Nos 100 restaurants préférés, 8/8: 12 restaurants qui vont droit au but

Mangiavino, à Forest. © THE GOOD COM
Michel Verlinden Journaliste
Wim Denolf Journaliste Knack Weekend

Cette fois, il n’est pas question de traîner, vous avez mieux à faire. Il faut une adresse droit au but, sans obligation de réservation, ni prise de tête. Et si possible délicieuse. C’est tout? Par ici.

RÉGION BRUXELLOISE

MANGIAVINO

96, avenue Oscar Van Goidtsnoven à 1190 Bruxelles | mangiavino.be | Fermé lundi, mardi et le midi | Pâtes du jour à 15 euros.

Croulant sous les bouteilles de vin (nature) italien, cette cantine mouchoir de poche s’organise autour d’un comptoir aussi carrelé de vert que décontracté. Accoudé sans façon, on peut observer Michele Rosa peaufiner sa pastasciutta du jour, travaillée selon l’envie du moment et les produits au meilleur de leur forme. Les racines romaines de cet autodidacte des fourneaux ne l’empêchent pas de trouver l’inspiration au fil des terroirs transalpins qu’il réinterprète à sa façon. Ce plat unique – il est toujours possible de se rabattre sur une préparation tomatée en cas d’aversion, même si c’est déconseillé – s’accompagne immanquablement d’une planche d’antipasti mêlant salaisons et fromages triés sur le volet.

PINSACI TU

89, rue Américaine à 1050 Bruxelles | Facebook: Pinsaci Tu | Fermé dimanche et lundi | Pinsa entre 7 et 21 euros.

Ce concept centré sur la pinsa prend place dans le beau décor d’une ancienne boucherie. Qu’est-ce qu’une pinsa? Une cousine romaine de la pizza, de forme ovale plutôt que ronde, en version plus aérienne et croustillante. Elle est prétexte à une convivialité bruyante et à un repas sans temps mort. Prédécoupée, on la déguste sans façon avec les doigts, qu’elle s’affiche en version Napoli (anchois, câpres, olives), Piccante (saucisse ‘nduja), ou encore «del giorno» (citron et bottarga lors de notre passage)… Pour les grandes faims, le délice est à précéder d’un «antipasto ci penso io» super généreux en bonnes salaisons et en légumes vinaigrés préparés maison. Le tout s’arrose au choix de vins italiens classiques ou «naturali».

PLOUF

2, avenue Salomé à 1150 Bruxelles | plouf.brussels | Ouvert tous les jours | Plats entre 13,80 et 31,80 euros.

On n’a pas l’habitude d’attendre quelque chose de la cafèt’ d’une salle de sport. Plouf prouve qu’on a tort. Le décor mise sur l’affectation sportive du bâtiment de Sportcity: fresque réalisée à partir de balles de tennis, vieilles quilles de bowling, kayaks pendus au plafond… Mais la bonne nouvelle, c’est que ce n’est pas seulement le visuel qui est soigné, l’assiette vaut aussi le détour. Cela se traduit par une carte de bistrot avec des toasts dignes de ce nom (à l’instar de celui qui panache maquée bio, radis et pomme verte) et, par exemple, des crevettes Nobashi panées, disponible toute la journée. Celle-ci est complétée par des plats plus travaillés aux heures de repas (viande rouge, salades ou magnifiques pâtes signées par le chef Matthieu Léonard).

SPOONS

1480, chaussée de Waterloo à 1180 Bruxelles | eatspoons.be | Ouvert tous les jours | Plats entre 14 et 22 euros.

Le convive qui s’installe ici n’a devant lui qu’une simple cuillère pour mener à bien son repas. Un tel manifeste ramène du côté de l’enfance en misant sur la simplicité et la décontraction. On vient pour petit-déjeuner (œufs variés, toast, yaourt granola…), pour goûter (tartes, cakes et autres pâtisseries), pour grignoter à l’heure de l’apéro (houmous, tapenade, pois chiche grillés, naan…) mais c’est l’heure de midi qui est la plus prisée. En phase avec des aspirations végétariennes, on s’est embarqué pour un doublé séduisant, soit un «catchy quinoa» assorti de tofu mariné. Mention pour le quinoa généreux mais surtout pour le tofu qui sort du lot grâce à une marinade à base de sauce soja, de miel et de thym.

WALLONIE

BARABAS

7b, avenue Delchambre à 4500 Huy | lebarabas.be | Fermé samedi, dimanche et lundi | Plats entre 15,50 et 23 euros.

Un restaurant qui cultive le goût d’une cuisine d’émotions, c’est rare et précieux. Quand on entre au Barabas, on se dit que ce n’est pas forcément gagné. Vaste, l’adresse au décor de brasserie contemporaine joue à guichets fermés. Les couverts se comptent ici par dizaines. L’entrée? Un vitello tonnato certes de bonne facture mais comme il en existe beaucoup. Puis arrive le «poulet agro dolce à la nonno» qui bouleverse. La composition repose sur une base de pâtes sardes, les délicieuses fregola, sur lesquelles s’effilochent des morceaux de volaille cuits dans un bouillon. Le tout est rehaussé de notes de vin blanc, laurier, safran, câpres, olives Taggiasche et cipolline au balsamique. Vins classiques mais pas dénués d’intérêt.

BRASSERIE LE ROYAL

13, place du Théâtre à 5000 Namur | Facebook: Brasserie Le Royal | Ouvert tous les jours | Plats entre 17 et 30 euros.

