QUI ?

Artiste américaine, née en 1975 à Saint-Louis (Missouri) et vivant à Brooklyn, Katherine Bernhardt est diplômée de la School of the Art Institute of Chicago ainsi que de l'école des arts visuels de New York. Avec de nombreuses expositions à son actif, cette plasticienne s'est fait connaître au travers de toiles représentant des top models de façon hyperréaliste - la ph...

Artiste américaine, née en 1975 à Saint-Louis (Missouri) et vivant à Brooklyn, Katherine Bernhardt est diplômée de la School of the Art Institute of Chicago ainsi que de l'école des arts visuels de New York. Avec de nombreuses expositions à son actif, cette plasticienne s'est fait connaître au travers de toiles représentant des top models de façon hyperréaliste - la photographie n'était jamais loin. Possédant plus d'une corde à son arc, la quadra a également signé de grands tableaux aux teintes exotiques et acidulées. Celles-ci mettent en scène des objets de notre quotidien consumériste le plus trivial - hamburgers, frites, ballons de basket, café, cigarettes ou portions de pizza - en les décomposant en formes pures. L'esprit de son nouvel accrochage à la galerie Xavier Hufkens, à Bruxelles, est celui qu'on lui connaît, soit " un univers kaléidoscopique de couleurs électriques proches de la peinture de taches ". Cette fois, exit les ballons et autres burgers, ce sont des personnages de dessins animés qui sont exhibés. Les protagonistes en question ? Babar l'éléphant, le chat Garfield, la Panthèse Rose... Le tout pour une valorisation de la vie et de la culture urbaines contemporaines perçues comme l'iconographie de référence de notre époque. Pour découvrir un monumental et éclatant Garfield on Scotch Tape (2018), tableau de 3 mètres sur 6 qui montre le paresseux félin repu après un festin des plus régressifs. Sur son ventre distendu ? Le logo Nike semble confesser " He just did it " - " Il vient tout juste de le faire. " Pour l'intéressée, il ne faut y voir que des formes et des couleurs... Et si ce chat sans limite, Katherine Bernhardt l'avait peint à notre image ?