Les secondes résidences

Jusqu'à présent, les Belges ne pouvaient pas de se rendre dans leurs secondes résidences. Les Régions - flamande et wallonne - se sont montrées tantôt incisives tantôt modérées sur la levée de cette mesure dans le cadre du déconfinement phasique de la Belgique. Le Conseil national de Sécurité a décidé mercredi en fin de journée de lever cette interdiction et la décision a été publiée au Moniteur belge, mercredi en soirée.

Dans ce cadre, les propriétaires de seconde résidence en Belgique, ainsi que les locataires dont le bail est au minimum d'une année, peuvent dorénavant se rendre dans leur seconde résidence. Ils pourront y recevoir quatre personnes, mais il devra s'agir des quatre mêmes personnes qu'ils sont désormais autorisés à recevoir à leur résidence principale. "Les personnes sont tenues de rester chez elles ou dans une résidence secondaire dont elles sont soit propriétaires, soit locataires pour une durée d'au moins un an, à l'exclusion des résidences secondaires mobiles qui n'ont pas encore été installées sur un emplacement fixe", peut-on lire dans le nouvel arrêté, qui est entré en vigueur dès le 20 mai.

Les vacances d'été

La question des résidences secondaires a, dès lors, amené à l'avant-plan la question des vacances à l'étranger, cet été. Aucune décision n'a été prise pour le moment, mais Philippe Goffin, ministre des Affaires étrangères se montre plutôt optimiste : "La décision relève du Conseil national de Sécurité. Mais c'est vrai que nous sommes dans une phase de préparation, de discussions pour faire en sorte que lorsque le 'go' sera donné, on travaille de manière coordonnée avec nos voisins européens", a-t-il affirmé au micro de la RTBF, ce jeudi.

Philippe Goffin a indiqué que des contacts ont été établis notamment avec d'autres États membres de l'Union européenne, à savoir, la France, l'Allemagne, les Pays-Bas ou encore le Grand-Duché du Luxembourg. "Nous sommes dans une phase de contacts avec les ministres des Affaires étrangères ou européennes pour faire en sorte que la sortie de crise permette une ouverture des frontières coordonnées. C'est l'essentiel pour nous", insiste-t-il.

Le manque de décision aujourd'hui au niveau européen se justifie par le fait qu'elle dépend de l'évolution de la pandémie en Belgique et chez les autres Etats-membres. La Commission recommande de rouvrir les frontières avec des pays qui ont une situation épidémiologique comparable. La Belgique compte suivre ce conseil.

À la question de savoir quand le Belge peut espérer voyager, en Belgique, mais aussi vers l'étranger, le ministre des Affaires étrangères a affirmé : "Vers la mi-juin, je pense qu'on y verra définitivement clair par rapport aux possibilités de voyager". Il juge la période comprise entre le 8 et 15 juin comme "réaliste", même s'il faut rester prudent.

En Europe

Dans certains pays européens, le rythme s'accélère et l'envie de rouvrir ses frontières et de relancer son économie qui dépend notamment du tourisme, se fait sentir. C'est en effet, le cas dans les pays du Sud de l'Europe, comme l'Italie qui a décidé d'ouvrir ses frontières ainsi que ses aéroports dès le 3 juin. Ou de la Grèce, où la saison touristique est prévue dès mi-juin.

D'autres pays se montrent plus frileux par rapport à l'arrivée en masse de visiteurs. C'est le cas du Royaume-Uni qui a décidé de poursuivre la mise en quatorzaine des touristes étrangers.

Jusqu'à présent, les Belges ne pouvaient pas de se rendre dans leurs secondes résidences. Les Régions - flamande et wallonne - se sont montrées tantôt incisives tantôt modérées sur la levée de cette mesure dans le cadre du déconfinement phasique de la Belgique. Le Conseil national de Sécurité a décidé mercredi en fin de journée de lever cette interdiction et la décision a été publiée au Moniteur belge, mercredi en soirée. Dans ce cadre, les propriétaires de seconde résidence en Belgique, ainsi que les locataires dont le bail est au minimum d'une année, peuvent dorénavant se rendre dans leur seconde résidence. Ils pourront y recevoir quatre personnes, mais il devra s'agir des quatre mêmes personnes qu'ils sont désormais autorisés à recevoir à leur résidence principale. "Les personnes sont tenues de rester chez elles ou dans une résidence secondaire dont elles sont soit propriétaires, soit locataires pour une durée d'au moins un an, à l'exclusion des résidences secondaires mobiles qui n'ont pas encore été installées sur un emplacement fixe", peut-on lire dans le nouvel arrêté, qui est entré en vigueur dès le 20 mai.La question des résidences secondaires a, dès lors, amené à l'avant-plan la question des vacances à l'étranger, cet été. Aucune décision n'a été prise pour le moment, mais Philippe Goffin, ministre des Affaires étrangères se montre plutôt optimiste : "La décision relève du Conseil national de Sécurité. Mais c'est vrai que nous sommes dans une phase de préparation, de discussions pour faire en sorte que lorsque le 'go' sera donné, on travaille de manière coordonnée avec nos voisins européens", a-t-il affirmé au micro de la RTBF, ce jeudi. Philippe Goffin a indiqué que des contacts ont été établis notamment avec d'autres États membres de l'Union européenne, à savoir, la France, l'Allemagne, les Pays-Bas ou encore le Grand-Duché du Luxembourg. "Nous sommes dans une phase de contacts avec les ministres des Affaires étrangères ou européennes pour faire en sorte que la sortie de crise permette une ouverture des frontières coordonnées. C'est l'essentiel pour nous", insiste-t-il. Le manque de décision aujourd'hui au niveau européen se justifie par le fait qu'elle dépend de l'évolution de la pandémie en Belgique et chez les autres Etats-membres. La Commission recommande de rouvrir les frontières avec des pays qui ont une situation épidémiologique comparable. La Belgique compte suivre ce conseil.À la question de savoir quand le Belge peut espérer voyager, en Belgique, mais aussi vers l'étranger, le ministre des Affaires étrangères a affirmé : "Vers la mi-juin, je pense qu'on y verra définitivement clair par rapport aux possibilités de voyager". Il juge la période comprise entre le 8 et 15 juin comme "réaliste", même s'il faut rester prudent. Dans certains pays européens, le rythme s'accélère et l'envie de rouvrir ses frontières et de relancer son économie qui dépend notamment du tourisme, se fait sentir. C'est en effet, le cas dans les pays du Sud de l'Europe, comme l'Italie qui a décidé d'ouvrir ses frontières ainsi que ses aéroports dès le 3 juin. Ou de la Grèce, où la saison touristique est prévue dès mi-juin. D'autres pays se montrent plus frileux par rapport à l'arrivée en masse de visiteurs. C'est le cas du Royaume-Uni qui a décidé de poursuivre la mise en quatorzaine des touristes étrangers.