Avec des revenus estimés à 5 000 milliards de dollars et un taux de croissance annuel de 10 %, on peut dire que l'industrie de la pleine conscience a le vent en poupe et est particulièrement lucrative. C'est bien simple: on retrouve le concept partout. Il fait l'objet de livres traitant de "l'alimentation consciente", de magazines dédiés au sujet ou encore de cours en ligne, des documentaires, des applications, des smartwatches, des produits de beauté...

Selon une enquête menée auprès de 7 500 consommateurs dans six pays, 79 % d'entre eux ont déclaré considérer le bien-être comme important, et 42 % comme une priorité absolue. Les personnes semblent donc constamment à la recherche de nouvelles et de meilleures façon de parvenir à se sentir plus heureux et en meilleure santé. Quitte à faire appel à de super aliments aux noms compliqués, des cours de yoga coûteux ou un cristal en quartz rose qui selon telle influenceuse a résolu ses problèmes d'anxiété.

Une question d'offre et de demande

Pourquoi beaucoup sont accros à cette tendance ? Selon une étude, cela a tout à voir avec notre société néo-libérale ou succès et bonheur sont souvent associés à la richesse matérielle et au prestige. À en croire le matraquage publicitaire, les produits de bien-être sont censés nous aider à atteindre ces résultats. Sans compter que la pandémie n'a fait qu'accroître ce besoin. Comme souvent, tout est une question d'offre et de demande. Plus les gens chercheront une méthode pour accroître leur bien-être, plus la société va en produire. Les périodes d'incertitude, comme une pandémie, rendent les gens anxieux. Lorsque les gens connaissent un passage à vide, manquent de confiance en eux et se sentent seuls, ils sont également plus sensibles aux solutions pseudo-scientifiques proposées par les gourous du bien-être.

Ce qui fait dire à certains que cette tendance du bien-être à tout prix n'est pas exempte de dangers. Le professeur canadien Timothy Caulfield est l'un de ceux-là. Il a établi un parallèle entre cette tendance et la pensée conspirationniste. Les personnes anxieuses se réfugient dans le monde du bien-être et, via les plateformes de médias sociaux, s'enfoncent dans la désinformation. Au moment où ils sont le plus vulnérables, les influenceurs leur font signe avec leurs solutions peu subtiles, mais attrayantes à un problème complexe. Dans un cas comme dans l'autre, c'est basé sur les mêmes mécanismes.

McMindfulness et autres pièges

L'engouement pour le bien-être inciterait également à la surconsommation. Dans leur quête parfois obsessionnelle, les gens achètent sans réfléchir sur des sites web comme Goop, la plateforme de bien-être de Gwyneth Paltrow, en espérant que le tapis de yoga le plus chic, les compléments alimentaires les plus colorés, l'argile détox la plus joliment emballée, le bracelet de cristaux le plus cher ou le tapis infrarouge le plus douillet ouvriront la porte de la relaxation et du bonheur. Ils sont souvent vendus avec des thermes creux comme "extra-pur" ou "holistique" et présentés comme des "remèdes miracles" qui apportent plus d'"équilibre" et de "conscience" dans votre vie.

Des formes séculaires de yoga et de bouddhisme sont simplifiées et présentées comme un moyen de réduire le stress et l'anxiété. Selon le sociologue slovène Slavoj Zizek et l'auteur de McMindfulness, Ronald Purser, ce n'est là qu'une façon de consommer une forme de pratique orientale dépouillée de toute leçon de morale, une façon d'endormir les esprits. De plus, certains estiment que des éléments culturels et même des denrées alimentaires sont arrachés de leur contexte et vendus à un prix excessif. Enfin, d'autres détracteurs vont encore plus loin et dénoncent ces versions occidentales de la pleine conscience, du yoga et des rituels spirituels comme une forme d'appropriation culturelle. Manquer de respect à des coutumes anciennes, essentiellement pacifiques peut être rapidement perçue comme insultant. Et cela passe d'autant moins que ces coutumes sacrées ont été rejetées comme des absurdités dangereuses pendant la colonisation.

