Ce qu’il faut savoir sur: la patate douce, cette (pas tout à fait) pomme de terre

© GETTY IMAGES

Stars de la gastronomie actuelle, les patates douces soulèvent encore quelques questions. Exemple au hasard: sont-elles, oui ou non, des pommes de terre? Suivez le guide.

Ça vient d’où?

De nombreuses zones d’ombre planent sur l’origine de la patate douce. Au vu de son arbre généalogique, il n’est guère question de pomme de terre, mais bien de tubercule appartenant à la famille des convolvulacées et se déclinant en plus de 400 formes et tailles différentes. Des bulbes ronds d’un violet profond aux tubercules orange vif et plutôt allongés, aux saveurs qui rappellent parfois l’artichaut, la châtaigne ou la noix.

À la maison

La patate douce devrait être un incontournable des potagers: elle est moins sensible aux maladies que la pomme de terre classique, elle n’a pas besoin de beaucoup d’eau et offre un rendement considérable. En outre, c’est un excellent couvre-sol dont les feuilles et les jeunes pousses agrémentent parfaitement un wok ou une salade.

Plus saine?

De nombreux livres de cuisine et gourous de l’alimentation la présentent comme une alternative plus saine à notre patate ancestrale. Une thèse à nuancer. La classique renferme, en moyenne, moins de calories et plus de protéines que sa soeur sucrée, tandis que cette dernière affiche de meilleurs scores en termes de vitamines et de minéraux. Cependant, l’indice glycémique – et donc, la digestibilité dans nos intestins – de la patate douce est considérablement plus faible. Aussi, en théorie, préparée correctement, elle est plus saine. Conclusion: on l’intègre volontiers à nos menus sans pour autant fuir les pommes de terre classiques.

Les bons compagnons

Aux Etats-Unis, aucun repas de Thanksgiving n’est servi sans « sweet potatoes ». Celles-ci remplacent l’igname ou le manioc, plus authentiques mais délaissés notamment en raison de leur saveur moins prononcée. Chez nous, elles accompagnent plutôt un curry thaïlandais épicé, on les transforme en purée, en chips « saines » ou en chips de légumes à tremper dans un dip.

En boulangerie

La patate douce a clairement sa place dans nos boulangeries. Comme note sucrée dans les gâteaux et les pains, voire comme base pour une tarte ou un flan, elle est imparable. Elle séduit aussi en pain à hamburger: les connaisseurs savent qu’ajouter de la purée de patates douces à la recette crée une légèreté et une saveur uniques en leurs genres.

Partner Content