"Yves Saint Laurent m'a offert une vie de conte de fées", dit souvent Betty Catroux, ancien mannequin, muse et amie proche du créateur. Un euphémisme puisque son existence, dès le jour où elle rencontra le Français en 1967, fut marquée par de fastueux voyages à Marrakech, des centaines de pièces estampillées des trois initiales et u...

"Yves Saint Laurent m'a offert une vie de conte de fées", dit souvent Betty Catroux, ancien mannequin, muse et amie proche du créateur. Un euphémisme puisque son existence, dès le jour où elle rencontra le Français en 1967, fut marquée par de fastueux voyages à Marrakech, des centaines de pièces estampillées des trois initiales et une vie à l'excès auprès de l'homme qui l'appelait "Ma Pulu adorée" et se disait son double masculin. Mais alors que celui qui fit accepter que les femmes portent le smoking est décédé en 2008, sa muse, elle, continue plus que jamais à gagner en popularité. Le printemps dernier, la Fondation Pierre Bergé-Yves Saint Laurent, à qui elle a fait don de sa garde-robe, montait une expo en son honneur - un événement reporté à cet automne suite à la crise sanitaire mais dont nous ne pourrons probablement pas encore profiter. Un livre contenant des documents d'archives jamais publiés auparavant a aussi rejoint les rayons des librairies, témoignant de l'influence qu'eut la blonde filiforme sur la griffe, comme le résume Anthony Vaccarello, le directeur artistique actuel, en préface de l'ouvrage. "Betty Catroux est Saint Laurent comme elle respire, écrit-il. Son allure, son mystère, son côté sulfureux, un danger insaisissable, désirable, tout ce qui fait l'ampleur de cette maison." Aujourd'hui, révélait en mars dernier un article du journal Le Monde, la désormais vieille dame remercie Dieu, chaque samedi à la messe, d'avoir exaucer son rêve d'enfant. Celui "de ne jamais travailler et de ne pas avoir une vie normale". La belle histoire.