Getty
© Getty

Un exemple de l'effet nocif de ce business de la pleine conscience est l'utilisation du Palo Santo, un type de bâton de bois connu sous le nom de bois sacré qui, comme la sauge et le cèdre, est utilisé pour la purification spirituelle et le nettoyage énergétique (également connu sous le nom de smudging). Une fois les bâtons brûlés, la fumée est censée purifier les énergies négatives et rétablir la paix intérieure. Ce rituel est originaire d'Amérique du Sud et est utilisé depuis des siècles par les peuples indigènes, les chamans et les guérisseurs. Parce qu'il est devenu si populaire dans le monde occidental, on récolte trop de bois, ce qui menace la biodiversité. Par conséquent, si vous voulez acheter du bois de palo santo, regardez très attentivement d'où il vient et comment il est récolté. Il en va de même pour la sauge blanche. En raison de l'engouement pour le brûlage de sauge, cette plante se fait trop rare dans la nature.

Gourous douteux

Cette recherche du bien-être peut aussi se révéler dangereuse. Dans des cas extrêmes, les gens se font embrigader par des gourous assoiffés de pouvoir, comme Bhagwan et son impitoyable assistante Sheela ou Bikram Coudhury, le fondateur du yoga Bikram. Les frasques de ces personnages ont connu un retentissement international grâce aux documentaires "Wild Wild Country" et "Bikram : Yogi, Guru, Predator". Ces gourous promettent un esprit éclairé et une vie équilibrée. En réalité, leur pratique est un mélange de sexisme, de racisme, d'agressions sexuelles, de viols, de jeux de pouvoir psychologique et d'escroqueries. Votre guide spirituel a-t-il une obsession bizarre pour les Rolls Royce et demande-t-il dix mille euros pour un atelier de plusieurs jours ? Il est peut-être temps de choisir un autre chemin vers la lumière. Au lieu de traiter et de guérir les traumatismes, un gourou obnubilé par les dollars risque surtout de rajouter une couche supplémentaire. À l'opposé de tous ces charlatans, il existe pourtant des techniques scientifiquement prouvées pour améliorer votre bien-être.

Le nerf vague, lien entre le corps et l'esprit

Selon Marie-Anne Vanderhasselt, maître de conférences à l'université de Gand, le secret d'un bien-être mental sain réside dans votre nerf vague. Il s'agit d'un long nerf qui traverse tout le corps et qui relie votre cerveau à, entre autres, votre estomac et vos intestins, votre coeur et vos poumons", explique-t-elle. Il s'agit en fait du nerf par lequel notre cerveau et notre corps communiquent. Son équipe a étudié l'influence du "nerf vague" sur notre bien-être mental. L'activité de votre nerf vague peut augmenter et diminuer. Si elle augmente, votre corps peut se détendre plus rapidement et vous devenez plus résistant au stress. Si la fonctionnalité de votre nerf vague ralentit, vous en ressentez également les effets sur votre bien-être mental. Il est donc important d'optimiser votre nerf vague afin de devenir physiquement et mentalement résilient et résistant au stress". Pour ce faire, selon les scientifiques, il ne suffit pas de se reposer. Vous avez également besoin de stimuli. Il doit donc y avoir une sorte d'équilibre où l'on se repose parfois et où l'on est parfois mis à l'épreuve physiquement et mentalement, nous appelons ce processus "allostasie".

"Il n'y a pas si longtemps, toute personne qui osait faire le lien entre le corps et l'esprit faisait l'objet de moquerie. La science a pourtant fini par démontrer ce lien, puisque le nerf vague est littéralement le lien entre le corps et le cerveau", explique M. Vanderhasselt.

