Le resto à emporter de la semaine: Mine Madeh, street food orientale géniale

© MICHEL VERLINDEN
Michel Verlinden
Michel Verlinden Journaliste

Restos, take-away, caves ou épiceries: une rubrique qui mâche le meilleur de la scène food. Et s’en régale avec vous.

Où? Mine Madeh, 390, chaussée de Wavre, à 1040 Etterbeek.

Genre Soleil syrien

Réputé pour l’enseigne My Tannour, l’hyperkinétique Georges Baghdi Sar lance un nouveau concept de street food syrienne. Comme son nom le laisse présager, Mine Madeh met le « madeh » à l’honneur. Pour le dire simplement, il s’agit d’une préparation de viande hachée proposée dans un pain rond évoquant la pizza.

Face à un décor de comptoir brut carrelé à l’orientale, les yeux voyagent devant le spectacle des légumes et des pains odorants – faisant valoir un temps de pousse de 48 heures – enfournés dans un joli dôme recouvert de mosaïques rouge foncé. Il s’agit alors d’éventrer la galette au levain pour y déposer les garnitures, puis de la déposer, lestée par des poids pour que les sucs se diffusent, sur une sorte de plancha. Enfin, à l’aide d’un énorme couteau, le chef coupe la préparation en deux parties qui sont soigneusement emballées.

Cet alléchant rituel fait saliver. A raison: la version boeuf-agneau (8 euros) que l’on a testée est imparable. Dégusté à la faveur d’un rayon de soleil à côté d’un banc de la place Jourdan, à Bruxelles, le madeh dépayse les papilles. On aime le goût de cannelle et de cardamome qui infuse la viande hachée et, surtout, les oignons et poivrons littéralement confits.

Partner Content