" L'or et les trésors sont un leurre. " Ils sont ici liés au sucre, fil rouge du roman qui le transforme en rhum. Un breuvage aussi puissant que la vie, distillée dans les veines de la famille Otero. Leur plantation devient une mine, mais " l'ivresse sucrée " peut se transformer en " sucre noir, métaphore du pétrole " que Miguel Bonnefoy qualifie de " malédiction et grandeur du Venezuela ". Il préfère " creuser la terre littéraire ".