Getty
© Getty

Or les scientifiques ont constaté que notre bien-être mental peut lui aussi souffrir directement de la pandémie actuelle. En effet dès qu'une infection virale survient, le nerf vague entre dans une sorte de dormance et cela peut vous déprimer. Le nerf vague est également affecté par l'isolement social. Ainsi, lorsqu'une personne se sent rejetée socialement - ce qui est devenu une réalité pour beaucoup pendant la pandémie - ce nerf est également moins actif. Les mesures strictes visant la distance et l'isolement ont également un effet néfaste sur notre bien-être. Les gens sont moins tolérants dans les situations de stress, il suffit de penser à la façon dont nous nous montrons du doigt lorsque quelqu'un ne suit pas les règles correctement", déclare encore Vanderhasselt.

L'exercice physique contribue à votre bien-être mental

Selon Vanderhasselt, nous ne devons pas seulement aborder notre bien-être mental de manière cognitive - c'est-à-dire par une thérapie - mais aussi physiquement. C'est une grande partie de la solution et elle est largement sous-estimée. En fait, seuls 20 % de la communication du nerf vague vont du cerveau aux organes. Mais 80 % de cette communication se fait du corps vers le cerveau. Les personnes dont le nerf vague fonctionne bien traversent la vie de manière plus positive et réagissent mieux aux situations négatives.

Des techniques qui étaient parfois considérées comme farfelues par le passé bénéficient aujourd'hui du soutien de la communauté scientifique. L'activité physique, par exemple, peut avoir un effet bénéfique : vous pouvez faire une marche rapide, faire de l'exercice ou du sport. Il existe également d'autres techniques qui réveillent votre nerf vague, comme le travail de respiration et les douches froides. Une étude montre également qu'il existe une technique de chant qui permet de se sentir mieux. Ainsi, si vous chantez ou fredonnez sur un certain ton, vous pouvez stimuler votre nerf vague. Et cela peut aussi améliorer votre bien-être mental", explique encore Vanderhasselt. Et bien sûr, je tiens également à souligner que nos recherches montrent que vous pouvez également appliquer ces conseils de manière préventive". Les personnes dont le nerf vague fonctionne bien ont une attitude plus positive face à la vie et réagissent mieux aux situations négatives. Tant que le nerf vague n'est pas performant, notre corps et notre cerveau subissent un stress et nous sommes en mode combat ou fuite, ce qui sabote les interactions positives avec les autres. En termes sociaux également, nous avons donc intérêt à permettre à notre nerf vague de fonctionner de manière optimale.

Une question d'équilibre

Le sport, c'est bien, mais il ne s'agit pas d'en faire trop. Manger sainement, c'est bien aussi , mais il ne faut pas en abuser. Il s'agit de trouver le bon équilibre". Comment y parvenir ? Aujourd'hui, on voit apparaître comme des champignons toutes sortes de traitements et de remèdes coûteux", explique Vanderhasselt. Le problème de certaines plateformes de médias sociaux est que les conseils sont diffusés par des non-professionnels et qu'ils ne sont pas fondés scientifiquement. En tant qu'utilisateur, vous devez rester vigilant et vous poser des questions. Il existe également des applications et des comptes recommandés par des psychologues et des médecins.

La vérité, comme c'est souvent le cas, se situe probablement quelque part entre les deux : on ne peut pas et on ne doit pas sauter sur la moindre recommandation. D'un autre côté, certains "gourous" ou "chefs spirituels" sont effectivement à la recherche d'argent ou de pouvoir, mais il ne faut pas pour autant jeter le bébé avec l'eau du bain. Nous pouvons tirer des leçons importantes de certaines tendances et certains changements de style de vie peuvent vraiment nous aider à nous détendre. Il est important de savoir de quelles cultures proviennent certaines techniques et coutumes et de les respecter. Soyez également gentil avec vous-même et n'en faites pas trop. Ainsi le sport, c'est bien, mais en faire trop ce n'est pas bon non plus. Une alimentation saine est une bonne chose, mais il ne faut pas en abuser. Il s'agit de trouver le bon équilibre", déclare enfin Vanderhasselt. En conclusion il existe de nombreuses façons de vivre une vie en pleine conscience, mais ne vous laissez pas abuser. Commencez donc par activer ce nerf vague en alternant activité et repos et vous irez loin sur le chemin du bien-être.

