Drôle d'oiseau gastronomique, Fauvette ne cède en rien au "proximiteux". Au contraire, entre ses mains, ainsi que celles de Joël Geismar (Garage-à-manger) et la boulangère Romina Bux, cette enseigne trace désormais un sillon inédit à Bruxelles. Dans un décor pictural comme une nature morte de Fragonard - l'alignement sur le mur des poêlons en cuivre est imparable -, le trio crée la surprise à mi-chemin entre la tradition française et l'épure scandinave.

A la fois bar à vins, dépôt où acheter le pain quotidien et restaurant en bonne et due forme, l'adresse enthousiasme. Non seulement elle ne se contente pas de casser les codes en cours - une fluidité inédite entre la salle et la cuisine -, elle mise aussi sur des préparations ressuscitant un imaginaire gastronomique intemporel et fumant: coq au vin, paleron de boeuf ultramijoté, pâté en croûte, gougères... Le tout s'accompagne d'une mise en scène gourmande à l'envi: une imposante casserole posée sur une petite table depuis laquelle on garnit l'assiette. Compter environ 45 euros le couvert pour cette expérience qui renouvelle le plaisir d'être à table.

Fauvette, 17, rue de la Fauvette, à 1180 Bruxelles. Tél.: 0477 66 67 27. www.fauvette-restaurant.be