Dans cet endroit immuable au décor sans relief, on vient s’attabler pour déguster des ris de veau à la béarnaise, une araignée sauce échalote ou, notre coup de cœur, l’américain frites impeccable. Celui-ci fait place à une viande hachée minute dont la mouture est assez grosse, ce qui lui confère une jolie mâche. Il est bien entendu possible de prendre en main le mélange mais les connaisseurs se laissent faire car ils savent que l’équipe gère à merveille les proportions de mayonnaise maison, câpres, cornichons et autre cressonnette. Les cerises sur le gâteau? L’Orval toujours disponible et les grosses frites aussi rassurantes qu’un dimanche en famille.

ITADAKIMAX

24a, place des Wallons à 1348 Ottignies- Louvain-la-Neuve | itadakimax.com | Fermé dimanche, lundi et vendredi soir | Beignets entre 5 et 9 euros.

Le takoyaki? Cette petite boulette toute nipponne compresse les temporalités, celle d’un temps long (une sauce de légumes mijotée pendant 12 heures) et celle de la rapidité street food d’un beignet de poulpe englouti en moins de temps qu’il ne faut pour le dire. Sous nos latitudes, Maxime Dumont lui consacre un dé à coudre de cantine (dix places) rendant hommage à la divine bouchée. La version classique panache excellent caramel végétal, gingembre mariné, oignons jeunes, mayonnaise japonaise et surtout indispensables flocons de bonite fumée. Il y a également des gyozas, des créations éphémères ainsi que des takoyaki végétariens qui ne déçoivent pas avec leur base d’edamame (fèves de soja) nappée de sauce au wasabi.

LE VICTOR

84, avenue du 10e de Ligne à 6700 Arlon | levictor.be | Fermé dimanche et lundi | Menus à 35, 41 et 43 euros.

Le pitch? Une néo-brasserie classieuse ayant pris ses quartiers dans le mess des officiers de l’ancienne Caserne Callemeyn. Changement au programme de cet écrin signé par l’agence Twodesigners puisque, depuis le 2 juillet, un nouveau chef exécutif s’est installé aux fourneaux. Christian Degeimbre se fait fort d’envoyer des lunchs en moins d’une heure et des menus express le soir. Il ne faudrait pas pour autant penser que ses assiettes sont dressées par-dessus la jambe. On en veut pour preuve l’onglet de bœuf sauce vierge, pignons, câpres, sarriette, tomates et pommes de terre au jus, un modèle de gourmandise et de précision. Ne pas rater l’assiette de fromages en guise d’extrême-onction.

PANORAMA

82, Route Merveilleuse à 5000 Namur | panoramanamur.be | Ouvert tous les jours | Plats entre 20 et 59 euros.

En haut de la Citadelle, Panorama déroule une vue plongeante sur Namur. A l’intérieur de cette adresse reliftée, une grande salle aux baies vitrées. Au milieu, un imposant comptoir et ses centaines de verres qui reflètent la lumière, les tables en bois et les fauteuils confortables. La carte est signée par un Yves Mattagne rejouant en partie la formule gagnante du Lounge Bar de la Villa Lorraine. A une série de classiques de brasserie (croquettes de crevettes, poulet rôti…), le chef ajoute des suggestions globe-trotteuses. Le bon plan consiste à partager ces petits plats entre amis: aubergine miso et anguille fumée, dumpling de langoustine et foie gras… Carte de vins classique.

FLANDRE

BURGERS & GRAPES

7, Huidevettersstraat à 2800 Malines | devleeshalle.be/nl/smaakmaker/burgers-grapes | Fermé lundi | Burgers dès 11 euros.

Paolo Guffens est un véritable globe-trotteur et un passionné de l’horeca. Il a bâti un empire du café à Anvers, a eu sa propre entreprise à Porto et a récemment entamé un nouveau chapitre. Durant le confinement, lorsque les hamburgers se sont imposés dans le quartier, il est passé à l’action. Il ne s’agit pas d’un hamburger ordinaire, mais de «smash burger»: du bœuf aplati qui devient ainsi très croustillant. Il les combine avec une gamme de vins naturels funky. Après avoir été le traiteur de nombreux festivals et autres évènements, il était temps de trouver un endroit où se poser. Retrouvez-le, lui et ses burgers, dans la Vleeshalle rénovée, chaque semaine du mardi au dimanche.

GUZZI

5, Frederik Lintsstraat à 3000 Louvain | ristoranteguzzi.be | Ouvert du mardi au samedi | Pizzas dès 14 euros.

Le meilleur burger, les meilleures frites et la meilleure pizza n’existent pas. En revanche, leur recherche et les discussions autour du sujet sont fascinantes. Au menu de cette trattoria, on trouve toutes sortes de bonnes choses, mais leur approche soignée de la pizza est un véritable atout. Les pâtes au levain fabriquées avec de la farine bio moulue sur pierre de Vénétie sont un bon début. Outre les garnitures et combinaisons classiques, les cuisiniers jouent et font des essais chaque jour, ce qui donne des propositions étonnamment savoureuses.

STUDIO PICKLE PICKLE

25, Ooststraat à 8630 Furnes | studiopicklepickle.be | Ouvert du vendredi au lundi | Burgers à 14 euros.

Quiconque suit de près ou de loin la scène culinaire flamande aura certainement entendu le nom de Pieter Clement. L’homme est d’ordinaire loué pour son style et ses compétences, qui sont souvent insaisissables pour le client moyen. Son précédent restaurant, Lunapark, par exemple, était un succès et le lieu de prédilection de nombreux gourmets. Cependant, il a disparu aussi soudainement qu’il était apparu. Aujourd’hui, Pieter Clement s’essaie au fast-food, mais, bien sûr, à sa sauce. Un nombre limité de places, du bœuf haché et des sandwichs faits maison, ainsi que des garnitures de qualité. Ne qualifiez pas trop vite ce burger de snack.

Partner Content