Avec des revenus estimés à 5 000 milliards de dollars et un taux de croissance annuel de 10 %, on peut dire que l'industrie de la pleine conscience a le vent en poupe et est particulièrement lucrative. C'est bien simple: on retrouve le concept partout. Il fait l'objet de livres traitant de "l'alimentation consciente", de magazines dédiés au sujet ou encore de cours en ligne, des documentaires, des applications, des smartwatches, des produits de beauté...Selon une enquête menée auprès de 7 500 consommateurs dans six pays, 79 % d'entre eux ont déclaré considérer le bien-être comme important, et 42 % comme une priorité absolue. Les personnes semblent donc constamment à la recherche de nouvelles et de meilleures façon de parvenir à se sentir plus heureux et en meilleure santé. Quitte à faire appel à de super aliments aux noms compliqués, des cours de yoga coûteux ou un cristal en quartz rose qui selon telle influenceuse a résolu ses problèmes d'anxiété.Pourquoi beaucoup sont accros à cette tendance ? Selon une étude, cela a tout à voir avec notre société néo-libérale ou succès et bonheur sont souvent associés à la richesse matérielle et au prestige. À en croire le matraquage publicitaire, les produits de bien-être sont censés nous aider à atteindre ces résultats. Sans compter que la pandémie n'a fait qu'accroître ce besoin. Comme souvent, tout est une question d'offre et de demande. Plus les gens chercheront une méthode pour accroître leur bien-être, plus la société va en produire. Les périodes d'incertitude, comme une pandémie, rendent les gens anxieux. Lorsque les gens connaissent un passage à vide, manquent de confiance en eux et se sentent seuls, ils sont également plus sensibles aux solutions pseudo-scientifiques proposées par les gourous du bien-être.Ce qui fait dire à certains que cette tendance du bien-être à tout prix n'est pas exempte de dangers. Le professeur canadien Timothy Caulfield est l'un de ceux-là. Il a établi un parallèle entre cette tendance et la pensée conspirationniste. Les personnes anxieuses se réfugient dans le monde du bien-être et, via les plateformes de médias sociaux, s'enfoncent dans la désinformation. Au moment où ils sont le plus vulnérables, les influenceurs leur font signe avec leurs solutions peu subtiles, mais attrayantes à un problème complexe. Dans un cas comme dans l'autre, c'est basé sur les mêmes mécanismes. L'engouement pour le bien-être inciterait également à la surconsommation. Dans leur quête parfois obsessionnelle, les gens achètent sans réfléchir sur des sites web comme Goop, la plateforme de bien-être de Gwyneth Paltrow, en espérant que le tapis de yoga le plus chic, les compléments alimentaires les plus colorés, l'argile détox la plus joliment emballée, le bracelet de cristaux le plus cher ou le tapis infrarouge le plus douillet ouvriront la porte de la relaxation et du bonheur. Ils sont souvent vendus avec des thermes creux comme "extra-pur" ou "holistique" et présentés comme des "remèdes miracles" qui apportent plus d'"équilibre" et de "conscience" dans votre vie.Des formes séculaires de yoga et de bouddhisme sont simplifiées et présentées comme un moyen de réduire le stress et l'anxiété. Selon le sociologue slovène Slavoj Zizek et l'auteur de McMindfulness, Ronald Purser, ce n'est là qu'une façon de consommer une forme de pratique orientale dépouillée de toute leçon de morale, une façon d'endormir les esprits. De plus, certains estiment que des éléments culturels et même des denrées alimentaires sont arrachés de leur contexte et vendus à un prix excessif. Enfin, d'autres détracteurs vont encore plus loin et dénoncent ces versions occidentales de la pleine conscience, du yoga et des rituels spirituels comme une forme d'appropriation culturelle. Manquer de respect à des coutumes anciennes, essentiellement pacifiques peut être rapidement perçue comme insultant. Et cela passe d'autant moins que ces coutumes sacrées ont été rejetées comme