On peut en effet apprendre à "manger" moins d'eau, à "acheter" moins d'eau et enfin à laisser couler moins d'eau du robinet à la maison. Selon Dries Moorthamers de Join For Water, "tout le monde consomme de la nourriture, tout le monde porte des vêtements et tout le monde utilise l'eau du robinet à la maison tous les jours. Il est vrai qu'une grande quantité d'eau est également nécessaire dans des secteurs tels que l'automobile et la construction. Celle-ci est par exemple nécessaire pour produire une voiture ou pour fabriquer des briques. Mais on n'achète pas une nouvelle voiture ou une nouvelle maison chaque semaine. Nous voulons donc inciter les citoyens à regarder de plus près leurs habitudes quotidiennes, car c'est ainsi qu'ils peuvent changer leurs comportements et accroître leur responsabilité."

getty
© getty

Pourquoi devrions-nous participer àtitre individuel alors que les plus grands gaspilleurs d'eau se trouvent dans l'industrie et l'agriculture ?

Dries Moorthamers : "En tant que citoyen, vous avez un impact en faisant des choix durables. Ce genre de choix individuels a plus de conséquences que vous ne le pensez. Les gouvernements et les entreprises tiennent compte de ce que veulent les citoyens. Il suffit de penser au marché en pleine expansion des substituts de viande. De nombreuses entreprises répondent à cette tendance parce que leurs clients les réclament. Il en va de même dans le secteur de la mode, on constate une évolution vers des matériaux plus durables et recyclés. C'est aussi en partie grâce aux mouvements de citoyens que l'UE a commencé à limiter le plastique jetable. Les changements sociaux partent de la base et sont soutenus par le public. Plus le groupe grandit, plus vite les politiques suivront et iront dans la bonne direction."

Pourquoi est-il important que nous travaillions également àréduire le gaspillage de l'eau et àen améliorer sa politique en Belgique ?

"En Belgique, nous consommons en moyenne 7400 litres par jour et par personne, alors qu'il n'y a en réalitéqu'un maximum de 5500 litres d'eau par jour et par personne disponibles selon une répartition équitable. Bien que l'on puisse penser que nous vivons dans un pays humide où il pleut constamment, ce n'est pas le cas. En prime, le fait que nous vivions avec beaucoup d'habitants sur une petite surface est encore plus problématique, surtout en Flandre.

En étant plus conscient, votre consommation d'eau diminue considérablement.

D'une part, le réchauffement climatique provoque des étés secs, d'autre part, nous bétonnons notre paysage. L'arrêt de ce dernier est véritablement nécessaire, car plus nous pavons, moins l'eau peut s'infiltrer dans le sol. Ces dernières années, nous avons connu des étés trop secs. Il est temps d'agir.

Reuters
© Reuters

Certes, l'agriculture nécessite beaucoup d'eau pour irriguer les champs, mais nous ne pouvons pas facilement reconstituer les réserves qui sont utilisées à cette fin. Si nous ne faisons rien à ce sujet, nous arriverons à un point où il faudra faire des choix. L'eau disponible va-t-elle aux agriculteurs, aux ménages ou à l'industrie ? Alors attaquons le problème avant d'arriver au point où les robinets ne couleront plus."

Utiliser moins d'eau sous la douche est évident, mais comment s'habiller et se nourrir d'une manière plus respectueuse de l'eau ? Pouvez-vous nous donner quelques conseils ?

"En achetant moins et de façon plus durable et en optant pour des aliments plus végétaux, on peut économiser beaucoup d'eau. Nous ne voulons certainement pas dire : 'N'achetez plus de jeans ou ne mangez plus de viande', mais en étant plus conscient, votre consommation d'eau diminue considérablement.

Par exemple, les nouveaux vêtements en coton demandent énormément d'eau. Huit mille litres sont nécessaires pour fabriquer un jeans. Ce pantalon demande beaucoup de coton, or la culture de cette matière est extrêmement gourmande en eau. Ainsi, plus la quantitéde coton nécessaire à la fabrication d'un article est importante, plus la consommation d'eau est élevée. Mais ce n'est pas tout. Au cours des étapes suivantes, de l'emballage des vêtements à leur transport, beaucoup d'eau est perdue. Partout dans la chaîne, il y a un gaspillage d'eau "caché". Alors si l'on veut économiser de l'eau, on doit moins acheter ou opter pour le seconde main."

Opter pour un repas végétarien est aussi une manière d'économiser de l'eau. Pour un steak de deux cents grammes, il faut facilement trois mille litres d'eau. Non seulement parce qu'une vache boit beaucoup, mais aussi parce que l'élever jusqu'à l'âge où elle est prête à être abattue nécessite beaucoup de fourrage. Les vaches se nourrissent généralement de soja et de maïs, dont la culture implique une grande consommation d'eau. Le processus de production à l'abattoir, le conditionnement des produits carnés et le transport vers les magasins consomment également de l'eau. Le remplacement occasionnel d'un morceau de viande par un repas végétarien a donc un impact très important.

