite, la sauce un peu trop riche à son goût, mais comme il le dit :  » On sent que derrière cette préparation, il y a un chef qui sait de quoi il parle.  » Accompagné d’une bière pression et d’un petit porto maison, qui sort tout droit d’une barrique en bois, comme dessert, il ne lui en faut pas plus pour faire le bonheur de celui qui est aussi le patron de l’excellente Buvette Sint Sebastiaan, dans le parc Josaphat, à Bruxelles.

96, rue Joseph Coosemans, à 1030 Bruxelles. Tél. : 02 309 68 69.

Tarzan

Nos 100 adresses coups de coeur : 12 restaurants où les chefs aiment manger
© Grace Helmer

Goûté et approuvé par Dorothée Capelluto (Minnie & Frenchie)

Il était grand temps d’opérer une féminisation-végétalisation du genre  » bar à vins « . Coques accompagnées d’une sauce crue à la citronnelle et au piment, crème d’avocat et dentelles de betteraves, houmous épatant… Et pour les plus rigides, une planche vigneronne qui enrobe salaisons et fromages d’une mousse estragon-cajou et de radis noir. Bien entendu, ce grignotage revitalisé se marie à des flacons dits  » nature « . En deux versions : pédale douce pour les néophytes – Mosse, Breton, Crispeels… – ou ovnis pour ceux qui ne craignent pas les odeurs de réduction – Didier Chaffardon, Pierre Frick. Bonne nouvelle : Tarzan a désormais sa Jane, un caviste attenant.

59, rue Washington, à 1050 Bruxelles. Tél. : 02 538 65 80.

Attablez-vous

Goûté et approuvé par Martin Hubaut (Uppkök)

Charles Edouard a succédé à son père et a totalement réaménagé le lieu. Dès lors, le nom a changé, le Biétrumé Picar, réputé en son temps, est devenu Attablez-vous. Tout est renié ? Loin de là, le fils a reçu de son paternel le goût pour la finesse des compositions. La trame est celle d’un restaurant gastronomique offrant une cuisine originale d’inspiration française, mais également  » le meilleur rapport qualité/prix  » si l’on en croit Martin Hubaut, qui recommande la formule Menu plaisir 3 ou 4 services, respectivement 37 et 47 euros. Bien vu, la carte des vins panache de très belles références mais aussi de jolies petites découvertes.

16, Tienne Maquet, 5000 Namur. Tél. : 081 20 10 23. www.attablezvous.be

La Sapinière

Goûté et approuvé par Clément Petitjean (La Grappe d’or)

 » Ouverte par Denis Maréchal et sa compagne, cette adresse a été rénovée avec beaucoup de coeur et de goût « , prévient Clément Petitjean. Le couple a mis l’accent sur la convivialité avec un grand feu ouvert prisé lors des soirées d’hiver (elles peuvent être froides dans la région). Côté cuisine, c’est Francis Lapagne qui est à la manoeuvre. Amoureux de la Gaume depuis toujours, il signe une gastronomie d’inspiration locale, avec notamment des viandes grillées qui proviennent directement de l’élevage du propriétaire. On y boit une bonne Rulles, la bière du coin, ou alors un vin sélectionné par Cédric Thomas de la boutique Vin en Vie, à Torgny.

1, Croix Rouge, à 6740 Etalle. Tél. : 063 57 63 56. www.restaurantlasapiniere.com

Restaurant Chermanne

Goûté et approuvé par Arold Bourgeois (Little Paris)

Stéphane Chermanne s’est révélé depuis qu’il a quitté le registre gastronomique pour pratiquer une cuisine bistrotière d’une incroyable générosité, en plein coeur de Charleroi. Urbain ? Oui, mais pas trop. Croquettes de queue de boeuf, joue de veau confite au vin rouge, côte à l’os maturée et autres régalades souvent glanées à proximité, on se pâme devant ces merveilles modestes et géniales. Le tout est émouvant comme un dimanche à la campagne. A cela, il faut ajouter : un service prévenant, des vins fins, des desserts tendres – fantastique dame blanche turbinée minute ! – et un joli cadre à la déco seventies.

