" Voici l'oeuvre d'une étrangère dont le regard, dans une singulière immersion, plonge au plus profond de la langueur poétique. Et le bleu - le blues - traverse les images (...) Prenez garde en ouvrant ce livre, vous pourriez ne pas en revenir ", écrit Larry Fink, excusez du peu, en guise de préface au très bel ouvrage que vient de faire paraître Marina Cox. Cet ho...