Quelques astuces supplémentaires pour économiser de l'eau

  • En remplaçant votre tasse de café par une tasse de thé une fois par jour, vous économisez 100 litres d'eau.
  • En ne gaspillant aucun aliment 3 jours par semaine, vous économisez 790 litres d'eau.
  • En mangeant végétarien 1 fois par semaine, vous économisez 1300 litres d'eau.
  • En achetant un jeans de seconde main, vous économisez 8000 litres d'eau.
  • En vous douchant une minute de moins, vous économisez 10 litres d'eau.
On peut en effet apprendre à "manger" moins d'eau, à "acheter" moins d'eau et enfin à laisser couler moins d'eau du robinet à la maison. Selon Dries Moorthamers de Join For Water, "tout le monde consomme de la nourriture, tout le monde porte des vêtements et tout le monde utilise l'eau du robinet à la maison tous les jours. Il est vrai qu'une grande quantité d'eau est également nécessaire dans des secteurs tels que l'automobile et la construction. Celle-ci est par exemple nécessaire pour produire une voiture ou pour fabriquer des briques. Mais on n'achète pas une nouvelle voiture ou une nouvelle maison chaque semaine. Nous voulons donc inciter les citoyens à regarder de plus près leurs habitudes quotidiennes, car c'est ainsi qu'ils peuvent changer leurs comportements et accroître leur responsabilité."Pourquoi devrions-nous participer àtitre individuel alors que les plus grands gaspilleurs d'eau se trouvent dans l'industrie et l'agriculture ?Dries Moorthamers : "En tant que citoyen, vous avez un impact en faisant des choix durables. Ce genre de choix individuels a plus de conséquences que vous ne le pensez. Les gouvernements et les entreprises tiennent compte de ce que veulent les citoyens. Il suffit de penser au marché en pleine expansion des substituts de viande. De nombreuses entreprises répondent à cette tendance parce que leurs clients les réclament. Il en va de même dans le secteur de la mode, on constate une évolution vers des matériaux plus durables et recyclés. C'est aussi en partie grâce aux mouvements de citoyens que l'UE a commencé à limiter le plastique jetable. Les changements sociaux partent de la base et sont soutenus par le public. Plus le groupe grandit, plus vite les politiques suivront et iront dans la bonne direction."Pourquoi est-il important que nous travaillions également àréduire le gaspillage de l'eau et àen améliorer sa politique en Belgique ?"En Belgique, nous consommons en moyenne 7400 litres par jour et par personne, alors qu'il n'y a en réalitéqu'un maximum de 5500 litres d'eau par jour et par personne disponibles selon une répartition équitable. Bien que l'on puisse penser que nous vivons dans un pays humide où il pleut constamment, ce n'est pas le cas. En prime, le fait que nous vivions avec beaucoup d'habitants sur une petite surface est encore plus problématique, surtout en Flandre. D'une part, le réchauffement climatique provoque des étés secs, d'autre part, nous bétonnons notre paysage. L'arrêt de ce dernier est véritablement nécessaire, car plus nous pavons, moins l'eau peut s'infiltrer dans le sol. Ces dernières années, nous avons connu des étés trop secs. Il est temps d'agir.Certes, l'agriculture nécessite beaucoup d'eau pour irriguer les champs, mais nous ne pouvons pas facilement reconstituer les réserves qui sont utilisées à cette fin. Si nous ne faisons rien à ce sujet, nous arriverons à un point où il faudra faire des choix. L'eau disponible va-t-elle aux agriculteurs, aux ménages ou à l'industrie ? Alors attaquons le problème avant d'arriver au point où les robinets ne couleront plus."Utiliser moins d'eau sous la douche est évident, mais comment s'habiller et se nourrir d'une manière plus respectueuse de l'eau ? Pouvez-vous nous donner quelques conseils ?"En achetant moins et de façon plus durable et en optant pour des aliments plus végétaux, on peut économiser beaucoup d'eau. Nous ne voulons certainement pas dire : 'N'achetez plus de jeans ou ne mangez plus de viande', mais en étant plus conscient, votre consommation d'eau diminue considérablement. Par exemple, les nouveaux vêtements en coton demandent énormément d'eau. Huit mille litres sont nécessaires pour fabriquer un jeans. Ce pantalon demande beaucoup de coton, or la culture de cette matière est extrêmement gourmande en eau. Ainsi, plus la quantitéde coton nécessaire à la fabrication d'un article est importante, plus la consommation d'eau est élevée. Mais ce n'est pas tout. Au cours des étapes suivantes, de l'emballage des vêtements à leur transport, beaucoup d'eau est perdue. Partout dans la chaîne, il y a un gaspillage d'eau "caché". Alors si l'on veut économiser de l'eau, on doit moins acheter ou opter pour le seconde main."Opter pour un repas végétarien est aussi une manière d'économiser de l'eau. Pour un steak de deux cents grammes, il faut facilement trois mille litres d'eau. Non seulement parce qu'une vache boit beaucoup, mais aussi parce que l'élever jusqu'à l'âge où elle est prête à être abattue nécessite beaucoup de fourrage. Les vaches se nourrissent généralement de soja et de maïs, dont la culture implique une grande consommation d'eau. Le processus de production à l'abattoir, le conditionnement des produits carnés et le transport vers les magasins consomment également de l'eau. Le remplacement occasionnel d'un morceau de viande par un repas végétarien a donc un impact très important.