La baisse de l’euro face au dollar fait le bonheur des touristes américains à Paris

« Tout est très abordable »: à Paris, la baisse de l’euro face au dollar depuis plusieurs semaines donne un coup de pouce supplémentaire à des touristes américains souvent aisés et de retour en masse après deux étés marqués par la pandémie de Covid.

Dans le Quartier Latin, entre petits magasins de souvenirs, bistrots typiques et autres échoppes, John Perides, un retraité de 75 ans, déambule aux côtés de sa femme, Diane, et d’un couple d’amis.

« Quel sentiment de liberté! », savoure cet Américain résidant près de Philadelphie (est). « On fête notre 50e anniversaire de mariage, avec deux ans de retard, à cause de la pandémie ».

Dans la capitale française depuis dix jours, cet ancien ingénieur profite du renforcement du dollar face à l’euro, même s’il dispose d’un confortable train de vie.

« Au taux actuel » – l’euro s’échange à 1,02 dollar -, « c’est comme si on se rendait dans une petite destination touristique locale aux Etats-Unis », compare M. Perides, qui dit avoir dépensé « 5.000 dollars par personne pour un séjour de 12 jours », avant de reprendre l’avion dans la soirée. « C’est super! ».

Quelques rues plus loin, devant la basilique Notre-Dame toujours en travaux, même sentiment pour Traci Pawlowski, qui est venue de San Diego (ouest) à Paris avec son mari.

« Tout est très abordable », « surtout les restaurants », affirme cette femme de 55 ans, lunettes de soleil sur le nez.

Pour Vanguelis Panayotis, président de MKG Consulting et expert français du secteur tourisme, « clairement il y a un effet » lié à la quasi-parité euro/dollar qui « stimule notamment la demande pour l’hôtellerie haut de gamme ».

Les Américains, « c’est un volume intéressant en nombre et des dépenses moyennes élevées », rappelle-t-il. « Paris reste une des destinations les plus prisées » pour ces touristes qui « viennent pour consommer », ajoute-t-il.

touriste femme paris

« Ils remplissent les hôtels de luxe en l’absence des Chinois et des Russes », abonde Didier Arino, directeur général du cabinet Protourisme.

Clientèle « très riche »

Pour les touristes américains rencontrés par l’AFP, la forte hausse des prix en France ces derniers mois ne semble pas se faire ressentir sur leurs dépenses.

« J’ai fait beaucoup de shopping! (…) Tout est un peu moins cher, notamment les vêtements », apprécie Annabel Granger, une étudiante de 18 ans venue de Virginie (est) avec sa grand-mère.

Elle a prévu une semaine dans la capitale française pour « son premier voyage », et un budget « d’environ 400 dollars », hors logement, pour se faire plaisir sur place.

Dans le même groupe de touristes, de tous les âges, Kathleen Green, 72 ans, qui travaille toujours à mi-temps comme assistante sociale clinique, trouve, elle, que les prix « se valent » avec Pittsburgh (nord-est), où elle habite.

A l’ombre des arbres et à quelques mètres de la célèbre petite librairie « Shakespeare and Company », elle dit avoir prévu toutefois un budget total non négligeable de « 15.000 dollars » pour sept jours.

Jean-François Rial, PDG du groupe Voyageurs du Monde et président de l’Office du tourisme et des congrès de Paris, souligne que, quel que soit le taux de change, les dépenses des Américains en vacances en France sont de toute façon très importantes, s’agissant d’une clientèle « très riche » et selon lui peu dépendante de « la conjoncture économique ». 

« Les gens se rattrapent après la pandémie » qui a entraîné « deux années sans voyages », note-t-il. « D’ailleurs ils ont réservé il y a plusieurs mois alors que le dollar n’était pas aussi fort ».

Ces Américains « vont dans des palaces qui ont augmenté leur prix bien plus que l’écart dollar/euro », argue-t-il encore auprès de l’AFP.

Selon des chiffres communiqués à l’AFP par l’Observatoire de l’Office de tourisme de Paris, les réservations aériennes en partance des Etats-Unis entre avril et juillet à destination de Paris « ont progressé de 11% par rapport à la même période de 2019 », « signe d’un retour probant (…) de cette clientèle ».

Il y a trois ans, 4,7 millions d’Américains étaient venus en France, selon l’agence de développement touristique Atout France.

Partner Content