Oum Kulthum, la chanteuse doublée de l'ombre portée de sa légende forment un matériau de choix, magnifique et terrible à la fois, pour qui veut réfléchir à sa condition de femme et d'artiste. Shirin Neshat (Qazvin, Iran, 1957) s'en est emparée, avec son sens aiguisé de la poésie et de la mise en abyme. La photographe et vidéaste iranienne, diplômée en arts plastiques de l'Université de Berkeley (Californie) et exposée dans les plus grands musées du monde s'est nourrie de sa fascination pour la chanteuse égyptienne tellement phénoménale qu'elle électrisa le XXe siècle, et pas seulement le monde arabe. Son obsession pour elle, comme une exploration, cartographie ses questions intimes sur son propre statut et son identité croisée, étroitement mêlés à l'Iran, au farsi, à la politique, à la religion, à son genre. S'appuyant sur son long-métrage Looking for Oum Kulthum, découvert au Festival du Film de Venise en 2017, Shirin Neshat construit un film dans le film, lui adjoint de nouvelles créations - deux vidéos oniriques, voire mystiques, Remembrance et In Trance, plus huit photographies traitées dans le style des affiches de film typiques des années 1950 en Egypte, avec calligraphie faisant une référence explicite aux chansons de la diva. Ses oeuvres hautes en couleurs sont exposées pour la première fois en France dans le cadre de Paris Photo, à l'Association Azzedine Alaïa, cela coule de source. Car on sait combien le couturier était féru d'Oum Kulthum, en boucle, il l'écoutait, il la dansait, il la vénérait. " Chaque premier jeudi du mois, racontait-il à qui voulait l'entendre, nous devions dîner tôt. Nous devions rester calmes, ne pas faire de bruit, car mon grand-père essayait de capter à la radio les ondes venant d'Egypte - Oum Kulthum chantait. C'est la première grande voix que j'ai écoutée dans mon enfance. " Au 18 de la rue de la Verrerie, dans le Marais, sa maison qu'il occupe désormais en fantôme bienveillant est le cadre plus que parfait pour se laisser aller à l'émotion de l'immersion.

Shirin Neshat, Looking for Oum Kulthum, Association Azzedine Alaïa, 18, rue de la Verrerie, à 75004 Paris.

Jusqu'au 5 janvier prochain.