des absurdités dangereuses pendant la colonisation. Un exemple de l'effet nocif de ce business de la pleine conscience est l'utilisation du Palo Santo, un type de bâton de bois connu sous le nom de bois sacré qui, comme la sauge et le cèdre, est utilisé pour la purification spirituelle et le nettoyage énergétique (également connu sous le nom de smudging). Une fois les bâtons brûlés, la fumée est censée purifier les énergies négatives et rétablir la paix intérieure. Ce rituel est originaire d'Amérique du Sud et est utilisé depuis des siècles par les peuples indigènes, les chamans et les guérisseurs. Parce qu'il est devenu si populaire dans le monde occidental, on récolte trop de bois, ce qui menace la biodiversité. Par conséquent, si vous voulez acheter du bois de palo santo, regardez très attentivement d'où il vient et comment il est récolté. Il en va de même pour la sauge blanche. En raison de l'engouement pour le brûlage de sauge, cette plante se fait trop rare dans la nature. Cette recherche du bien-être peut aussi se révéler dangereuse. Dans des cas extrêmes, les gens se font embrigader par des gourous assoiffés de pouvoir, comme Bhagwan et son impitoyable assistante Sheela ou Bikram Coudhury, le fondateur du yoga Bikram. Les frasques de ces personnages ont connu un retentissement international grâce aux documentaires "Wild Wild Country" et "Bikram : Yogi, Guru, Predator". Ces gourous promettent un esprit éclairé et une vie équilibrée. En réalité, leur pratique est un mélange de sexisme, de racisme, d'agressions sexuelles, de viols, de jeux de pouvoir psychologique et d'escroqueries. Votre guide spirituel a-t-il une obsession bizarre pour les Rolls Royce et demande-t-il dix mille euros pour un atelier de plusieurs jours ? Il est peut-être temps de choisir un autre chemin vers la lumière. Au lieu de traiter et de guérir les traumatismes, un gourou obnubilé par les dollars risque surtout de rajouter une couche supplémentaire. À l'opposé de tous ces charlatans, il existe pourtant des techniques scientifiquement prouvées pour améliorer votre bien-être. Selon Marie-Anne Vanderhasselt, maître de conférences à l'université de Gand, le secret d'un bien-être mental sain réside dans votre nerf vague. Il s'agit d'un long nerf qui traverse tout le corps et qui relie votre cerveau à, entre autres, votre estomac et vos intestins, votre coeur et vos poumons", explique-t-elle. Il s'agit en fait du nerf par lequel notre cerveau et notre corps communiquent. Son équipe a étudié l'influence du "nerf vague" sur notre bien-être mental. L'activité de votre nerf vague peut augmenter et diminuer. Si elle augmente, votre corps peut se détendre plus rapidement et vous devenez plus résistant au stress. Si la fonctionnalité de votre nerf vague ralentit, vous en ressentez également les effets sur votre bien-être mental. Il est donc important d'optimiser votre nerf vague afin de devenir physiquement et mentalement résilient et résistant au stress". Pour ce faire, selon les scientifiques, il ne suffit pas de se reposer. Vous avez également besoin de stimuli. Il doit donc y avoir une sorte d'équilibre où l'on se repose parfois et où l'on est parfois mis à l'épreuve physiquement et mentalement, nous appelons ce processus "allostasie"."Il n'y a pas si longtemps, toute personne qui osait faire le lien entre le corps et l'esprit faisait l'objet de moquerie. La science a pourtant fini par démontrer ce lien, puisque le nerf vague est littéralement le lien entre le corps et le cerveau", explique M. Vanderhasselt. Or les scientifiques ont constaté que notre bien-être mental peut lui aussi souffrir directement de la pandémie actuelle. En effet dès qu'une infection virale survient, le nerf vague entre dans une sorte de dormance et cela peut vous déprimer. Le nerf vague est également affecté par l'isolement social. Ainsi, lorsqu'une personne se sent rejetée socialement - ce qui est devenu une réalité pour beaucoup pendant