Invasions barbares. On pourrait croire qu'il n'est pas super-tendance d'inaugurer des stands de tir de nos jours, pourtant deux ouvertures ont eu lieu coup sur coup chez nos voisins français. Rien à voir cependant avec un truc de yankees astiqueurs de crosses, puisqu'il s'agit de lancer...

Invasions barbares. On pourrait croire qu'il n'est pas super-tendance d'inaugurer des stands de tir de nos jours, pourtant deux ouvertures ont eu lieu coup sur coup chez nos voisins français. Rien à voir cependant avec un truc de yankees astiqueurs de crosses, puisqu'il s'agit de lancer de hache, un hobby qui fleure bon le sirop d'érable, l'after-shave de Justin Trudeau et le folklore du grand Nord. Si à Paris, les hipsters s'afficheront avec leur plus belle chemise de bûcheron au club Les Cognées ; à Caen, les amateurs se réunissent désormais au Valhalla, bar-salle de lancer où l'on envoie valser les tomahawks en sifflant des bières. L'air de rien, en encourageant la proximité d'alcool et d'objets tranchants, ces cafetiers cannais célèbrent leurs racines vikings, puisque c'est un chef de bande nommé Hrólfr Rögnvaldrsson qui fonda la Normandie après une vie de pillages, sous l'honorable nom de Duc Rollon. Autant que nos cousins d'Amérique, la Scandinavie a donc symboliquement son mot à dire dans la résurgence de ces vigoureuses traditions. Surtout que Rollon lui-même fut l'arrière-arrière-arrière-grand-père de Guillaume le Conquérant, roi d'Angleterre, dont les descendants placèrent ensuite le Canada sous leur domination. Canada que les Vikings avaient d'ailleurs découvert cinq siècles avant Colomb - mais profiter d'une histoire de hache pour couper les cheveux en quatre, ce n'est pas le genre de la maison. M.N.