100% Versace, du vestiaire à la party

10/11/11 à 17:35 - Mise à jour à 17:35

Mercredi, 11 heures du mat', dernier étage de l'over branché Dream Downtown Hotel, le skyline new-yorkais se découpant sur fond azur pour horizon. "Tout ceux qui sont ici étaient à la party hier soir ?", interroge Donatella Versace.

Réponse unanime, même si pas nécessaire - les teints papier mâché et les poches sous les yeux parlent pour nous - : oui, on y était ! Et en masse : en tout, 600 invités venus de 44 pays ont assisté à l'événement fashion de ce mois de novembre, à savoir le lancement de la collection dessinée par Versace pour H&M (en magasins dès le 17). "Et vous vous êtes amusés ?", renchérit la directrice de la marque à la méduse. Sourires radieux et réponse sans équivoque : oui, on s'est éclatés sur le dance floor avec Blake Lively, Jessica Alba, Uma Thurman, Linda Evangelista, Sofia Coppola et Coco Rocha, oui on a vibré sur les beats de Nicki Minaj et les riffs de Prince, oui on a adoré ce show totalement emblématique, du catwalk doré au vestiaire hyper iconique de la griffe - bijoux et accessoires inclus : sans eux, Versace ne serait pas Versace.

Car c'est bien comme cela que Donatella envisageait cette collaboration avec le géant suédois de la fast fashion : "une sorte de collection hommage à mon frère Gianni, qui reprend tous les codes forts qu'il a mis en place. Même si Versace vit aujourd'hui un autre chapitre de son histoire, c'était important pour moi de rappeler que l'ADN de la marque, c'est lui. C'est pourquoi on retrouve dans cette collection dessinée pour H&M les clous, la cote de maille, le cuir ou encore l'imprimé Miami".

Il se murmure d'ailleurs que, dans un premier temps, les pontes d'H&M avaient imaginé lancer cette collection en Floride mais que Donatella s'y est opposée - elle n'y aurait plus mis les pieds depuis l'assassinat de son frère en 1997. Mais l'heure n'est pas à la nostalgie. La diva de la mode est heureuse de ce lancement, du buzz planétaire qui l'entoure et de "permettre aux jeunes de s'offrir du Versace à des prix accessibles". Et surtout "convaincue que Gianni aurait adoré la party... et même porté les tee-shirts !" Delphine Kindermans

En savoir plus sur:

Nos partenaires