la pandémie - ce nerf est également moins actif. Les mesures strictes visant la distance et l'isolement ont également un effet néfaste sur notre bien-être. Les gens sont moins tolérants dans les situations de stress, il suffit de penser à la façon dont nous nous montrons du doigt lorsque quelqu'un ne suit pas les règles correctement", déclare encore Vanderhasselt. Selon Vanderhasselt, nous ne devons pas seulement aborder notre bien-être mental de manière cognitive - c'est-à-dire par une thérapie - mais aussi physiquement. C'est une grande partie de la solution et elle est largement sous-estimée. En fait, seuls 20 % de la communication du nerf vague vont du cerveau aux organes. Mais 80 % de cette communication se fait du corps vers le cerveau. Les personnes dont le nerf vague fonctionne bien traversent la vie de manière plus positive et réagissent mieux aux situations négatives.Des techniques qui étaient parfois considérées comme farfelues par le passé bénéficient aujourd'hui du soutien de la communauté scientifique. L'activité physique, par exemple, peut avoir un effet bénéfique : vous pouvez faire une marche rapide, faire de l'exercice ou du sport. Il existe également d'autres techniques qui réveillent votre nerf vague, comme le travail de respiration et les douches froides. Une étude montre également qu'il existe une technique de chant qui permet de se sentir mieux. Ainsi, si vous chantez ou fredonnez sur un certain ton, vous pouvez stimuler votre nerf vague. Et cela peut aussi améliorer votre bien-être mental", explique encore Vanderhasselt. Et bien sûr, je tiens également à souligner que nos recherches montrent que vous pouvez également appliquer ces conseils de manière préventive". Les personnes dont le nerf vague fonctionne bien ont une attitude plus positive face à la vie et réagissent mieux aux situations négatives. Tant que le nerf vague n'est pas performant, notre corps et notre cerveau subissent un stress et nous sommes en mode combat ou fuite, ce qui sabote les interactions positives avec les autres. En termes sociaux également, nous avons donc intérêt à permettre à notre nerf vague de fonctionner de manière optimale.Le sport, c'est bien, mais il ne s'agit pas d'en faire trop. Manger sainement, c'est bien aussi , mais il ne faut pas en abuser. Il s'agit de trouver le bon équilibre". Comment y parvenir ? Aujourd'hui, on voit apparaître comme des champignons toutes sortes de traitements et de remèdes coûteux", explique Vanderhasselt. Le problème de certaines plateformes de médias sociaux est que les conseils sont diffusés par des non-professionnels et qu'ils ne sont pas fondés scientifiquement. En tant qu'utilisateur, vous devez rester vigilant et vous poser des questions. Il existe également des applications et des comptes recommandés par des psychologues et des médecins. La vérité, comme c'est souvent le cas, se situe probablement quelque part entre les deux : on ne peut pas et on ne doit pas sauter sur la moindre recommandation. D'un autre côté, certains "gourous" ou "chefs spirituels" sont effectivement à la recherche d'argent ou de pouvoir, mais il ne faut pas pour autant jeter le bébé avec l'eau du bain. Nous pouvons tirer des leçons importantes de certaines tendances et certains changements de style de vie peuvent vraiment nous aider à nous détendre. Il est important de savoir de quelles cultures proviennent certaines techniques et coutumes et de les respecter. Soyez également gentil avec vous-même et n'en faites pas trop. Ainsi le sport, c'est bien, mais en faire trop ce n'est pas bon non plus. Une alimentation saine est une bonne chose, mais il ne faut pas en abuser. Il s'agit de trouver le bon équilibre", déclare enfin Vanderhasselt. En conclusion il existe de nombreuses façons de vivre une vie en pleine conscience, mais ne vous laissez pas abuser. Commencez donc par activer ce nerf vague en alternant activité et repos et vous irez loin sur le chemin du bien-être.