62, avenue de l’Europe, à 6000 Charleroi. Tél. : 071 12 41 14. www.restaurantchermanne.be

Sophie & Nicolas

Goûté et approuvé par Baudouin Galler (Les coudes sur la table)

Après avoir officié du côté d’Aywaille, Sophie et Nicolas ont pris leurs quartiers à Comblain-la-Tour. L’adresse est prometteuse et valorise le terroir : cuisine à base de produits de saison bio en provenance d’un maraîcher local, Les Jardins du Sart, viande bio qui vient également d’un éleveur du cru, la Ferme de Tabreux (excellent boeuf limousin, agneau charolais et porc Berkshire). Tout est fait maison, du pain aux beurres aromatisés. Avec un menu 3 services à 37 euros qui change tous les mois, une carte de vins bio et nature, il n’y a pas de doute… le bonheur est définitivement dans l’assiette.

79, route de Fairon, à 4180 Comblain-la-Tour. Tél. : 04 384 72 92. www.sophieetnicolas.be

Karel De Stoute

Goûté et approuvé par Bram Verbeken (Hop Gastrobar)

En plein centre historique de Gand, derrière une façade ancienne, se dissimule un décor moderne aux lignes épurées. C’est là qu’officient le chef Thomas De Muynck et son épouse Lien Van de Velde. A table, on découvre un seul menu de saison, que l’on choisit à 3, 4 ou 5 plats. Le cuisinier conjugue avec aisance, dans de petites assiettes raffinées, loup de mer, pastèque et jalapeno ou encore betteraves jaunes, pickles, burrata et secreto. Comme dessert, on se délectera d’une tartelette délicate aux fleurs de sureau et à la meringue. Une perle cachée pour fins gourmets qui apprécient une cuisine de saison tout en légèreté.

2, Vrouwebroersstraat, à 9000 Gand. Tél. : 09 224 17 35. www.restkareldestoute.be

Ogst

Goûté et approuvé par Johan Haverlain (Bistro Bis)

Deux amis ont transformé de leurs propres mains un ancien institut de beauté en l’un des exemples les plus réussis de bistronomie contemporaine au Limbourg. Les murs sont bruts, mais le parquet clair et les banquettes en cuir noir montrent que le luxe y a aussi sa place. Dans cet espace rajeuni, Diederik Herbots, fan de vins naturels, prend les commandes et prodigue les conseils boissons. Quant au chef, Sébastien Wygaerts, il prépare des mets surprenants et fait preuve d’audace en combinant viande de veau, coques et aubergines, par exemple, ou en mariant moules de bouchot et rhubarbe. Comme toujours dans un bistrot, le choix est restreint, mais il faudrait vraiment être très difficile pour ne pas être impressionné par le menu proposé ici en 4, 5 ou 6 plats.

4, Ridder Portmansstraat, à 3500 Hasselt. Tél. : 011 41 38 13. www.ogst.be

Salto

Goûté et approuvé par Evelien Swiers (Jacqueline)

Natania Van De Schoor et Joris Duys ont troqué leur restaurant gastronomique contre un bistrot contemporain qu’ils ont aménagé dans un ancien magasin d’imprimerie, avec une longue salle étroite et une cuisine ouverte. La plupart des préparations sont des classiques revisités de la gastronomie italienne ou française, comme le boeuf bourguignon, la brandade de skrei au poireau, le fritto misto et le poulpe à la bagna cauda, cette sauce chaude du Piémont. Les aventures créatives du chef méritent le détour également, comme son flan de plie au crabe tourteau et à l’huile de cerfeuil, par exemple. Les assiettes regorgent de saveurs, les prix sont doux (entrée de 15 à 19 euros, plat de 24 à 27 euros) et l’ambiance joyeuse.

18, Rechtestraat, à 2500 Lierre. Tél. : 03 480 30 88. www.saltolier.be

Tawan Thai Taverne

Goûté et approuvé par Davy Schellemans (Veranda)

Ne vous laissez pas effrayer par l’aspect peu engageant de la rue qui abrite ce restaurant. A l’intérieur, l’accueil est toujours chaleureux. Avec tous les écrans de télévision qui remplissent l’établissement, c’est une gageure de suivre la conversation de votre tablée, mais une fois les plats servis, la distraction télévisuelle disparaît à l’arrière-plan. Currys crémeux, salades de calamars épicées, potages à la fraîcheur acide, salades de papaye relevées : voilà une cuisine simple et appétissante qui convient parfaitement pour se requinquer après un dimanche éreintant. Une adresse idéale aussi pour emmener les kids.

3, Van Arteveldestraat, à 2060 Anvers. Tél. : 03 233 26 96. www.tawan.be

Partner Content